Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 20:47

 

 

 

© koaci.com- Samedi 29 Novembre 2014- L’affaire fait grand bruit dans les journaux camerounais, et commence à occuper le devant de la scène médiatique. Michel Amine président de l’Undpc-Rca et candidat à la prochaine élection présidentielle centrafricaine de juin 2015, est victime du chantage d’un universitaire camerounais, constate koaci.com.


Le Pr Manassé Aboya Endong, Vice-doyen chargé de la scolarité, des statistiques et du suivi des étudiants à la Faculté des sciences juridiques et politiques (Fsjp), de l’Université de Douala et par ailleurs directeur général du cabinet Oloko& Partners, fait du chantage à Michel Amine, président de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp-Rca), avec qui il était lié par un contrat, frappé «d’une clause de confidentialité», en vue d’accompagner la candidature de ce dernier, à la présidence de la République centrafricaine.


Abusé dans ce contrat, l’homme politique centrafricain a décidé de le rompre unilatéralement. Depuis lors, les militants de l’Undp-Rca et autres proches de Michel Amine, en transit ou en séjour au Cameroun, sont victimes de harcèlement Rechercher harcèlement policier et d’interpellation systématique par des éléments de la Direction de la surveillance du territoire (Dst), secteur du Littoral, ceci, à la diligence de l’enseignant d’université qui réclamerait 500 millions Fcfa à l’homme politique centrafricain.


Dans un premier temps, le camerounais a estimé qu’il n’a pas perçu de l’argent. Avant de se raviser (dans une correspondance dont koaci a eu copie ndlr), il précise que le contrat a été «résilié unilatéralement » par la partie centrafricaine. Et, que seulement 50 millions des 500 préalablement entendus, ont été perçus.


Avant de menacer l’homme politique centrafricain, « je vous donne une semaine pour nous payer au moins 100 millions FCFA encore pour le travail que nous avons déjà effectué». Et d’ajouter que Michel Amine est un «danger pour le Cameroun», pourtant, ce même individu était un «ami» au moment d’entrer en contrat avec lui.

Or, selon des informations en notre possession, fournies par la partie centrafricaine, les sommes versées l’ont été sans «contrepartie conséquente». Et elle regrette «l’instrumentalisation de la police camerounaise».


Pourquoi solliciter des agents de la Dst pour résoudre un litige commercial, alors que ceux-ci ne sont pas des officiers de police judiciaire ? S’interrogent les cadres de l’Undp-Rca.

Désormais, les militants de l’Undp-Rca se disent être en «insécurité au Cameroun », pays voisin de la Centrafrique. La conciliation entre les deux parties pour l’heure est en cours apprend-on.


Koaci.com, Yaoundé

Lu pour vous : Centrafrique: Un candidat à la présidentielle victime du chantage d'un universitaire camerounais

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com