Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 16:21

 

 

 

 

AFP le 04/12/2014 à 08:54

 

Rappel des événements en Centrafrique depuis le renversement en mars 2013 de François Bozizé par une coalition hétéroclite à dominante musulmane, la Séléka.

 

La Centrafrique a été depuis emportée dans une spirale de violences communautaires et interreligieuses ayant entraîné l'envoi de forces par la France (opération Sangaris), l'Union européenne et l'ONU.

 

--2013--

 

- 24 mars: Les rebelles de la Séléka prennent Bangui, chassant François Bozizé, au pouvoir depuis dix ans. Leur chef, Michel Djotodia, s'autoproclame président.

 

La France annonce l'envoi de soldats pour assurer la protection des ressortissants français et étrangers.

 

- 25 mars: Djotodia suspend la Constitution et dissout l'Assemblée nationale. L'Union africaine impose des sanctions à des responsables de la Séléka.

 

- 17 juil: Des hommes de la Séléka ont commis plus de 400 meurtres en quatre mois et "continuent de commettre les crimes les plus graves contre la population" (Fédération internationale des Ligues des droits de l'Homme).

 

- 1er août: La Force multinationale d'Afrique centrale (Fomac) est transformée en Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca) sous l'égide de l'Union africaine (UA).

 

- 8-9 sept: Violents affrontements entre ex-rebelles de la Séléka et groupes d'autodéfense - chrétiens comme la très grande majorité de la population - autour de Bossangoa (nord-ouest): une centaine de morts.

 

- 5 déc: La France lance l'opération Sangaris, après le vote de l'ONU donnant mandat aux forces françaises. Le matin, des milices chrétiennes anti-balaka (anti-machettes) avaient lancé une attaque, entraînant des représailles des combattants Séléka.

 

--2014--

 

- 10 jan: Michel Djotodia, accusé par la communauté internationale de passivité face aux violences, démissionne sous la pression des dirigeants d'Afrique centrale et de la France.

 

- 20 jan: La maire de Bangui, Catherine Samba Panza, est élue présidente de transition par le Parlement provisoire.

 

- 22-31 mars: Plus de 60 morts dans une nouvelle flambée de violences à Bangui (ONU).

 

- 16 avr: Le Tchad achève le retrait de son contingent au sein de la Misca, après que l'ONU eut accusé ses soldats d'avoir tiré sur des civils à Bangui (au moins 24 morts). N'Djamena avait dénoncé une "campagne malveillante".

 

- 26 avr: 22 morts, dont trois employés de Médecins sans frontières, dans une attaque, attribuée à des ex-rebelles, d'un centre de soins dans le Nord-Ouest. Largement affaiblis par l'intervention française, une grande partie des ex-rebelles se sont repliés dans les provinces du Nord et de l'Est, dont beaucoup sont originaires.

 

- 30 avr: La force de l'Union européenne, l'Eufor-RCA, se déploie sur l'aéroport de Bangui.

 

- 9 mai: Sanctions de l'ONU contre François Bozizé, le coordinateur des milices anti-balaka, Levy Yakété, et le numéro 2 de l'ex-coalition Séléka, Nourredine Adam.

 

- 23-26 juin: Près de 70 morts dans la région de Bambari (centre) lors d'affrontements entre anti-balaka et Séléka. Les violences ont éclaté après le massacre de 17 personnes, membres de la minorité peule musulmane, par des jeunes armés se réclamant des anti-balaka.

 

- 24 juil: Un cessez-le-feu est signé à Brazzaville entre protagonistes de la crise.

 

- 15 sept: La nouvelle force de l'ONU, la Minusca, prend le relais de la Misca. Elle dispose de 7.600 hommes et doit compter 12.000 soldats et policiers.

 

- 6 nov: Des dizaines de civils ont été massacrés ces dernières semaines dans le centre du pays, affirme Amnesty International.

 

Copyright © 2014 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

La Centrafrique depuis la chute de Bozizé

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com