Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 23:38

 

 

 

 

French.china.org.cn | Mis à jour le 20-11-2014

 

Plus de dix mois après leur départ forcé en janvier après un éphémère pouvoir désastreux incarné par leur chef Michel Djotodia, les ex-rebelles de la Séléka n'en finissent pas de se déchirer, la principale faction de l'ex-rébellion basée à Bambari (centre) annonçant la mise sur pied d'une nouvelle direction distincte de celle créée en juillet avec à sa tête leur leader en exil.

 

"On va se démarquer du front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC). Nous n'avons aucune intention belliqueuse. On va choisir une appellation pour montrer notre bonne volonté d' aller vers la paix", a déclaré dans un entretien téléphonique mercredi à Xinhua le lieutenant Younouss Ngabdjia, membre de l' équipe dirigeante de la faction installée à Bambari, à la veille d' une réunion cruciale à Bria, à environ 600 km au Nord de Bangui.

 

Pour ces assises aux allures d'Assemblée générale programmées dès jeudi, le général Joseph Zoundéko, chef d'état-major du mouvement dit des Forces républicaines des ex-Séléka, rassemble autour de lui des groupes de partisans venus de Bangui, Birao, Bambari, Kaga-Bandoro, Mobaye jusqu'à Samoandja à la frontière soudanaise, à en croire Ngabdjia, son directeur de cabinet.

 

Evaluées à environ 170 hommes provenant principalement de Bambari et de Kaga-Bandoro, ces troupes mèneront des discussions visant à "la mise en place du nouveau bureau des Forces républicaines qui mettra un terme à l'appellation d'état-major, puis du bureau politique", a précisé le lieutenant Younouss Ngabdjia.

 

La rencontre se tient en l'absence du général Nourredine Adam, élu 1er vice-président du FPRC lors de la création en juillet à Birao de cette organisation placée sous la direction de Michel Djotodia, pourtant en exil à Cotonou (Bénin).

 

C'est un "boycott", admet Ngabdjia, en réponse à la tenue d'une réunion similaire convoquée par cet autre dirigeant rebelle en octobre dans son fief de Kaga-Bandoro.

 

"Ils sont restés dans leur fief de Kaga-Bandoro. Ils sont considérés comme des dissidents. Une centaine d'hommes ont néanmoins fait défection. Certains d'entre eux sont venus à l'AG dans trois pick-up, d'autres à pied à qui on a demandé d'attendre à M'Bré pour qu'on puisse aller les transporter par un camion", rapporte le directeur de cabinet du chef d'état-major des Forces républicaines des ex-Séléka.

 

Avec ses troupes de Bambari, le général Zoundéko n'avait pas non plus pris part aux assises de Kaga-Bandoro. Mais il annonce la présence d'un groupe d'une dizaine d'émissaires dépêchés par son rival à Bria, comprenant le sous-chef d'état-major chargé des opérations.

 

Le général Ali Djarass, un autre rival meneur d'un groupe de combattants peuls ayant été opposé il y a des mois par des combats sanglants avec la faction de Zoundéko, s'est lui aussi contenté de se faire représenter par une délégation emmenée par ses deux vice- présidents.

 

"Le général Ali Djarass est prêt à reprendre le chemin avec nous", fait tout de même savoir le lieutenant Younouss Ngabdjia.

 

Chaque camp affirme vouloir prendre part au processus de normalisation et de réconciliation nationale en cours dans le pays, avec l'appui de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine ( MINUSCA) déployée depuis mi-septembre en remplacement de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA).

 

Source: Agence de presse Xinhua

 

Centrafrique : une faction des ex-Séléka annonce prendre ses distances avec Djotodia

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com