Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 14:19

 

 

 

 

28/11/14 (AFP)

 

La secrétaire d'Etat française au Développement et à la Francophonie Annick Girardin s'est félicitée jeudi à Dakar qu'il y ait "pour la première fois une vraie campagne" pour prendre les rênes de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

 

Cinq candidats sont en lice pour la succession du Sénégalais Abdou Diouf, qui doit être décidée au XVe sommet de l'OIF samedi et dimanche à Dakar: la Canadienne Michaelle Jean, l'ancien président burundais Pierre Buyoya, l'ex-Premier ministre mauricien Jean-Claude de Lestrac, l'écrivain et actuel ambassadeur du Congo à Paris Henri Lopes, et l'Equato-Guinéen Agustin Nze Nfumu.

 

"Cette succession n'est pas facile. Abdou Diouf a été un grand secrétaire général. C'est un homme qui a orienté l'OIF au-delà des valeurs qu'elle portait", notamment pour la paix, a déclaré à l'AFP Mme Girardin.

 

"Aujourd'hui, pour la première fois, il faut dire qu'il y a une vraie campagne de ceux qui se présentent à la suite d'Abdou Diouf", a-t-elle estimé.

 

"Il faut préparer aujourd'hui l'OIF de demain, une OIF beaucoup plus moderne qui intègre la notion de développement économique, du climat, mais aussi la question des crises comme Ebola", a expliqué la ministre.

 

"Peu importe qui sera secrétaire général. Beaucoup d'idées ont été développées. Ces idées seront demain des éléments importants pour cette nouvelle stratégie que l'OIF s'est définie", a ajouté Mme Girardin.

 

Le président français François Hollande, qui assistera au Sommet, a loué jeudi les qualités de Mme Jean, ex-Gouverneure générale du Canada d'origine haïtienne, lors d'un entretien aux télévisions France 24, TV5 Monde et à Radio France Internationale.

 

Interrogée sur le rôle de la Francophonie face à l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, jugé trop effacé par une partie de la société civile, notamment africaine, Mme Girardin a assuré que "la Francophonie ne peut pas ne pas être solidaire quand l'un des siens est touché".

 

Elle a salué l'adoption attendue d'une résolution sur la mobilisation contre l'épidémie lors du Sommet de Dakar.

 

"Cette résolution, il faut s'en féliciter. La résolution sera donc prise, au sein de l'OIF, avec l'ensemble des pays membres, pays associés, et je crois qu'au-delà, bien sûr, il va falloir passer à l'action", a reconnu la ministre.

 

"On ne peut pas avoir qu'une Francophonie de salon, mais bien une Francophonie d'action", a insisté Mme Girardin.

"Pour la première fois une vraie campagne" à la tête de la Francophonie (ministre française)

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com