Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 juillet 2014 7 13 /07 /juillet /2014 18:09

 

 

 

 

Chers compatriotes, Chers amis,

 

Après de nombreuses hésitations et compte tenu de l'ampleur des tâches à accomplir pour ramener la paix et la stabilité au pays, des compatriotes de la diaspora centrafricaine à travers le monde ont décidé de s’impliquer pour apporter leur  concours aux fins d’accompagner les Autorités de la transition et la communauté  internationale à la recherche de solutions pour résoudre la crise endémique que traverse notre pays.

 

Il ne s'agit pas de se substituer à ceux qui œuvrent déjà à cette fin, nous en n’avons pas les capacités encore moins les moyens pour cela. Il s'agit seulement d'apporter notre contribution de par notre vécu et expériences à l'étranger à une résolution de crise qui concerne nous tous.

 

L'apanage des solutions ne doit pas venir que des politiques au pays et de la communauté internationale. Pourquoi devons nous n'être que des acteurs passifs en tant que diaspora appelée à jouer un grand rôle pour la destinée du pays? 

 

En effet, à l’instar des autres diasporas africaines, la diaspora centrafricaine est le fer de lance de l’économie centrafricaine. Nombreux sont des compatriotes, qui ont un positionnement économique ou un réseau de relations confortable dans leurs pays d’accueil et qui n’aspirent qu’en faire profiter à leur pays d’origine.

 

Malheureusement, des décennies d’instabilité dues à des crises militaro-politiques ont freiné toutes les ardeurs. La plupart des projets d’investissement vers le pays sont restés en berne; une situation qui ne saurait perdurer éternellement.

 

Vu l'ampleur de la crise sans précédent que traverse le pays et qui n'est pas en passe d’être résolu actuellement, nous avons pensé qu'il était nécessaire d'apporter notre contribution pour compléter ce qui se fait déjà sur le terrain.

 

Ainsi comme il a été dit en d'autres circonstances, la crise que traverse notre pays a des racines profondes qui remontent à plusieurs décennies. Sous l'angle interne, elle est économique et sociale avant de devenir politique. Cependant, pour l'observateur étranger, la crise est politique avant tout parce que découlant de la mauvaise gouvernance de nos dirigeants en dépit des  richesses dont regorge le pays.

 

Ce qui n'est pas faux, car une exploitation rationnelle des richesses du pays avec une distribution équitable des revenus aurait pu mettre la Centrafrique à l'abri des soubresauts et aléas politiques que le pays connaît.

 

Encore faudrait-il que le peuple ait la possibilité de choisir les dirigeants qui le méritent véritablement pour conduire son destin, ce qui n'est pas souvent le cas.

 

On peut toujours faire le diagnostics des causes endogènes et exogènes des crises qu'a connues le pays à travers des réunions et rencontres que la diaspora organisera partout où le message peut être porté, mais l'objectif que nous privilégions actuellement est de chercher des voies de sortie de la crise actuelle.

 

Ainsi, prenant en référence le travail qu'avait effectué la communauté centrafricaine de France en 2010 dans la perspective de la préparation du forum des investissements destinés à la diaspora, nous pensons que cela peut constituer une approche pour la réflexion à mener.

 

Dans le contexte de l'époque où les échanges étaient organisés en commissions thématiques, 6 au total (entreprise, santé, éducation, sport et culture, commission sociale et commission organisation de la diaspora), la situation actuelle nous incombe de mener des réflexions poussées sur des thèmes privilégiant la réconciliation et les structures économiques et sociales  à mettre en place pour accompagner les politiques sécuritaires et humanitaires pour lesquelles le pays reçoit une assistance non négligeable de la communauté internationale.

 

La diaspora profite de cette occasion pour adresser ses vifs remerciements aux pays amis qui ne cessent de déployer depuis le début de la crise que connait le pays, d'énormes moyens tant financiers qu'humains pour nous aider à sa résolution.

