Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 01:15

 

 

 

French.china.org.cn le 11-12-2014

 

La présidente de transition centrafricaine Catherine Samba-Panza a regagné Bangui mercredi après avoir pris part à New York aux Etats-Unis aux travaux de la 13e Assemblée générale des Etats parties au Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI), où elle a lancé un nouvel appel à cette juridiction pour traiter des crimes commis pendant la crise dans son pays.

 

En dépit des critiques qu'elle suscite sur le continent pour son action jugée partielle au détriment des dirigeants africains, la CPI par le biais de don procureur Fatou Bensouda a ouvert fin septembre une enquête sur la situation en République centrafricaine (RCA), en réponse à une requête reçue des autorités de transition de Bangui fin mai.

 

Pour la présidente de transition, cette décision "a ravivé l'espoir d'une justice dans l'esprit de nos concitoyens tout en faisant comprendre aux auteurs de crimes les plus abominables contre leur propre peuple qu'ils ne seront jamais à l'abri des poursuites".

 

"Depuis août 2012 au moins, la République centrafricaine est profondément ébranlée par l'une des crises les plus graves de son histoire récente. Je parle ici d'un conflit armé dans lequel les atrocités et les crimes les plus odieux ont été commis", a-t-elle souligné dimanche devant les participants à la 13e Assemblée générale des Etats parties du Statut de Rome de la CPI.

 

Parmi ces exactions, l'ex-maire de Bangui devenue la première femme présidente depuis l'indépendance de la RCA en 1960 a particulièrement déploré dans discours dont Xinhua a obtenu copie le cas des femmes et des enfants, "victimes de viols et d'autres formes de violences sexuelles et à caractère sexiste".

 

D'après le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) dans un communiqué où il recense 230 millions d'enfants vivant dans des pays et des zones touchées par des conflits armés dans le monde, 2, 3 millions d'enfants sont touchés par la crise centrafricaine.

 

"On signale que jusqu'à 10.000 d'entre eux auraient été recrutés par des groupes armés au cours de la dernière année, et que plus de 430 enfants ont été tués et mutilés – trois fois plus qu'en 2013",mentionne le communiqué publié lundi à New York.

 

"Si nous voulons oeuvrer pour obtenir une paix et une réconciliation durable entre tous les Centrafricains, nous ne pouvons fermer les yeux sur ces crimes. Pour sceller la réconciliation et rétablir durablement la paix en Centrafrique, il faut que la justice soit rendue aux victimes dans un pays dont les fondations se sont écroulées et où la justice a jusque-là disparu", assure Samba-Panza.

 

"Ce n'est pas la première fois, rappelle-t-elle, que la République centrafricaine sollicite le concours de la Cour pénale internationale. En décembre 2004, mon pays a déjà déféré devant votre Cour la situation concernant les crimes commis au cours du conflit de 2002-2003, ce qui a abouti à l'arrestation et à la comparution de M. Jean Pierre Bemba Gombo devant la Cour".

 

Source: Agence de presse Xinhua

Centrafrique : nouvel appel de Samba-Panza à la CPI pour traiter des crimes commis pendant la crise

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com