Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 11:14

 

 

 

DAKAR mercredi 5 nov 2014 4:33 am (Reuters) – Le trafic de l'or et des diamants servent à financer les conflits en République centrafricaine et les forces de maintien de la paix des Nations Unies devraient surveiller les sites miniers et sévir contre le commerce illicite, selon le rapport d'un groupe d'experts de l'ONU.

 

Dans un rapport, le comité a également déclaré que la mission de maintien de la paix (MINUSCA) devrait déployer des troupes au nord reculé du pays et utiliser des drones pour surveiller la région contrôlée par les rebelles afin de mettre fin à la violence endémique dans ces zones.

 

La mission, qui a démarré en Septembre, fonctionne à seulement deux-tiers de sa capacité prévue de 12.000 hommes.

 

La République centrafricaine a été plongée dans le chaos lorsque dans le Nord, la plupart des rebelles musulmans Séléka ont pris le contrôle de la majorité pays chrétien en mars 2013, provoquant une réaction brutale et vicieuse par la milice en grande partie chrétienne anti-Balaka.

 

Le groupe d’experts a déclaré que quelque 3.000 personnes avaient été tuées entre décembre 2013 - lorsque le Conseil de sécurité de l'ONU a imposé un embargo sur les armes - et le mois d’août de cette année. Le nombre de civils tués était en baisse, cependant, a dit le panel.

 

Le Processus de Kimberley - un groupe de 81 pays, y compris tous les grands producteurs de diamants, formé pour empêcher les «diamants de sang» de financer des conflits - a imposé une interdiction d'exporter des pierres précieuses brutes de la République centrafricaine l'année dernière.

 

Mais depuis lors, 140 000 carats de diamants supplémentaires, évaluées à 24 millions de dollars, avaient été sortis clandestinement du pays, selon le comité d'évaluation.

 

Les combattants de la Séléka se sont retirés du sud du pays, y compris de la capitale, Bangui, après que leur chef Michel Djotodia ait démissionné de la présidence en janvier dernier sous la pression internationale, après des mois d’assassinats de civils, de pillages et de viols.

 

Dans leur enclave du nord, les anciens combattants Séléka imposent des taxes sur une large gamme de produits allant de l'exploitation minière de l'or, du café, du bétail, et des diamants pour financer leurs opérations, selon le rapport.

 

Les anciens combattants Séléka délivrent des licences d'exploitation à des chercheurs d'or à la mine de Ndassima près du siège des rebelles de Bambari, dans le centre du pays, dit le rapport.

 

Le rapport conclut qu'il n'y a eu aucun progrès sur le désarmement des factions rebelles depuis mars et que tout espoir de parvenir à la paix est compliqué par les scissions au sein de l'ex-rébellion Séléka et la milice anti-Balaka.

 

Il  pense que la décision de la présidente intérimaire Catherine Samba-Panza de nommer des représentants des groupes armés au gouvernement et à des rôles dans les cabinets, peut avoir alimenté le conflit.

 

"La concurrence entre les représentants politiques des groupes armés pour des postes ministériels, ainsi que les commandants militaires pour le contrôle des ressources, représente des luttes intestines récentes entre les anciens composants de Séléka et factions rivales des anti-Balaka," dit le rapport, daté du octobre 29 mais seulement rendue publique cette semaine.

 

Le Groupe d’experts a constaté que les attaques contre des civils par des groupes armés et des anciennes unités Séléka sous le commandement du général de brigade Mahamat Alkhatim - y compris l'incendie de villages et le déplacement forcé - avaient créé une zone tampon entre le Tchad et le nord de la République centrafricaine.

 

Le panel n'a pas trouvé d'importantes violations de l'embargo sur les armes imposé en décembre.

 

 (Reportage par Daniel Flynn, édité par Mark Trevelyan)

L’or et les diamants alimentent les conflits en République centrafricaine selon un panel de l'ONU

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com