Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 16:03

 

 

 

http://www.24matins.fr/  Par , publié le

 

Un peu plus d'un an après le début de l'intervention militaire française en Centrafrique, le pays est toujours en plein chaos.

 

2000 soldats français sont toujours en Centrafrique. Et, même si leur nombre devrait être ramené à 1500 d’ici le printemps, la situation du pays est bien loin d’être réglée. La force de maintien de la paix de l’ONU compte quant à elle plus de 8000 soldats, 12 000 prochainement.

 

« En Centrafrique, nous sommes dans le temps long », affirmait au début du mois un officier supérieur de l’armée française, faisant notamment référence au 15 années de présence militaire au Kosovo.

 

Un conflit meurtrier

 

En un an, le conflit en Centrafrique a fait des milliers de morts, plus de 400 000 déplacés à l’intérieur du pays, 60 000 à l’extérieur. Si l’intervention française a permis de mettre un terme au risque génocidaire auquel le pays courait il y a un an, elle n’a pas pu tout régler, loin s’en faut.

 

En mars 2013, la fuite du président François Bozizé renversé par la coalition rebelle Séléka, majoritairement musulmane, et menée par Michel Djotodia, a plongé le pays dans une guerre civile entre anti-balaka, majoritairement chrétiens, et séléka, majoritairement musulmans.

 

Début 2014, après l’intervention militaire de la France, puis des forces internationales, Djotodia et la Séléka ont été contraints de quitter le pouvoir, remplacés par madame Samba Panza.

 

Un Etat qui ne fonctionne plus

 

Si l’opération Sangaris ainsi que la présence de forces onusiennes sont parvenues à ramener un calme relatif dans le pays, de brefs mais intenses pics de violence subsistent, tant dans la capitale Bangui, qu’ailleurs dans le pays.

 

Le désarmement voulu par la présidente de la transition Catherine Samba Panza est toujours en cours, et l’Etat peine aujourd’hui à rétablir une administration sur le territoire.

 

Interrogée au début du mois par Libération, Delphine Chedorge, chef de mission Médecins sans Frontières à Bangui, témoignait d’un pays toujours très désorganisé, notant l’absence d’Etat, d’économie, de justice, d’école, de système de santé en état de marche, ainsi que les divisions ethniques et l’enrôlement d’enfants désœuvrés au sein de groupes armés.

 

Les élections, initialement prévues en février, devraient avoir lieu en mai prochain. Mais, face à un pays au sein duquel le gouvernement de transition ne semble avoir aucune autorité, tout porte à croire qu’elles pourraient être de nouveau repoussées.

Centrafrique : un an plus tard, le statu quo

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com