Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 12:29

 

 

 

 

 

08/08/14 (Dw-World)

 

Après la démission d'André Nzapayéké, les tractations ont déjà commencé pour la désignation du nouveau locataire de la primature en Centrafrique. Trois noms circulent, dont celui de l'ex-chef du gouvernement. En République Centrafricaine, l'accord de cessation des hostilités signé le mois dernier à Brazzaville a-t-il déjà volé en éclat ? Car les miliciens anti-Balaka et les ex-rebelles de la Seleka s'accusent mutuellement de l'avoir violé. Pendant ce temps, les affrontements entre les combattants Seleka et les forces française « Sangaris » se sont poursuivis, mardi soir à Batangafo, dans le nord du pays.

 

Trois noms circulent

 

Depuis la signature de l'accord de Brazzaville le 24 juillet dernier, l'opinion centrafricaine s'attendait à la démission d'André Nzapayéké. Car selon nos informations, les présidents tchadiens et congolais auraient réussi à convaincre les autorités de transition centrafricaines de confier la primature à un musulman, issu du nord du pays. Pour, dit-on, favoriser l'équilibre régional et aider à la décrispation du climat politique et sécuritaire. C'était d'ailleurs l'une des exigences de la Seleka lors des pourparlers de Brazzaville.

 

Qui donc pour succéder au Premier ministre sortant ? Trois noms circulent, dont celui d'André Nzapayéké lui-même. « Cette option est à écarter », a confié sous le couvert de l'anonymat un membre du Conseil national de transition joint à Bangui. Le nom qui revient souvent est celui de Karim Meckassoua, un musulman originaire du nord du pays. Actuellement Ministre d'Etat-Conseiller à la Présidence de la République, il a été dans le passé ministre de François Bozizé pendant six ans.

 

Le troisième candidat à la succession d'André Nzapayéké s'appelle Mahamat Kamoune, un ancien cadre du Ministère des Finances et proche de l'ancien président Michel Djotodia, actuellement en exil au Bénin, dont il fut le directeur de cabinet. Lui aussi est musulman et originaire du nord de la Centrafrique. Selon des indiscrétions, il aurait les faveurs de la présidente de la transition.

 

Comment réagissent les Centrafricains à cette actualité ? Pour le journaliste Rodrigue Joseph Prudence Mayte, l'appartenance religieuse ou ethnique du nouveau Premier ministre importe peu. « Le problème centrafricain n'est pas religieux ou interreligieux, c'est une crise politique. Si on a un Centrafricain musulman qui a les compétences requises et qui peut occuper les hautes fonctions de l'Etat, il n'y aura pas de souci. On a vu par exemple au Sénégal le président Senghor rester plus de 20 ans président de la République, alors qu'il est issu d'une minorité chrétienne. »


Situation humanitaire alarmante à Bambari

 

Sur le plan humanitaire dans le pays, une conférence de presse s'est tenue mardi sur la situation à Bambari, dans le centre de la RCA où des centaines de musulmans ont trouvé refuge suite aux violences dans la capitale. La situation est alarmante selon le constat d'un groupe de travailleurs humanitaires, au terme d'une visite de quatre jours dans la localité.

 

http://www.dw.de/qui-pour-succ%C3%A9der-%C3%A0-andr%C3%A9-nz...

 

 

 

NDLR : En RCA, on a l'art de faire durer le plaisir. La vraie question est de savoir si Mme Catherine Samba-Panza a réellement une marge de manoeuvre dans la désignation d'un premier ministre. Il est permis d'en douter. C'est un secret de polichinelle que la RCA est aujourd'hui un pays sous tutelle de la communauté internationale avec des voisins dont les chefs ont suffisamment mis la main à la poche pour le maintenir en vie, tiennent clairement à peser sur le cours de son évolution. Dès lors, on ne peut que faire le constat que ce qui se passe pour la désignation du nouveau PM nous fait perdre inutilement du temps car la formation de son gouvernement suivra, puis les passations de service des ministres dans la foulée. Tout ce tra la la  nous conduira à la mi-septembre, période du déploiement des casques bleus des Nations Unies.  

Lu pour vous : Qui pour succéder à André Nzapayéké ?

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com