Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 13:00

 

 

 

 

21/10/14 (Afrikaweekly.com)

 

Il est désormais une tradition pour la République Centrafricaine, d’entrée dans une spirale de violence presque tous les dix ans. A la différence des autres crises, la rébellion introduite par l’ex-coalition Séléka a été la plus meurtrière. La circulation des armes de tous les calibres a façonné le contenu des chansons et la manière des enfants d’organiser leurs jeux.

 

Les musiciens centrafricains semblent décidés à apporter leurs pierres à l’édification de la paix en Centrafrique. Ils montrent ainsi que les conflits armés et toutes les horreurs engendrées ont éprouvé leurs sensibilités. Ainsi toutes les chansons, ou presque, ont désormais des liens avec les conflits armés.

 

L’amour, la famille, le travail, thèmes habituellement traités par les musiciens centrafricains semblent ne plus être à la mode. Depuis que les armes se sont mises à circuler, nos artistes puisent désormais leurs inspirations dans le conflit pour faire des appels à la paix, la tolérance et l’unité nationale.

 

Ce mouvement général rappelle la période de 1996 à 2003, ou l’accent étaient particulièrement mis sur les rapports ethniques.

 

Les jeux d’enfants ont pris le relais des vraies guerres

 

Par le passé, les jeux des enfants n’avaient aucun lien avec les armes. Les garçons notamment se servaient, pour leurs jeux, de cerceaux, faits de gentes d’engins à deux roues, de voitures en bambou ou en boîte de sardine, etc. Ils passaient également leur temps à jouer aux matchs de football. Avec les conflits armés, tout a changé.

 

Jeux d’enfants relais_ D’abord tous les enfants, où presque, ont une connaissance très poussée des armes. A chaque détonation d’une arme à l’issue des tirs sporadiques, ils cherchent à déterminer l’arme utilisée. C’est cette connaissance qui a poussé les enfants à se doter des armes de leur goût au moment des jeux.

 

Pour expliquer les crises actuelles en République Centrafricaine, beaucoup d’observateurs ont mis le doigt sur les différentes réformes du système éducatif. Progressivement, l’instruction civique a été retirée des programmes scolaires. Les multiples grèves des enseignants, de même que leur démotivation, ont largement contribué à la dépravation des mœurs. L’autorité parentale s’est sérieusement amenuisée.

 

Losséba Ngoutiwa en concert France

 

Malgré le contexte socio sécuritaire peut reluisant, la musique centrafricaine peut être exportée. C’est ainsi que le jeune musicien centrafricain Losséba Ngoutiwa, parfois surnommé « Jack Bauer le Messie », de l’orchestre Sapéké Musika Maison mère, s’était produit samedi 18 octobre 2014 dans la salle American dream située dans la zone industrielle Cour de Berney 49000 à Angers Ste Gemmes /Loire par le biais d’une soirée tropicale.

 

Le déplacement de Losséba et sa production à Angers ont été rendus possibles grâce à Soungba Soungba et Deff Prod.

Lu pour vous : Centrafrique: les orchestres et les jeux d’enfants désormais façonnés par les armes

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com