Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 10:58

 

 

 

 

 


Il faut de toute urgence mettre en œuvre une stratégie de protection des civils 

(Nairobi, le 15 juillet 2014) – Un cycle infernal de violence sectaire s’aggrave dans l'est de la République centrafricaine, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Des dizaines de civils ont été tués depuis le début de juin 2014 et des dizaines de milliers de personnes ont abandonné leurs foyers, venant s’ajouter aux centaines de milliers de personnes qui ont déjà fui leurs maisons depuis que la violence a commencé en mars 2013.


Une mission de recherche menée par Human Rights Watch en juin a révélé qu'au moins 62 personnes ont été tuées entre le 9 et le 23 juin 2014 à Bambari et dans ses environs, dans la préfecture d’Ouaka, dans le centre du pays, lorsque les affrontements entre les rebelles principalement musulmans de la Séléka et les milices anti-balaka chrétiennes et animistes se sont intensifiés. Des témoins des deux camps ont souvent décrit les attaques comme des mesures de représailles, reflétant un cycle croissant de vengeance meurtrière réciproque entre communautés. La plupart des victimes étaient des hommes qui ont été tués à coups de machette.


« La violence sectaire se déplace vers l'est de la République centrafricaine, frappant de nouvelles communautés», a déclaré Daniel Bekele, directeur de la division Afrique à Human Rights Watch. « Les forces de maintien de la paix françaises et de l'Union africaine déployées à Bambari en nombre limité sont incapables de protéger adéquatement les civils et de mettre fin aux massacres – bien que sans leur présence, l'effusion de sang aurait probablement été pire. »


Les attaques ont commencé le 9 juin, lorsque des rebelles de la Séléka ainsi que des membres de l'ethnie peule ont attaqué le village majoritairement chrétien de Liwa. En représailles, le 23 juin, les forces anti-balaka ont attaqué la communauté peule voisine à Ardondjobdi. Plus tard ce jour-là, les rebelles de la Séléka et des membres de la communauté musulmane ont attaqué les quartiers chrétiens de Bambari.

« Quand j'ai vu les assaillants arriver, j'ai rassemblé les enfants pour les faire sortir du village », a expliqué un homme qui a survécu à l'attaque à Ardondjobdi. « À ce moment-là, j'ai été blessé au visage. J'ai essayé de continuer à aider les femmes et les enfants, mais j'ai été blessé de nouveau au bras. Tandis que je courais, mon frère a été touché au côté par une balle. Je ne pouvais pas le sauver et nous avons dû l’abandonner. »

Selon les Nations Unies, la violence se poursuit. Tout récemment, le 7 juillet, une attaque brutale menée par des rebelles qui appartiendraient à la Séléka contre des milliers de personnes déplacées se réfugiant dans la paroisse Saint-Joseph à Bambari et la résidence adjacente de l'évêque a tué au moins 27 personnes.


Les forces françaises ont indiqué qu’elles avaient pris position autour de la cathédrale vers 16 heures, une heure après le début de l'attaque. Elles ont affirmé avoir tiré sur les assaillants et déployé des hélicoptères pour tenter de mettre fin à la violence.


Les attaques, causant des pertes civiles à grande échelle ainsi qu’une destruction et des déplacements massifs, reproduisent la violence qui a dévasté des régions de l'ouest de la République centrafricaine, déchirée par la guerre depuis plusieurs mois. Ceci laisse craindre que le conflit sectaire se déplace constamment vers l'est et risque de déstabiliser le pays encore davantage, selon Human Rights Watch.


Le 30 mai, la présidente par intérim de la République centrafricaine, Catherine Samba-Panza, reconnaissant l’incapacité du système judiciaire national à faire face à l'ampleur des crimes commis, a officiellement demandé à la procureure de la Cour pénale internationale (CPI) d'ouvrir une nouvelle enquête sur les crimes graves commis dans ce pays.


« Les dirigeants de la Séléka et des forces anti-balaka doivent immédiatement prendre des mesures pour mettre fin au cycle terrible de violence contre les civils », a déclaré Daniel Bekele. « La procureure de la CPI devrait ouvrir une enquête et le gouvernement intérimaire devrait pleinement restaurer son système judiciaire. Cela enverra aux responsables de ces atrocités le signal fort que la justice est imminente. »

La mission de l'ONU en République centrafricaine, la MINUSCA, devrait examiner d'urgence les graves violations des droits humains commises à Bambari et publier un rapport dans les plus brefs délais.


À la suite de ces attaques, la plupart des habitants de Bambari ont fui pour se réfugier dans des églises à proximité et aux environs des bases des forces de maintien de la paix de l'UA et de la France. À la date du 25 juin, environ 21 000 habitants étaient déplacés dans des camps de fortune répartis tout autour de la ville.