 

A l’instar des assises de 2010 sur les investissements, la diaspora se  propose d'organiser un forum de la paix et bonne gouvernance en Centrafrique en fin d'année ou en début 2015 pour apporter sa contribution dans divers domaines et surtout interpeler les candidats sur leurs actes concrets en termes de projet de société garantissant une paix durable dans notre pays.

 

En cette période préélectorale, la réconciliation sera le leitmotiv qu’on trouvera dans les discours et programmes de tous les candidats. Une fois l’élection passée, le vainqueur logiquement se doit d’appliquer le programme pour lequel il est élu. 

 

Cependant avec l’usure du pouvoir, en dehors des périodes des partis uniques, aucun régime n’a pu avoir une véritable adhésion du peuple à sa gestion du pays.

 

Est-ce la faute à l’opposition qui joue le mauvais perdant en manipulant la population pour parvenir à ses fins au lieu d’attendre l’alternance politique par les urnes ?

 

La mauvaise gestion du pays, le clientélisme, l’affairisme érigés en système de gouvernement, le clanisme ne sont ils pas des maux créés par les régimes eux-mêmes et qui sont à l’origine de leurs déstabilisations ? 

 

Pour les analystes de la vie politique centrafricaine, la réponse est à chercher entre les deux hypothèses.

 

Les innombrables partis et associations politiques en Centrafrique, plus d’une cinquantaine pour un pays de moins de 5 millions d’habitants sont quasiment constitués sur des bases ethniques et régionales.

 

Aucune adhésion à un parti quelconque ne s’est faite sur la base d’un programme politique. Bien sûr qu’il faudrait un travail d’éducation et de sensibilisation d’une classe électorale à majorité analphabète pour l’amener à un changement de mentalité à cet effet.

Encore faudrait-il que la classe politique adhère à l’idée d’une telle démarche, dans un pays où les causes des crises sont souvent politiques du fait de la confiscation des pouvoirs par un clan.

 

Pourquoi ne pas imaginer un système limitant de manière drastique le nombre de partis politiques dans le contexte du pays et recevoir en prime les financements publics pour leurs activités ?

 

La démarche peut être utopique, mais elle a le mérite d’être posée. On constate généralement qu’en cas d’alternance en Afrique et particulièrement dans le cas de notre pays, les premières victimes du changement sont souvent à tors ou à raison les régions ou les personnes supposées être proches du précédent régime.

 

Qu’elles soient pacifiques ou violentes, les successions des régimes dans notre pays amènent souvent des lots de désolation de sorte qu’il est difficile de créer une véritable cohésion sociale sur du long terme gage de développement du pays dans ces conditions.

 

La limitation du nombre de partis politiques suivant les critères ci-après permet d’apporter un début de solutions aux crises récurrentes que connait le pays.

 

En effet le monde aujourd’hui sur le plan socioéconomique et politique est traversé par des grands courants de pensée auxquels adhèrent les partis politiques.

 

Ainsi, dans une démocratie pluraliste on trouve les partis se réclamant de la droite, de la gauche, du centre (appelés libéraux), des extrêmes à gauche comme à droite et les écologistes en fonction des courants de pensée.

 

Si les créations des nouveaux partis politiques ou le regroupement de ceux existant se faisaient sur la base des courants de pensée cela éviterait d’entités politiques à dominance amicale, ethnique et régionale.

 

Dans le cas de création des partis suivant les courants de pensée, le bureau politique à constituer doit être représentatif de toutes les régions du pays. En cas d’élection, des primaires doivent être organisées dans chaque parti pour désigner les candidats. De sorte que pour l’élection à la magistrature suprême, le Président du parti sauf clauses contraires des statuts se doit de se soumettre aux primaires internes à son parti.

 

La limitation des partis sur la base des courants de pensée et à fortiori celle des mandats présidentiels peuvent être des tentatives à méditer pour la résolution de la crise de la RCA sur le plan des institutions.

