Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 22:22

 

 

 



Lire la suite sur : http://mboaconnect.com/articles/2014/09/06/centrafrique-r%C3%A9action-du-prp-aux-d%C3%A9clarations-de-samba-panza#ixzz3CfNAPNBh 
 

Le jeudi 4 septembre 2014, l’agence de presse chinoise Xinhua publiait une interview exclusive de Madame Catherine Samba-Panza, Présidente de Transition de la République centrafricaine. Dans les déclarations de Madame la Présidente de la Transition, trois points particulièrement ont retenu l’attention du Parti du Renouveau Panafricain (P.R.P.) :

 

·L’affirmation assumée d’une option politique communautariste et confessionnalisante au sommet de l’État ;

 

· La validation d’un schéma d’instabilité gouvernementale ;

 

· La promotion du dogme de l’inclusion à tout prix comme politique à géométrie variable.

 

Interrogée sur les assourdissantes protestations à l’encontre de son cabinet gouvernemental, Madame la Présidente de la Transition répond ceci :

 

«D’abord en ce qui concerne la contestation, c’est normal, nous sommes en démocratie ». Est-ce une boutade ? Mais en pareille situation, est-ce indiqué ? Où est-ce une provocation ? La RCA actuellement est-elle une démocratie ? Vraiment, Madame La Présidente de Transition ? Suffit-il que son gouvernement soit contesté pour affirmer que l’on se trouve dans une démocratie ? C’est donc cela un pays démocratique, Madame la Présidente de Transition ? Comment une telle légèreté de parole est encore possible à un tel niveau de l’Exécutif ?

 

Madame la Présidente de Transition d’ajouter : « Dans ce gouvernement, vous avez les 16 préfectures de la République centrafricaine qui sont représentées, vous avez les grandes tribus (…) ». Cette réponse bafoue le sens même de la politique en tant qu’instrument d’organisation de la vie en société aux fins d’atteindre le bien commun. L’on n’attend pas d’un pouvoir exécutif de représenter en son sein toutes les préfectures d’une Nation, car pour cela il y a l’Assemblée Nationale qui est par excellence le lieu de la Représentation Nationale. En clair, si l’on veut représenter toutes les Préfectures de la RCA au niveau national, il ne faut pas promouvoir un « représentant » de chaque préfecture à un poste ministériel, mais s’assurer que la Représentation Nationale de Transition, en l’espèce, le Conseil National de Transition (CNT) soit effectivement représentative.

 

Le rôle de l’Exécutif de Transition est clairement défini dans l’article 44 la Charte Constitutionnelle du 18 juillet 2013 et nulle part il est fait mention de représentation des seize préfectures de la RCA. Cette confusion est d’un très mauvais genre et n’augure rien de bon. En effet, introduire le « partage » du pouvoir exécutif entre « représentants » de préfectures et les « grandes tribus » (quelle expression malheureuse) va à l’encontre de toute logique d’une politique orientée vers le bien commun. Aussi sommes-nous en droit de nous demander si ces « représentants » des préfectures ont été élus ou choisis par les administrés de cesdites préfectures comme l’exigeraient les principes démocratiques prônés par Madame Catherine Samba-Panza. Quant à ces « grandes tribus » (sic) dont parle Madame la Présidente de Transition, ont-elles procédé à des consultations internes pour établir la liste des « délégués » à proposer aux postes ministériels ? Évidemment non.

 

Et c’est avec effroi que nous sommes dans le regret de constater que l’Exécutif de Transition ne perçoit toujours pas le danger d’une gestion de la chose publique en faisant recours aux clients et aux tribus. C’est que très souvent, cette façon de faire s’est mue très vite en clientélisme et tribalisme, deux maux qui ont tant affligé notre cher Continent. Dans aucune « démocratie » le gouvernement ne cherche à représenter toutes les régions du pays en nommant un représentant par région à chaque poste ministériel.

 

Et d’ailleurs ce n’est pas ce qu’attendent les populations. Elles attendent des solutions de sortie de crise, la fin des exactions, le rétablissement de la sécurité, le retour de la paix et de la justice, le redémarrage de l’appareil économique. Que toutes ces aspirations légitimes soient réalisées par un gouvernement composé de personnes d’un même quartier, d’une même ville ou de préfectures ou de tribus différentes n’a que peu d’intérêt. L’on ne demande pas au Gouvernement de Transition de s’attarder sur les origines géographiques, tribales ou confessionnelles de ses membres, mais sur leurs compétences, leur probité, leur loyauté, leur patriotisme, leur engagement.