Les troupes de maintien de la paix françaises stationnées à Bambari dans le cadre de l'opération Sangaris ont apporté de l’aide à certains résidents qu’elles ont transportés vers des lieux de refuge. Elles ont également effectué des patrouilles à Bambari et dans les zones rurales environnantes, envoyant notamment des troupes dans des camps de déplacés pour offrir une protection. Ces actions sont susceptibles d'avoir contribué à réduire le nombre de morts. Le 26 juin, les soldats français ont recouru à la force pour arrêter une attaque anti-balaka contre Bambari, tuant plusieurs combattants.

Les forces gabonaises déployées dans le cadre de la mission de maintien de la paix de l'UA connue sous le nom de MISCA ont également effectué des patrouilles sporadiques et ont aidé à protéger les quelque 3 000 personnes qui avaient fui pour se réfugier à la gendarmerie locale.


Le 10 avril, le Conseil de sécurité des Nations Unies a approuvé la création d'une opération de maintien de la paix comportant près de 12 000 membres afin de protéger les civils et de faciliter l'accès humanitaire en République centrafricaine. Elle est censée prendre le relais des forces de maintien de la paix de l'UA – la MISCA - en septembre.

« La population de Bambari ne peut pas attendre jusqu'à septembre pour être protégée contre cette violence brutale », a conclu Daniel Bekele. « Les forces de maintien de la paix françaises et de l’Union africaine doivent de toute urgence élaborer une meilleure stratégie pour protéger les civils et mettre fin au cycle de mort et de destruction à Bambari. »

Pour un compte rendu détaillé des attaques et des récits de témoins, veuillez voir ci-dessous.



Pour consulter d’autres recherches de Human Rights Watch sur la République centrafricaine, veuillez suivre le lien : 


https://www.hrw.org/fr/africa/central-african-republic

Pour d’autres informations, veuillez contacter : 


À Genève, Peter Bouckaert (anglais, français) : +41-22-738-1793 ; ou +41-789-459-385 (portable) ; oubouckap@hrw.org. Sur Twitter @bouckap
À New York, Philippe Bolopion (français, anglais) : +1-212-216-1276 ; ou +1-917-734-3201 (portable) ; oubolopion@hrw.org. Sur Twitter @Bolopion

À Paris, Jean-Marie Fardeau (français, anglais, portugais) : +33-143-595-531 ; ou +33-645-852-487 (portable) ; ou fardeaj@hrw.org. Sur Twitter @jmf60

À Londres, Anneke Van Woudenberg (anglais, français) : +44-207-618-4786 ; ou +44- 771-166-4960 ; ouwoudena@hrw.org. Sur Twitter @woudena

À Kigali, Lewis Mudge (anglais, français): +250-788-502-870 (portable) ; ou +1-646-637-3801 (portable) ; oumudgel@hrw.org

 


Attaques à Bambari et dans ses environs

 

 Un chercheur de Human Rights Watch a interrogé 35 témoins et victimes des communautés touchées par la violence à Bambari et dans ses environs. Les personnes interrogées ont affirmé que cette ville avait été relativement calme jusqu'à fin mai ou début juin, lorsque des sources locales ont signalé que plusieurs membres de la communauté nomade ethnique des Peuls avaient été tués par les forces anti-balaka dans les zones rurales au sud de Bambari. Ceci a déclenché le cycle de vengeances meurtrières.

Liwa


Le 9 juin, des rebelles de la Séléka ainsi que des membres de l’ethnie peule ont attaqué Liwa, un village à majorité chrétienne situé à dix kilomètres au sud de Bambari. Au moins dix personnes ont été tuées lorsque des assaillants à moto ont tiré sur les habitants et incendié des maisons. Le père d'une victime a décrit comment le lendemain matin, il a découvert le corps de son fils « tué par balle, puis lacéré au visage avec une machette ».


Les personnes qui ont survécu ont cherché refuge dans une paroisse catholique de Bambari. Un chercheur de Human Rights Watch qui s’est rendu à Liwa deux semaines plus tard a trouvé le village complètement détruit, ses 169 maisons réduites en cendres.

Une survivante a décrit comment elle a été épargnée lorsque ses deux cousins ​​ont été tués :

 

Nous arrivions des champs et nous avons vu six Peuls sur la route. Ils ont pointé leurs fusils et nous ont dit de lever les mains en l’air. J'avais un bébé dans les bras. Ils ont tiré sur [mes deux cousins​​]. Puis l’un d’eux a brandi un arc et a pointé la flèche sur moi, mais un autre lui a dit : « Non, elle est notre sœur, nous ne sommes pas venus ici pour tuer des femmes. » J'ai couru dans la brousse et y suis restée toute la nuit jusqu'à l'aube.

