Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 22:30

 

 

 

 

 

03/09/14 (AFP)

 

Au moins cinq personnes ont été tuées et d'autres blessées dans l'attaque d'une localité du nord-ouest de la Centrafrique par des hommes armés, qui a provoqué la fuite des habitants, a annoncé mercredi à l'AFP un officier de la force africaine Misca.

 

"Des hommes puissamment et lourdement armés (...) sont entrés en tirant mardi à Nana Bakassa", à 300 km au nord de Bangui, et "se sont attaqués aux individus et aux maisons d'habitation", a déclaré cet officier, sous le couvert de l'anonymat.

 

"On dénombre provisoirement cinq morts et autant de blessés", a-t-il ajouté.

 

Les hommes armés ont été "identifiés par la population comme étant des (ex-rebelles) Séléka", a affirmé l'officier, sans pouvoir confirmer cette information dans l'immédiat.

 

"On ignore à présent les motivations des assaillants" à Nana Bakassa, où les forces internationales ne sont pas encore présentes, a-t-il précisé.

 

L'attaque a fait fuir de nombreux habitants vers d'autres régions et en brousse.

 

Selon cet officier, les tirs avaient cessé et un calme relatif était revenu dans la ville mercredi.

 

La localité de Nana Bakassa est située dans la préfecture de l'Ouham, théâtre ces derniers mois d'attaques et d'affrontements entre milices chrétiennes anti-balaka se réclamant du président déchu François Bozizé et de l'ex-rébellion Séléka, majoritairement musulmane.

 

Ces violences ont fait plusieurs dizaines de morts et entraîné des déplacements de population vers d'autres régions du nord-ouest et Bangui.

 

La Centrafrique connait depuis plus d'un an des violences intercommunautaires meurtrières, opposant principalement l'ex-rébellion Séléka, au pouvoir de mars 2013 à janvier 2014, aux milices anti-balaka.

 

Malgré la présence des 2.000 militaires français de l'opération Sangaris et de quelque 5.000 soldats de la Misca, les exactions des groupes armés contre les civils continuent.

Centrafrique: au moins cinq personnes tuées par des hommes armés dans le nord-ouest

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com