 

Donc l’Exécutif de Transition doit cesser ces discours basés sur des fondements divisionnistes, communautaristes, confessionnels. Un tel discours est extrêmement dangereux.

 

Cette conception dangereuse de la politique ne produit qu’instabilité, c’est d’ailleurs ce que reconnait implicitement Madame Catherine Samba-Panza quand elle répond à la question des journalistes qui lui demandent si Monsieur Mahamat Kamoun serait son dernier premier ministre jusqu’à l’échéance de la Transition. La réponse de la Présidente de Transition est cinglante : « Ça ne peut pas être le dernier ». Depuis l’indépendance en 1960, le système politique centrafricain est grevé par une instabilité congénitale à la tête de l’État. Ainsi à un président civil succédait aussitôt un président militaire et vice versa, et ce de David Dacko à Michel Djotodia. Et il semblerait que la Présidente de Transition ait malheureusement renoué avec cette politique qui épelle le nom même de l’instabilité. Nous avons besoin d’institutions fortes, stables, fussent-elles de transition, pour amener vers la sortie de crise. Changer trois ou quatre fois de Premier ministre n’est pas de nature à contribuer à ce but.

 

Madame la Présidente de Transition s’inscrit également dans une doctrine politique assez étrange au regard de la situation chaotique de la RCA. En effet, elle revendique jusqu’au dogme une certaine vision de l’ « inclusion ». « Depuis que je suis arrivée, j’ai fait de l’inclusion un principe », dit-elle. Mais la RCA souffre-t-elle d’avoir trop exclu les ennemis de la Nation, les fossoyeurs du pays ? En d’autres termes souffre-t-elle de ne pas avoir assez ouvert les bras à ces sinistres individus ? Doit-on s’ouvrir davantage à ceux qui ouvertement intentent à l’intégrité de l’État, à ceux qui s’adonnent à la prédation économique via l’extraversion des richesses du pays, ou encore à ceux qui ne s’échinent qu’à faire couler le Précieux Sang des Centrafricains ? Cette logique suicidaire conduira immanquablement la Transition vers l’échec, donc nous peuple centrafricain vers de nouvelles souffrances.

 

Et dans le même temps, pourquoi ne pas aller jusqu’au bout de cette logique de l’ « inclusion à tout prix » ? Pourquoi, alors, s’arrêter en si bon chemin ? Si telle est la ligne directrice, pourquoi ne pas convier MM. François Bozizé et Michel Djotodia à la table du « dialogue inclusif » ?

 

Pourquoi ne pas l’avoir fait dès le départ ? Pourquoi ne pas leur proposer (récompenser de ?) deux postes de vice-premier ministre ou de vice-président ?

 

En vérité, c’est de ne pas avoir suffisamment exclu ceux qui ne se conformaient pas aux règles, aux critères, aux modalités, aux accords et au fonctionnement du jeu politique que souffre la RCA. L’on ne peut se permettre d’hypothéquer les chances de la Transition à cause d’un dogme dont les prémices sont biaisées. L’heure n’est pas à l’inclusion à tout prix, mais à prendre la mesure du prix de l’inclusion, et à identifier celles et ceux qui font honneur aux Centrafricains et ceux qui s’érigent en ennemis déclarés en faisant sans cesse couler le sang des innocents. Se montrer inclusif avec les premiers et exclusif avec les derniers, voilà ce que la population est en droit d’attendre des Autorités de Transition, pas autre chose.

 

Aussi le Parti du Renouveau Panafricain (PRP) en accord avec cette dernière conception de la politique exhorte la Présidence de Transition et le Gouvernement de Transition d’apporter le correctif nécessaire dans la conduite de la Transition afin de nous épargner à tous de futures souffrances largement prévisibles en cas d’échec de l’équipe dirigeante actuelle.

 

Que Dieu bénisse l’Afrique, qu’il bénisse la Centrafrique. Vive la Centrafrique.

 

Fait à Dakar le 6 septembre 2014

 

Maître Tahéruka SHABAZZ, Président du PRP



Lire la suite sur : http://mboaconnect.com/articles/2014/09/06/centrafrique-r%C3%A9action-du-prp-aux-d%C3%A9clarations-de-samba-panza#ixzz3CfMwRpPd

Centrafrique : Réaction du PRP aux déclarations de SAMBA PANZA

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com