Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 17:56

 

 

 

 

http://www.dw.de/  

 

A Bangui, le week-end a été fortement marqué par des scènes de pillages et d'exactions attribuées aux miliciens Anti-balaka. Certains ont refusé de lever les barricades installées dans la capitale centrafricaine.

 

A quel jeu jouent les Anti-balaka ? C'est la question que se posent de nombreux habitants de Bangui, choqués par ce que leur ont fait vivre depuis quelques jours les hommes de Patrice-Edouard Ngaissona. Samedi, les rebelles ont pourtant promis à la présidente de la transition de renoncer aux exactions attribuées à leurs éléments. En contrepartie, Catherine Samba Panza a accepté d'examiner une partie de leurs requêtes. Mais juste après cette rencontre, les violences et les pillages ont repris de plus belle. Beaucoup d'observateurs ont aussi noté que les miliciens Anti-balaka sont encore lourdement armés. D'où tirent-ils leur équipement militaire ? Un enseignant de l'Université de Bangui, qui a requis l'anonymat a son avis.

 

‘'Très honnêtement, la plupart des Anti-balaka sont des ex-FACA - les Forces armées centrafricaines. Le soi-disant désarmement qui a été fait au début de la crise, notamment en décembre dernier par Sangaris, c'était un leurre. Les gens sont toujours armés jusqu'aux dents. On connaît leur base, mais on ne fait rien pour les désarmer. Quant on voit des Anti-balaka passer, armés jusqu'aux dents devant les Casques bleus qui ne font rien pour les désarmer, c'est qu'il y a un problème. Quelles sont les clauses en-dessous que la population ne connaît pas ?''

 

Détournements de fonds publics

 

Dans ce contexte d'insécurité, le premier ministre, Mahamat Kamoun devrait donner plus de détails sur l'utilisation d'une partie d'un don accordé à son pays par l'Angola. Le montant est évalué a plus d'un milliard de francs CFA. En mars dernier, Luanda avait offert la somme de dix millions de dollars américains à la RCA. Deux millions et demi de dollars n'auraient pas été versés dans les caisses du Trésor public. Même si les proches de Catherine Samba Panza restent formels, sur le fait que cette somme a bien été utilisée pour faciliter la transition politique. Toutefois, le gouvernement conduit par Mahamat Kamoun doit encore convaincre les 135 membres du Conseil national de transition sur la destination de ce bien public.

Les Anti-balaka toujours bien armés

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com