Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 17:14

 

 

 

Les Centrafricains doivent surmonter eux-mêmes leurs divergences (chef Minusca)

 

13/10/14 (AFP)

 

Les Centrafricains doivent surmonter eux-mêmes leurs divergences car les forces internationales ne pourront pas régler la crise sans réconciliation nationale, a exhorté lundi le général Babacar Gaye, chef de la mission des Nations Unies sur place, la Minusca.

 

"Sans doute allons-nous démanteler les barricades, sans doute allons-nous nous en prendre à ceux qui ont des armes, mais ça ne suffit pas", a-t-il observé, alors que certains axes de Bangui sont encore obstrué par des barricades, après les violences de la semaine dernière.

 

La population "sait très bien qu'il ne s'agit seulement pas pour avoir la paix d'avoir des soldats dans la rue", a-t-il observé, après une rencontre avec le ministre centrafricain des Affaires étrangères Toussaint Kongo Doudou.

 

"Il y a un problème de réconciliation, il y a un problème de cohabitation entre les communautés et un problème de sursaut dans la population, dans les élites pour remettre ce pays sur les rails. C'est le peuple centrafricain qui doit le faire", a-t-il insisté. "Nous sommes là pour l'accompagner."

 

"L'insécurité est généralisée", et "mes propres personnels des Nations Unies se sentent en insécurité parce qu'on leur a tiré dessus", a reconnu le responsable onusien.

 

"Ce n'est quand même pas la faute des Nations Unies si dans cette ville, chaque fois qu'on attrape quelqu'un on le tue, on le dépèce", a déploré le général Gaye, disant comprendre les inquiétudes des habitants.

 

Les violences qui ont éclaté mardi 7 octobre ont fait au moins 10 morts, de nombreux blessés et des milliers de déplacés.

 

Un retour timide à la normale était constaté lundi à Bangui où les conducteurs des taxis et bus, qui s'étaient mis en grève, ont repris leurs activités, même si des barricades leur interdisaient toujours certaines avenues.

 

Une banque, les marchés, les commerces et quelques entreprises ont rouvert, mais toute l'administration n'a pas repris un fonctionnement normal, les Banguissois hésitant encore à reprendre le chemin du travail.

 

 

Le Général Babacar Gaye appelle les Centrafricains à une cohabitation pacifique

 

13/10/14 (APA)

 

APA-Bangui (Centrafrique) - Le chef de la Mission des Nations unies en Centrafrique (MINUSCA), le Général Babacar Gaye, a reconnu, lundi à Bangui, la détérioration de la sécurité en RCA, soulignant toutefois qu’au lieu de s’en prendre aux forces onusiennes les Centrafricains feraient mieux de régler leurs problèmes de cohabitation en s’investissant dans la réconciliation nationale.

 

''Ce n'est quand même pas la faute des nations unies si dans cette ville chaque fois qu'on attrape quelqu'un on le tue et ont le dépèce. Il y a un problème de réconciliation, de cohabitation entre les communautés. Il y a un problème de sursaut dans la population, parmi les élites pour remettre ce pays sur les rails'', a déclaré le général Babacar Gaye au terme d'une audience avec le ministre centrafricain des Affaires étrangères, Toussaint Kongo Doudou.

 

A en croire, le chef de la MINUSCA, le ministre, en tant qu'ancien fonctionnaire des Nations unies, a encouragé sa mission à faire preuve de fermeté face aux fauteurs de trouble.

 

‘'Le ministre s'est fait l'écho des frustrations tout à fait légitimes et compréhensives des populations par rapport à une détérioration de la situation sécuritaire dans la ville de Bangui", a souligné général Babacar Gaye, ajoutant que la réponse à donner aux préoccupations des populations est que ‘'la Minusca est déterminée à les aider et que nous apportons cette aide avec beaucoup d'humilité. Que ce qui ne marche pas qu'on le porte à notre connaissance''.

 

''Je lui ai donné les assurances sur notre engagement, notre détermination à cet égard. Mais je lui aussi fait observer que cette situation nous interpelle tous dans toutes les dimensions qu'elle comporte » a conclu le général Babacar Gaye.

 

L'audience s'est déroulée au ministère des Affaires étrangères, en présence de deux diplomates onusiens qui accompagnaient le général Babacar Gaye.

 

 

NDLR : ''Ce n'est quand même pas la faute des nations unies si dans cette ville chaque fois qu'on attrape quelqu'un on le tue et ont le dépèce. Il y a un problème de réconciliation, de cohabitation entre les communautés. Il y a un problème de sursaut dans la population, parmi les élites pour remettre ce pays sur les rails'', a déclaré le général Babacar Gaye.

 

Réponse : C'est bien la faute des Nations Unies si les bandes armées dont plusieurs résolutions du Conseil de sécurité ont exigé le désarmement, ne le sont toujours pas  mais continuent hélas de dicter leur loi et de sévir impunément dans le pays, en particulier à Bangui, Bambari, Dékoa, Kaga-Bandoro et autres villes de l'arrière-pays. 

 

Le Général Babacar Gaye appelle les Centrafricains à une cohabitation pacifique

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com