 

Un autre survivant a déclaré :

 

Lorsque la fusillade a commencé, nous avons quitté nos maisons et couru dans la brousse. Nous y avons passé la nuit. Le lendemain matin ... nous avons enterré les corps.


Ardondjobdi


Tôt dans la matinée du 23 juin, les forces anti-balaka ont riposté en attaquant la communauté peule voisine à Ardondjobdi, à un kilomètre de Liwa, alors que les hommes achevaient leurs prières du matin. Au moins vingt personnes, dont des femmes et des enfants, ont été tuées, pour la plupart à la suite de coups de machette portés à la tête et au cou. Trois victimes ont eu la gorge tranchée alors qu'elles se trouvaient encore à l'intérieur de la mosquée locale.


Un survivant peul a déclaré à Human Rights Watch que pendant qu'il luttait pour se défendre avec son arc et ses flèches, les forces anti-balaka ont poussé sa femme et son fils d’un an et demi ans dans une maison en feu. Plus tard, il a retrouvé le corps brûlé de sa femme, tenant toujours leur enfant dans ses bras. Des témoins ont indiqué à Human Rights Watch que parmi les assaillants anti-balaka se trouvaient des hommes de Liwa qu'ils connaissaient.


Un homme témoin de l'attaque a déclaré :


J'avais déjà prié et j'étais à la maison en train de me préparer pour la journée. J'ai entendu un grand bruit, alors je suis sorti et j'ai vu des gens qui couraient en criant : « Les anti-balaka sont là ! Les anti-balaka sont là ! » Les gens couraient et soulevaient la poussière partout. J'ai vu des anti-balaka accroupis et pointant leurs fusils. Ils nous avaient encerclés ... Ils couraient et nous attaquaient par petits groupes de dix. L'un d’eux avait une kalachnikov et les autres avaient des fusils de fabrication artisanale et des machettes. Ils tiraient sur les gens avec le fusil fabriqué maison et ensuite les attaquaient avec une machette. Ils ont attaqué et brûlé les maisons.


Un survivant en larmes a énuméré les cinq membres de sa famille tués le 9 juin :

 

Mon père Aladi Ali Garga a été tué ; il était âgé de 68 ans. Mon petit frère Moussa Garba a été tué ; il avait environ 29 ans. Il a été tué par des coups de machette au cou. Mon autre frère Adamou a également été tué par des coups de machette au cou. Mon cousin Amindou, qui était âgé d’une vingtaine d’années, a également été tué. Il s’est fait tirer dessus, puis ils l’ont achevé à coups de machette. Mon fils, Adimou Bozizé, a également été tué. Il était dans la maison quand ils y ont mis le feu. Je pense qu'il est juste resté à l'intérieur et y est mort. Il avait 7 ans.


Bambari


Plus tard dans la journée du 23 juin, quand la communauté musulmane et les rebelles de la Séléka, dont le commandement militaire est basé à Bambari, ont entendu parler de l'attaque perpétrée à Ardondjobdi, ils ont attaqué les quartiers chrétiens de Bambari. Ils s’en sont pris tout particulièrement aux quartiers situés sur la route de Liwa, notamment Mbrepou, Logodé, Saint-Joseph I et II. Au moins 32 personnes ont été tuées lors de ces attaques de représailles commises à Bambari, mais leur nombre pourrait en fait être beaucoup plus élevé, car certaines familles ont rapidement enterré leurs proches plutôt que de risquer d’apporter leur corps à la morgue.

Les rebelles de la Séléka ont été rejoints par des résidents musulmans de Bambari, que certaines des victimes ont reconnus. Dans un cas, une femme qui s'est cachée dans sa maison a reconnu les assaillants qui ont défoncé sa porte comme étant des résidents musulmans du quartier de Borno, un quartier à majorité musulmane de Bambari. Les assaillants ont tiré sur son voisin âgé de 23 ans, qui avait couru se réfugier dans la maison, et sur son frère âgé de 25 ans, qui se cachait dans une autre pièce. Quand sa mère a poussé des cris en réaction au meurtre de son fils, les agresseurs s'en sont pris à elle et l’ont tuée en lui tranchant la gorge avec une machette.

Le commandant des forces armées de la Séléka, le général Joseph Zoundeko, a nié que les rebelles de la Séléka aient participé aux attaques. « Les attaques de Bambari étaient des représailles menées par les membres des familles des victimes peules », a-t-il affirmé à Human Rights Watch. Néanmoins, un grand nombre de témoins ont assuré avoir bien vu des combattants en uniforme de la Séléka parmi leurs agresseurs.