 

La seleka comme les anti balaka ont annoncé leurs intentions de se transformer  en partis politiques et ainsi abandonner la voie des armes. A court terme c’est peut être de bonnes intentions pour amener la paix dans le pays.

 

Le risque cependant à ne pas négliger se situe sur le long terme. Ces entités  étant issues des groupes militaires, peuvent former des  blocs plus homogènes par rapport aux autres candidats dont l’électorat est beaucoup plus diffus.

 

Dans un tel contexte le risque est de vouloir défendre une identité précise et en cas de contentieux électoral comme cela ne manque pas dans les jeunes démocraties, on peut avoir des soucis à se faire.

 

Voilà pourquoi nous soutenons le regroupement des partis sur la base des courants d’idée avec une répartition régionale du bureau politique.

 

Contribution de la diaspora à la recherche de solutions à la crise actuelle en Centrafrique par l’organisation d’un forum de la paix et de la bonne gouvernance.

 

La diaspora tout en émettant des critiques et propositions sur le fonctionnement des institutions pour ce qui est des actions à long terme ne peut rester longtemps à l’écart de la tragédie que traverse le pays sans apporter sa vision de la solution à la crise.

 

Ce n’est que des tentatives parmi tant d’autres sans être les meilleures thérapies à une crise qui a tant mobilisé la communauté internationale et les acteurs politiques du pays.

 

Si on pense que la plupart des solutions actuelles n’ont pas apporté de solutions définitives, la diaspora, compte tenu de sa position transversale et apolitique en tant qu’entité, est un acteur clé de recherche de solutions devant favoriser le développement du pays et l’éradication des maux actuels.

 

Nous ne pouvons ignorer le travail qu’ont fait certains membres de la diaspora à travers diverses associations, mais l’ampleur et la persistance de la crise actuelle exige un cadre de concertation beaucoup plus large de la communauté centrafricaine à l’étranger.

 

Les échanges et la synthèse des propositions à travers des commissions thématiques feront l’objet de recueils qui seront adressés à toutes les entités et organisations impliquées dans la recherche de la paix en Centrafrique.

 

Mieux vaut tard que jamais, un certain nombre de compatriotes suivant l’exemple d’organisation qui avait été mise en place en 2010 dans le cadre de la préparation du forum des investissements ont décidé d’apporter leur contribution à la construction de l’édifice pour que les solutions à la crise actuelle émane aussi de la diaspora.

 

Ainsi les actions à mener par cette nouvelle entité de la diaspora se fera sous le label que nous appelons volontairement « Diaspora de l’Emergence Centrafrique ».

 

Pourquoi le terme émergence, cela vise les objectifs que nous recherchons pour le bien être de notre pays, la réconciliation d’abord puis l’émergence par les idées. Cela traduit la volonté, l’esprit d’initiative de la diaspora à chercher des solutions durables pour la résolution de la crise en République centrafricaine,

 

Comme tous produits émergeants cela ne peut se faire sans difficulté. C’est pour cela que notre volonté de recherche de solution s’exprimera à travers des commissions thématiques 11 pour l’instant dans laquelle chacun apportera sa vision, son expérience et expertise de ce qu’il y a lieu de faire pour notre pays.

 

Les ateliers ou commissions thématiques devant faire l’objet de validation plus tard lors du lancement des rencontres préparatoires du forum sont :

 

  • Commission politique et réconciliation
  • Commission désarmement
  • Commission recherche de financement des projets
  • Commission communication et relation avec les institutions politiques et internationales
  • Commission cité et réseau des élus
  • Commission entreprises
  • Commission santé
  • Commission sport et culture
  • Commission organisation sociale
  • Commission éducation
  • Commission organisation de la diaspora
  •  

Chaque commission fonctionnera sous la tutelle d’un rapporteur qui sera élu lors de l’assemblée plénière du lancement des préparatifs de l’organisation du forum qui devra se tenir à Bangui en début d’année 2015 au plus tard et ce avant les élections présidentielles.  

