Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 12:49

 

 

 

 

 

 

Bangui, 16 sept 2014  – « Ce qui se passe en Centrafrique n’est pas insurmontable. Si nous nous entraidons, si nous nous écoutons et s’il existe une estime réciproque, il est possible de surmonter la crise » a affirmé S.Exc. Mgr Dieudonné Nzapalainga, Archevêque de Bangui, capitale de la République centrafricaine, au cours de la rencontre entre une délégation de jeunes rwandais et le Président de transition, Catherine Samba-Panza. L’Archevêque a souligné que « l’exemple du Rwanda nous prépare et nous éduque à éviter le pire ».

 

Les jeunes rwandais ont été invités en Centrafrique après une visite effectuée par les responsables religieux centrafricains à Kigali. « Nous sommes allés voir ce qui s’est passé au Rwanda et nous avons invité ces jeunes à venir dans notre pays » a rappelé Mgr Nzapalainga. La Centrafrique cherche actuellement à sortir de la grave crise causée par les affrontements entre les anciens rebelles de la Seleka et les milices antibalakas qui ont jeté le pays dans le chaos. Le 15 septembre, une force de l’ONU a remplacé la mission de l’Union africaine dans le pays.

 

Après l’Angelus du Dimanche 14 septembre, le Pape François a souhaité que la force de l’ONU puisse offrir « protection à la population civile touchée par le conflit en cours ». « Que la violence cède le pas le plus vite possible au dialogue – a déclaré le Pape. Que les coalitions laissent de côté les intérêts particuliers et oeuvrent afin que chaque citoyen, à quelque ethnie et religion qu’il appartienne, puisse collaborer à l’édification du bien commun ».

 

 

L'Onu prend le relais en Centrafrique

 

http://fr.radiovaticana.va/

 

(RV) Entretien - En Centrafrique, les Nations unies ont pris lundi le relais. La Mission Internationale de Soutien à la Centrafrique sous conduite Africaine (Misca), qui était composée de forces africaine, française et européenne, laisse place à la Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations unies en Centrafrique (Minusca), qui est sous l’autorité de l’Onu. 

 

7 600 hommes, dont une grande partie sont déjà sur place avec la Misca, vont être déployés en RCA. A terme, cette forces onusienne comptera 12 000 soldats et policiers. Ils doivent aider la transition politique du pays, et surtout faire cesser les violences entre populations chrétiennes et musulmanes.

 

Pour Mgr Dieudonné Nzapalainga, l’archevêque de Bangui, il était temps que les forces onusiennes remplacent la Misca. Mais ce sont surtout les Centrafricains eux-mêmes qui doivent trouver des solutions pour leur pays. Ils doivent trouver des solutions pour leur pays. Il est au micro de Christelle Pire

 

La M.I.S.C.A a apporté une solidarité africaine car les Centrafricains étaient en difficulté et ne pouvaient plus s’entendre dans les conflits internes. Ils s’entretuaient et la M.I.S.C.A est venue s’interposer pour permettre d’arrêter les tueries, les violations des droits de l’homme, les viols et les massacres à grande échelle. Et à ce niveau, il faut être reconnaissant car si elle n’était pas là, peut-être aurait on connu le pire. En même temps, la M.I.S.C.A, c’est une force africaine. Beaucoup de forces africaines ont des difficultés au niveau matériel. Tout ça a montré aussi les limites de nos forces. Voilà pourquoi il était temps qu’une autre force onusienne puisse prendre le relai.

 

Il y a toujours des violences dans le pays. Est-ce que les nouvelles forces qui sont aujourd’hui sous l’autorité de l’ONU seront plus capables d’apaiser les tensions ?

 

Les forces sous l’autorité de l’ONU peuvent être un milliard ou plus, si les centrafricains n’arrivent pas à prendre conscience que ce pays nous appartient et que nous sommes appelés à vivre ensemble, on ne pourra rien faire. Les forces sont là comme un appoint pour soutenir et surtout prêter main forte aux Centrafricains dans leur effort de réconciliation. Je pense que ces forces-là sont les bienvenues mais les premières réponses reviennent aux Centrafricains.

 

Il y a eu des manifestations qui demandaient aux français de l’opération Sangaris de quitter le pays avec le passage de relai à la MINUSCA. Les militaires français vont commencer à quitter la Centrafrique à partir de la fin de l’année. Est-ce que cela va aussi permettre de calmer le jeu ?

 

Je pense qu’il ne faut pas qu’on se trompe d’adversaire. Le premier ennemi, c’est nous-mêmes, les Centrafricains. Quand nous commençons à semer la haine, la vengeance et quand nous commençons à parler de médisance, c’est l’ennemi qu’on doit combattre. Certes, les autres qui sont venus ont eu leur limite et ils ne pouvaient pas faire face à tous nos problèmes et maintenant, nous cherchons parfois des boucs émissaires. Je ne veux pointer le doigt sur personne mais je le dis pour que nous, les Centrafricains, nous puissions nous remettre d’abord en question. Si ce qui est arrivé est arrivé, c’est d’abord nous, les Centrafricains, qui sommes en première ligne. Les Français qui sont venus ont accompli une mission. Il y a des moments où la Sangaris a joué un grand rôle. Il y a deux semaines, il y a eu un accident de voiture. Sangaris est parti avec l’hélicoptère pour prendre les gens et les amener dans les hôpitaux. Ils ont sauvé des vies. Il ne faudrait pas se voiler la face. Il faut dire la vérité, ils ont apporté quelque chose. Maintenant, s’il y a eu des bavures, c’est autre chose, c’est humain. Mais il ne faudrait pas s’arrêter là ; il faut plutôt voir la mission qui a été confiée et ce qui a été réalisé. C’est plutôt permettre à la Centrafrique de se stabiliser et de préparer la mission onusienne qui vient d’arriver. 

Déclarations de l’Archevêque de Bangui : « la crise centrafricaine n’est pas insurmontable »
Déclarations de l’Archevêque de Bangui : « la crise centrafricaine n’est pas insurmontable »

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com