Un survivant du quartier Saint-Joseph II présentant de profondes blessures à la tête et au pied a déclaré à Human Rights Watch :

 

Les assaillants sont venus d'une petite rivière ... J'ai emmené ma famille dans la maison et les assaillants ont commencé à défoncer la porte. Nous avons été attaqués par dix personnes. Ma famille n'a pas été blessée dans l'attaque, mais j'ai été emmené dehors et frappé à la tête et sur le corps à coups de machette. J'ai perdu connaissance et je suis tombé à terre. Avec tout le sang, ils ont tous pensé que j'étais mort. J'ai à peine ouvert les yeux et j'ai pu voir qu'ils s'en allaient, alors je me suis trainé jusque dans la douche et me suis évanoui.


Un autre survivant, un homme âgé du quartier Saint-Joseph I, souffrait déjà d'une blessure, mais cela n'a pas empêché ses agresseurs de tenter de le tuer :


[Les assaillants] ont dit : « Nous allons te tuer aujourd'hui. » J'ai répondu : « Non, pardon. Regardez-moi. Pensez-vous que je peux faire la guerre dans cet état ? »

 

Mais ils m’ont alors donné un coup de machette sur le bras gauche, puis ils m'ont frappé à la main droite et au pied droit. Ensuite, ils m'ont tiré dans la cuisse droite. J'étais déjà assis quand ils m'ont frappé et je suis tombé sur le sol. Je les ai vus s’éloigner un peu et ils ont pensé que j'étais mort. J'ai commencé à ramper ...

 

J’essayais de couvrir mes traces tout en me déplaçant. Mais je les ai entendus revenir. Ils ont dit : « Mais où est-il ? » C’est alors qu’ils m’ont vu couché sur le sol et ils ont crié : « Papa ! Reviens ! » Mais j'ai fait semblant d’être mort et ils ont dû le croire parce qu'ils sont partis.


Une survivante du quartier de Logodé I a subi un tir parce qu'elle n'avait pas donné d'argent à des soldats en uniforme de la Séléka. Elle a confié que lorsque les membres de la Séléka sont venus à sa porte :


J'ai mis mes enfants sous le lit pour les cacher. Les membres de la Séléka ont défoncé la porte et m'ont ordonné de leur donner de l'argent. J'ai répondu : « Je n'ai pas d'argent. » Un soldat a dit : « Tu dis que tu n'as pas d'argent mais si je te tire dessus, tu n’auras toujours pas d'argent ? » Il m'a alors tiré une balle dans la jambe droite et je suis tombée. Il a ensuite pris l'argent que j'avais caché dans mes vêtements.


La veuve d'un homme tué dans le quartier de Mbrepou a déclaré :

 

Les Peuls sont arrivés à notre maison. J'étais déjà dehors et ils ont ordonné à [mon mari] de revenir dans la maison. Ensuite, je les ai entendus dire : « Sors tous tes sacs et donne-nous ton arme. » Il n'avait pas d’arme à feu. Puis j'ai entendu [mon mari] crier : « Oh maman, je suis en train de mourir ! » J'ai ensuite entendu des coups de feu. Je suis restée dans la maison d'un voisin, mais ils ont ensuite commencé à mettre le feu aux maisons alors j'ai pris la fuite en courant ... Plus tard ce jour-là, je suis allée à l'hôpital et je l'ai trouvé en vie. Mais sa tête avait été ouverte par une machette et il avait reçu une balle dans le côté. J'ai pu parler avec lui, mais trois heures plus tard il est mort. Je suis restée avec lui jusqu'à la fin. Nous n’étions mariés que depuis trois mois.

 

Le 23 juin, un homme a été témoin du meurtre d’Alexis Gomatchi, un boucher d’âge mûr, qui avait fui pour se réfugier dans la paroisse Saint-Joseph. Gomatchi avait installé sa table à environ 80 mètres de la paroisse afin de vendre de la viande aux personnes qui y avaient trouvé refuge. Le témoin a déclaré :

 

Il était toujours là à sa table quand les musulmans sont arrivés. Ils étaient cinq, l'un d'eux en uniforme et portant une kalachnikov. Les autres avaient des machettes. Ils se sont approchés d’Alexis, alors que je courais vers le haut de la colline en direction de l'église. Alexis a levé ses mains en l’air et ils lui ont juste tiré une balle dans la poitrine ; il s’est effondré contre l'arbre.

République centrafricaine : La violence sectaire s'intensifie (HRW)

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com