Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 00:07

 

 

 

New York 5 novembre 2014 16h08 (AFP) - Un nouveau rapport affirme qu'il a une nouvelle preuve que Joseph Kony, suspect en fuite  et recherché par la Cour pénale internationale pour crimes de guerre, a trouvé refuge dans une enclave contrôlée par le Soudan.

 

Kony, commandant de l'Armée de résistance du Seigneur et originaire de l'Ouganda, a été accusé de crimes pendant des décennies et a échappé à un mandat d'arrêt délivré par la CPI en Octobre 2005.

 

Il a été inculpé de crimes de guerre et crimes contre l'humanité, accusé de mener une campagne de viols, de mutilations et meurtres et enlèvements de garçons enrôlés comme enfants soldats et les filles comme esclaves sexuelles.

 

Les groupes de campagne américains « Resolve LRA Crisis Initiative » et « Invisible Children » disent dans leur rapport, publié cette semaine et publient le dossier le plus complet des mouvements de Kony depuis 2005.

 

Les groupes veulent que les décideurs internationaux redoublent d'efforts pour capturer Kony et le Congrès américain pour financer les activités de surveillance qui permettraient de situer Kony et permettre sa capture.

 

Les révélations des déserteurs de la LRA, corroborées par des images satellitaires et des témoignages de civils, fournissent des «preuves solides» que Kony a souvent campé dans l’enclave de Kafia Kingi, à la frontière du Soudan et du Sud Soudan et dans les zones de la République centrafricaine voisine depuis 2010, selon le rapport.

 

Les troupes soudanaises basées dans le Kafia Kingi, qui est contrôlé par le Soudan mais revendiquée par le Soudan du Sud, auraient fourni aux groupes de la LRA des quantités limitées de fournitures et de munitions ce qui a permis aux rebelles d'accéder aux marchés locaux, a-t-il ajouté.

 

"Il ne fait aucun doute plus que Kony utilise fréquemment Kafia Kingi comme un havre de paix», a déclaré Paul Ronan, directeur de l'Initiative de crise LRA Resolve.

 

«Il est temps pour la communauté internationale et le gouvernement soudanais de cesser de regarder dans l'autre sens."

 

"Nier que Kony s’est réfugié dans Kafia Kingi et le traduire en justice ne sont que la première étape du long chemin de soulagement pour les communautés affectées par la LRA», a déclaré Ronan.

 

En Mars, Washington a envoyé des commandos supplémentaires et tilt-rotor avion Osprey en Ouganda pour aider les forces de l'Union africaine pour la chasse Kony.

 

Mais les perspectives de dégager Kony de Kafia Kingi sont éloignées.

 

Les relations entre le Soudan et les Etats-Unis sont tendues. Le président soudanais Omar al-Bashir, qui a dirigé le pays pendant 25 ans, est recherché par la CPI pour crimes de guerre au Darfour.

 

 

Le chef de la LRA Joseph Kony se trouverait entre la RCA et le Soudan

 

Par RFI 07-11-2014 à 00:33

 

Où se trouve le rebelle ougandais Joseph Kony ? En dépit de la mobilisation de la communauté internationale, le chef de la LRA, l'armée de résistance du Seigneur, est en fuite depuis une décennie. D’après l'ONG américaine Resolve LRA Crisis, Joseph Kony semble avoir voyagé ces dernières années entre l'est de la RCA et l'enclave de Kafia Kingi, au Soudan.

 

L'ONG américaine Resolve LRA Crisis, qui effectue une surveillance régulière des actions des rebelles de la LRA, vient de publier un rapport (en anglais) dans lequel elle tente de retracer les mouvements de Joseph Kony depuis que la Cour pénale internationale le recherche, en 2005.

 

Le rapport de Resolve LRA Crisis explique que les forces armées soudanaises ont longtemps soutenu Joseph Kony, lui permettant d'opérer au Sud-Soudan et fournissant à ses troupes des abris, de l'entraînement, des armes, des munitions et de la nourriture. Après l'accord de paix signé entre le Nord et le Sud-Soudan en 2005, ce soutien est devenu plus difficile, et Joseph Kony a donc dû partir s'installer dans le parc national de Garamba, au nord de la République démocratique du Congo. Selon Resolve LRA Crisis, il y est resté deux ans, entre 2006 et 2008.

 

Raids

 

Puis, la pression des forces ougandaises le force à se déplacer à nouveau, cette fois-ci vers la République centrafricaine, le Soudan, et à nouveau le Congo. Les informations qui filtrent depuis décembre 2012 situent Joseph Kony entre l'est de la Centrafrique et l'enclave de Kafia Kingi – une zone située à la frontière entre les deux Soudan. En mars 2013, un raid a même été lancé par les forces ougandaises et américaines sur l'enclave, mais le fugitif a une fois de plus réussi à s'échapper.

 

Selon Resolve LRA Crisis, depuis cet épisode, des éléments de la LRA ayant fait défection et des sources militaires indiquent régulièrement que Joseph Kony se trouve à Kafia Kingi, ou juste de l'autre côté de la frontière, côté centrafricain. L'ONG estime que les raids ayant eu lieu depuis 2013 près de la localité centrafricaine de Sam-Ouandja, dans l'extrême Est, visaient probablement à fournir de l'approvisionnement au groupe de Kony.

Le fugitif Kony dans l'enclave contrôlée par le Soudan

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com