Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 02:52

 

 

 

 

GENEVE, Suisse, 19 novembre 2014/African Press Organization (APO)/ -- En étroite collaboration avec la Croix-Rouge du Tchad, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) vient de distribuer des biens de première nécessité à plus de 5 000 personnes déplacées dans la région reculée d'Am-Timan, dans le sud-est du Tchad, en raison du conflit en République centrafricaine.

 

Depuis le début de la crise en République centrafricaine, plus de 113 000 personnes – réfugiés centrafricains et Tchadiens revenus au pays – ont cherché refuge à N'Djamena, ainsi que dans les camps et villages du sud du pays, selon l'Organisation mondiale des migrations. « Un an après leur arrivée au Tchad, la situation de ces personnes reste très précaire. L'aide humanitaire se concentre actuellement surtout sur les camps du sud-ouest du Tchad, notamment dans le Moyen-Chari, le Logone oriental et le Logone occidental », explique Gérard Besson, chef de la délégation du CICR au Tchad.

 

« En raison de l'isolement du sud-est du pays et de la dispersion des personnes retournées dans leurs communautés d'origine, cette zone tend à être négligée par la plupart des acteurs humanitaires », précise M. Besson. Cette première distribution d'ustensiles de cuisine, de seaux, de jerrycans, de couvertures, de bâches, de moustiquaires et de pagnes a permis de venir en aide aux familles les plus vulnérables arrivées sur place depuis le début de l'année, par suite du conflit en République centrafricaine.

 

La majorité des personnes retournées au Tchad sont des femmes et des enfants. « Beaucoup portent les séquelles des traumatismes qu'elles ont vécus lors de leur fuite. Malgré le fait qu'elles aient été bien accueillies par les communautés locales, elles disposent actuellement de peu de moyens de subsistance. Avant le conflit, beaucoup vivaient du commerce et de l'élevage ; mais aujourd'hui, elles ont perdu leur bétail, qui était leur principale source de revenus », constate M. Besson.

 

Pendant la première semaine de novembre, avec la Croix-Rouge du Tchad, le CICR a distribué des biens de première nécessité à près d'un millier de familles (5 000 personnes) ayant regagné leur lieu d'origine dans la région d'Am-Timan. Selon Ridmadjibaye Nadjinangar, secrétaire général du Salamat (une des régions administratives du sud-est du Tchad) qui a lancé officiellement la distribution, « plus de 7 000 personnes retournées chez elles ont été recensées à ce jour dans la région».

 

« J'ai rencontré une vieille dame qui avait perdu son fils pendant les affrontements à Bangui et avait fui vers le Salamat avec ses quatre petits-enfants. Livrée à elle-même à Am-Timan depuis le début de l'année, elle se retrouve seule à essayer de pourvoir aux besoins de sa famille. Cette distribution contribuera certainement à lui rendre la vie un peu moins dure », raconte Etienne Djimtobeye, un employé du CICR qui a participé au premier volet de l'opération. Le CICR planifie une deuxième série de distributions d'ici la fin de l'année : 1 000 familles devraient également en bénéficier.

 

Entre le début de l'année et le 15 novembre, le CICR a par ailleurs :

 

• aidé la Croix-Rouge du Tchad à distribuer plus de 1 600 kits de première nécessité à des personnes ayant fui les violences en République centrafricaine vers le centre de transit de Gaoui, près de N'Djamena, et de 190 kits similaires à des victimes d'incendies dans deux villages de la région du lac Tchad ;

 

• visité près de 1 700 personnes privées de liberté dans 10 lieux de détention à travers le pays et fourni des articles d'hygiène et de première nécessité dans plusieurs institutions pénitentiaires ;

 

• fourni des suppléments nutritionnels thérapeutiques à plus de 1 450 détenus, dont 250 souffraient de malnutrition aiguë, et 1 200 de malnutrition modérée ;

 

• facilité plus de 20 000 appels téléphoniques pour rétablir le contact entre membres de familles dispersées par suite des violences en République centrafricaine ;

 

• réuni avec leurs parents 14 enfants non accompagnés ayant fui les violences en République centrafricaine ;

 

• soutenu deux centres de réadaptation physique, contribuant ainsi à améliorer la mobilité de plus de 5 000 personnes ;

 

• organisé des séances de sensibilisation aux règles du droit international humanitaire (DIH) pour plus d'un millier de militaires, gendarmes et policiers, dont plus de 600 étaient sur le point d'être déployés au Mali ;

 

• soutenu les autorités tchadiennes dans leurs efforts visant à ratifier des traités de DIH et à les incorporer dans la législation nationale ;

 

• organisé plusieurs ateliers sur le DIH à l'intention de chefs traditionnels et religieux, ainsi que de représentants des médias et de la société civile, et mis sur pied le premier concours national de plaidoirie en DIH à l'intention d'étudiants en droit de quatre universités du pays.

 

African Press Organization, Partenaire de Next-Afrique

Tchad : les personnes déplacées de Centrafrique vivent dans la précarité

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com