 

Aux différents postes de rapporteurs comme celui de coordinateur seront soumis des appels à candidatures. Le candidat pour chaque poste doit faire valoir soit son expérience, soit sa vision pour la commission souhaitée sur la base d’un résumé d’actions ou de compétence, une sorte de cahiers de charges que le comité provisoire de préparation du forum va soumettre à cet effet dans les semaines à venir.

 

Le rapporteur doit montrer sa capacité de par son profil à diriger et aussi apporter des idées à la commission dont il a la charge tout en ayant un esprit de synthèse et d’écoute pour une restitution des propositions qu’il reçoit.

 

La diaspora émergente ne présente pas que des avantages en termes d’objectifs mais aussi des risques à circonscrire :

 

  • Manque d’expérience avérée ou de compétence
  • Organisation difficile à mettre en place
  • Processus de décision difficile

 

Nous pouvons cependant atteindre les divers objectifs que nous nous fixons sur la base d’une volonté avérée. C’est pourquoi la recherche des objectifs à travers des ateliers d’échange permet à travers la synthèse des idées et propositions de mutualiser les risques face aux grands défis que nous nous lançons.   

   

Vu les difficultés qui ne peuvent pas manquer aussi bien dans l’organisation à mettre en place que dans les synthèses des propositions issues des échanges, Il sera créé un conseil des sages, une sorte de haute autorité de la diaspora où certains compatriotes de par leurs expériences dans la vie professionnelle et associative peuvent apporter leurs conseils et arbitrages en cas de difficultés dans le pilotage de l’organisation.  

 

Les membres du conseil des sages peuvent être désignés soit par l’assemblée plénière, soit par le comité de pilotage.

 

Dans le cadre de la préparation du forum devant se ternir à Bangui, il sera organisé des réunions préparatoires à travers des grandes villes où il y a une forte diaspora centrafricaine à l’effet de débattre et recueillir les avis des uns et des autres sur des propositions de solutions tendant à amener une paix durable dans notre pays et au delà apporter nos contributions à travers les commissions thématiques dont le recueil fera l’objet de synthèse en vu d’être adressée :

 

  • au gouvernement de transition,
  • à la coordination des partis politique au pays,
  • à l’archevêché et autres organisations religieuses de Bangui
  • à l’Union européenne
  • au gouvernement français
  • à la Misca
  • à l’Union africaine
  • à la CEMAC
  • aux Nations unies etc
  •  

L’objectif du comité de pilotage à mettre en place est de préparer des thèmes devant faire l’objet des échanges soit en plénière soit à travers les mails. Un site sera dédié aux échanges et servira de relais de restitution pour l’information de tous ceux qui ne peuvent être présents aux réunions.

 

A titre indicatif, les rencontres préparatoires du forum auront lieu dans les villes suivantes :

 

Pour la France et l’Europe

  • Paris
  • Lyon
  • Bordeaux
  • Orléans
  • Reims
  • Bruxelles

Pour l’Amérique 

      Washington

Pour l’Afrique

  • Brazzaville
  • Yaoundé
  • N’Djamena
  • Libreville
  •  

Puis Bangui pour terminer.

 

Une coordination, qui servira de relais, sera installée à Bangui. Cette coordination sera soit une association, soit un membre de la société civile qui adhère à l’idée de ce forum. La coordination servira d’interface, en matière d’informations et de compte-rendu, entre le comité de pilotage du forum et les acteurs (gouvernement, ONG, société civile, partenaires aux développements bilatéraux et multilatéraux) impliqués dans la résolution de la crise en Centrafrique

 

Puisque nous devrons donner l’exemple nous même, nous essayerons de cotiser pour les locations des salles des réunions à moins que les villes qui reçoivent le comité de pilotage présentent d’opportunités en matière de salle de réunions.

 

La diaspora si elle mène à bien les différentes actions, consolidera définitivement sa position d’acteur incontournable au processus de décision et du développement de la République centrafricaine.

