Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 19:10

 

 

 

 

  28/10/2014 à 11:56 (APA)

 

Les tueries à Bambari, source de l’hostilité de la population contre les Sangaris et la transition font la une de la presse de ce mardi 28 octobre 2014.Médias + titre : « 40 personnes tuées par les Peulhs Séléka, la Sangaris mis à l’index par la population » tandis que Le Citoyen titre : « Villages Timanguéré au Gbakomalékpa 45 personnes tuées par les Peulhs. Le sentiment anti-Sangaris monte en flèche ».

 

Le Confident, de son côté, titre : « Bambari excédée par la violence, proteste » là où Centrafric Matin constate que « les mercenaires peulhs tchadiens et soudanais ont encore massacré les populations du village Gbakomalékpa de Bambari avec la complicité des Sangaris.

 

« C’est ainsi que le samedi 25 octobre la population a organisé une marche pacifique de protestation et érigé des barricades depuis le fleuve Ouaka jusqu’à l’école Lapago et brulé des pneus. Sur des banderoles que portaient les manifestants l’on pouvait lire : « non à l’impérialisme français », « non au néocolonialisme français », « non à Hollande et ses interventions » etc. », écrit encore Le Confident.

 

De son côté, Le Citoyen revient sur les mobiles de ces actes hostiles contre la Sangaris  selon M. Azouandji, les Sangaris ont réarmé ce groupe peulh Séléka pour déloger les miliciens anti-balaka qui occupent les deux villages attaquées. Malheureusement c’est au cours des fusillades que ces 45 personnes ont été tuées. Car ces Peulhs tirent sur tout ce qui bouge ».

 

A en croire Centrafric Matin, la ville de Bambari et ses environs ont perdu leur autonomie face aux exactions de certains mercenaires tchadiens et soudanais. Puisque, une fois les motos garées et les chevaux attachés, ces mercenaires tirent dans tous les sens créant la psychose généralisée au sein de la population.

 

« Catherine Samba-Panza dirige-t-elle réellement la transition ?» s’interroge le Démocrate face à la tuerie perpétrée tous les jours par des groupes armés contre les civils.

 

Pour Le Démocrate, les beaux discours maternels ne suffisent pas. Il faut du pragmatisme dans les actions pour pouvoir convaincre les démons des crimes, de violence et de la guerre ainsi que les analystes politiques qui pensent que Catherine Samba-Panza ne dirige pas réellement la transition.

 

Copyright : © APA

Les tueries à Bambari et la transition à la Une à Bangui

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com