Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 19:29

 

 

 

 

http://fr.radiovaticana.va/  

 

(RV) 30/09/2014 - L’archevêque de Bangui a salué dimanche l’arrivée de la Minusca tout en appelant les Centrafricains à être les artisans de leur propre paix et de la réconciliation intercommunautaire. Mgr Dieudonné Nzapalainga s’exprimait devant les membres du clergé, les agents de la pastorale, les représentants des autres confessions religieuses et de la société civile et des membres du gouvernement rassemblés devant la cathédrale de Bangui, à l’occasion de la messe de la rentrée pastorale. Le nonce apostolique, Mgr Coppola, ainsi que d’autres ambassadeurs étaient également présents.

 

Constatant que le désespoir et la division règnent dans le pays, l’archevêque de Bangui a exhorté les Centrafricains « à se convertir, à construire l’unité et à trouver comme Jésus, la force de pardonner à leurs ennemis ». Le drame qui se déroule en Centrafrique n’est pas religieux, a-t-il martelé, la religion a été « instrumentalisée par des intérêts obscurs en vue de s’emparer du  pouvoir politique et économique ». Cela été favorisé par la longue tradition de mauvaise gouvernance qui a prévalu en Centrafrique. Mgr Nzapalainga a demandé en particulier au clergé d’œuvrer en faveur de la paix et de la cohésion sociale, afin que musulmans, chrétiens et animistes redeviennent « un seul peuple » ayant en partage le même héritage historique, culturel et, par-delà tout, une tradition de cohésion sociale, de tolérance et de coexistence pacifique.

 

Avertissement contre les croyances païennes

 

Autre défi abordé par l’archevêque de Bangui dans sa longue homélie : le retour en force, à la faveur de la crise, des croyances et pratiques païennes y compris parmi les chrétiens pratiquants : sacrifices occultes, port d’amulettes, recours à des féticheurs… Les jours précédents, 860 délégués des diocèses du pays avaient, du reste, débattu autour du thème : « le chrétien face à une crise, le risque du syncrétisme ». Mgr Nzapalainga a lancé un avertissement contre cette ambivalence. Le moment est venu, a-t-il dit, d’accueillir Dieu, un Père universel qui ne distingue pas les races, les tribus, les religions et les quartiers.

Minusca en Centrafrique : l'Eglise appelle à l'Unité
Minusca en Centrafrique : l'Eglise appelle à l'Unité

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com