Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 11:10

 

 

 

 


Bangui - AFP / 23 octobre 2014 12h02 -  Au moins 30 personnes ont été tuées et plusieurs dizaines d'autres blessées mardi et mercredi dans l'attaque d'un village de la région de Bakala (centre) par des individus armés, a indiqué jeudi une source à la Minusca, la mission de l'ONU en Centrafrique.


Un groupe d'individus armés assimilés aux Peuls et ex-Séléka par les habitants ont attaqué la localité de Yamalé, vers Bakala, faisant au moins 30 morts et plusieurs dizaines de blessés. Les agresseurs ont incendié et pillé des maisons d'habitation, a affirmé cette source. 


Il s'agit d'un bilan qui reste encore provisoire. Car les individus armés ont poursuivi ces agressions dans les villages voisins, a-t-elle ajouté.


La psychose de ces attaques a gagné la ville de Bambari, chef-lieu de la préfecture de la Ouaka dont fait partie Bakala, a-t-on appris de même source. Plusieurs centaines de personnes ont fui pour rejoindre les camps de déplacés de Bambari, redoutant un regain de tension dans la ville.


Au moins sept personnes avaient été tuées la semaine dernière dans différents incidents dans la même région par des miliciens tant anti-balaka que ex-Séléka, qui s'en étaient pris à des habitants accusés de collaboration avec leurs rivaux dans le centre de la Centrafrique, selon la gendarmerie de Bambari.


La Centrafrique, ancienne colonie française à l'histoire jalonnée de rébellions et de coups d'Etat, a plongé dans un chaos sans précédent en 2013 lorsque la rébellion majoritairement musulmane de la Séléka a pris le pouvoir, plaçant le pays en coupe réglée jusqu'à son départ en janvier 2014.


Les troubles intercommunautaires se sont poursuivis ensuite, les anti-balaka --à dominante chrétienne-- commettant à leur tour d'innombrables exactions contre la population civile, notamment les musulmans qui ont dû fuir Bangui.


Si elle a perdu le pouvoir, la Séléka est restée très influente dans la région de Bambari où les flambées de violences intercommunautaires sont récurrentes, ainsi que dans le nord-est du pays.



(©) http://s.romandie.com/news/nbread.php?news=530188 

 

 

NDLR : La raison d'être et le mandat de la MINUSCA ne sont ils pas de protéger les innocentes populations de ce pays ?

 

 

Attaque meurtrière en Centrafrique

 

http://www.bbc.co.uk/ 

 

Une attaque attribuée à des peuls et combattants ex-Seleka a fait au moins 30 morts et plusieurs dizaines de blessés, dont plusieurs civils, lundi, dans deux localités du pays.

 

Selon plusieurs sources sur le terrain, le bilan n’est que provisoire.

 

Les assaillants s’en sont pris aux habitants de Yamalé et de Bagoa, pillant et incendiant leurs maisons, a confirmé le correspondant de BBC Afrique.

 

Un autre groupe de peuls armés venant de Bambari, chef-lieu de la région à 400 kilomètres de Bangui, la capitale, a tenté de rejoindre Yamalé mercredi, a-t-il ajouté. Un groupement armé, équipé et prêt à l’assaut.

 

La ville de Bambari, au Nord-Ouest de Bangui, est une zone de tensions. La cohabitation entre les combattants de l’ex-rebellion Seleka et de la milice anti-Balaka y est difficile.

 

Le correspondant de BBC Afrique indique que les tensions y restent vives et généralisées du côté de la population locale qui exige le désarmement des groupes armés. La situation pourrait dégénérer à tout moment, explique-t-il.

 

Cette nouvelle flambée de violence a poussé de nombreuses personnes à fuir leur foyer tandis que les soldats de la force française Sangaris tentent de faire revenir le calme.

 

 

Centrafrique: au moins 30 morts dans une attaque de groupes armés dans le centre

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com