Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 17:01

 

 

 

 

Par Fridolin Ngoulou-RJDH - 30/09/2014

 

La question de la levée de l’embargo sur les armes en Centrafrique continue de susciter des réactions notamment chez les autorités centrafricaines et les forces internationales

 

Le ministre d’Etat en charge de la défense nationale a confié que cette question est en bonne voie au niveau des Nations Unies. Mais pour les forces internationales, il faut d’abord mener des réflexions profondes pour refondre l’armée centrafricaine. Diverses réactions ont ainsi été recueillies en marge de la visite du Ministre d’Etat en charge de la Défense Nationale, Aristide Sokambi au camp Kassaï, accompagné des chefs militaires de l’Eufor-RCA et de la Sangaris.

 

Selon le Ministre d’Etat en charge de la Défense Nationale, la cheffe de l’Etat, Catherine Samba a plaidé au sommet des Nations-Unies pour la levée de cet embargo qui frappe la RCA depuis la prise de pouvoir par l’ex coalition Séléka, le 24 mars 2013. «La cheffe de l’Etat a plaidé pour l’assoupissement sinon la levée de cet embargo. Mais pour qu’on lève cet embargo, il faudrait que notre armée montre des signes. C’est ce que nous sommes en train de faire. Réorganiser les FACA, commencer à les occuper pour qu’elles reprennent leurs places. Nous sommes optimistes», a déclaré Aristide Sokambi. Pour le membre du gouvernement, les préalables consistent à rassembler les soldats, «à toiletter» la liste. «On ne peut pas garder cette armée qui n’était qu’une coquille vide. On a, dans la liste, des déserteurs, il y a des gens qui ne viennent plus mais qui continuent à poser des actes délictuels. C’est tout ce travail que nous sommes en train de faire», a précisé le ministre d’Etat en charge de la Défense Nationale.


Le Général Eric Bellot Des Minières de la Sangaris pense que même si la France est proche de la Centrafrique, elle travaille sous mandant des Nations-Unies. «Même si la France est proche, elle travaille dans un cadre coordonné avec le gouvernement centrafricain dans le sens de la refondation de l’armée centrafricaine», a-t-il ajouté. Le commandant de l’Eufor-RCA Général Thierry Lion, a déclaré qu’ils sont en phase des projets de la Réforme du Secteur de Sécurité et le Désarmement Démobilisation et Réinsertion. Cependant, ces projets ne sont pas encore lancés.


Selon cette dernière source, il faut une réflexion profonde pour refonder l’armée centrafricaine. «Je pense que dans la reconstruction de la Centrafrique qui a connu des heurts très durs, il ne s’agit pas de faire des bricolages. Il s’agit de repenser et de refonder complètement l’armée. On ne peut pas relancer une armée dans un pays sans avoir ce temps de réflexion. Donc, il faut laisser le temps au temps», a indiqué le commandant de l’Eufor-RCA.


La présidente de transition, Catherine Samba-Panza a demandé en marge de la 69ème Session de l’Assemblée Générale des Nations-Unies de lever l’embargo car, dit-elle c’est la seule voie susceptible de permettre à son pays d’avoir une armée digne de ce nom et capable d’appuyer les forces internationales qui tentent d’y ramener la paix. Environ 7.500 FACA seraient déjà remobilisées, un chantier pour lequel les autorités de Bangui plaident pour l'assouplissement de l'embargo.

Lu pour vous : Bangui: des préalables à la levée de l’embargo sur les armes

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com