 

On pourra même envisager la mise en place d’un observatoire de la vie socio économique du pays qui transcende les clivages politiques à l’effet d’émettre des observations et recommandations non contraignantes pour une bonne gouvernance.

 

Pour que nos actions portent le plus possible, nous devrons montrer notre unité au sein de la diaspora en associant certaines élites de confession musulmane à tout le processus du forum.

 

Alors que certaines diasporas à travers l’Afrique ne cessent de s’organiser et progresser au point de devenir des interlocuteurs incontournables pour leurs gouvernements, la diaspora centrafricaine qui avait commencé sa véritable organisation dans le cadre du forum de Bangui en 2009 n’a pas connu de véritable mutation depuis et est restée statique face aux nombreux défis qui se posent en Centrafrique.

 

Quelques exemples pour illustrer notre retard par rapport à certaines diasporas africaines. Lors de la préparation du forum de la diaspora de 2010, nous avions examiné dans la commission entreprise les obstacles qui freinent les investissements de notre diaspora et émis certaines recommandations pour pallier cette situation. Entre autre, il était proposé les actions suivantes :

 

  • Création d’un fonds d’investissement pour canaliser les flux des capitaux de la diaspora ou pour soutenir les insuffisances des capitaux propres des acteurs économiques du pays dans son ensemble,
  •  Création d’un Centre de Gestion Agréé qui peut beaucoup servir dans le contexte actuel comme outil d’accompagnement des politiques des « D.D.R. »
  • Création d’un Centre d’affaires généraliste pour faciliter les créations d’entreprises et pallier l’absence des bureaux pour les nouveaux arrivants à Bangui,
  • La promulgation d’un nouveau code des PME avec des incitations en faveur de la diaspora
  •  la promotion de l’économie du pays à travers l’édition des guides économiques etc.

 

La diaspora camerounaise qui a tenu ses assises après la nôtre a vu ses vœux exaucer par son gouvernement, un centre d’affaires et un fonds d’investissement dédiés à la diaspora ont été créés pour faciliter les créations d’entreprises par les expatriés camerounais.

 

Récemment lors des assises de la diaspora togolaise, le gouvernement a décidé d’exempter de visa d’entrée et de sortie les Togolais détenteurs de passeports étrangers, à l’exception de ceux ayant légalement renoncé à leur nationalité togolaise d’origine. Ceci afin de faciliter les déplacements de la diaspora dans leur pays d’origine et susciter à cette occasion des initiatives dans divers domaines.

 

Ne parlons pas de la diaspora rwandaise qui est à l’origine du décollage économique du Rwanda après le génocide alors que nul étranger ne voulait s’aventurer dans ce pays après la guerre.

 

Nombreux sont des exemples comme ceux ci dans différents domaines que nous pouvons aussi capitaliser en Centrafrique.  

 

Vu la persistance de la crise chez nous où aucune solution de résolution n’a donné d’effet durable sur le terrain pour l’instant, la diaspora de par les synthèses des propositions qui naitront des échanges avec la communauté centrafricaine à l’étranger apportera sa contribution à ce qui se fait déjà sur le terrain.

 

Tout en privilégiant les aspects humanitaires et séculaires, le volet économie accompagnant les politiques avec des actions ciblées en vers les belligérants est une solution parmi tant d’autres que la diaspora s’emploie à promouvoir.  

 

Puisqu’il n’est pas donné à tout le monde de participer aux diverses rencontres qui se font dans la sous région pour chercher des solutions aux maux du pays, la concertation que prône la diaspora impliquera beaucoup de monde surtout l’élite du pays à l’étranger.

 

Sans occulter ce qui se fait ailleurs notamment les résolutions attendues du forum à venir de Brazzaville, la synthèse des échanges de la diaspora à travers les commissions thématiques peut aider et compléter les autres initiatives.

 

Bertrand KEMBA Ancien Coordonnateur de la diaspora centrafricaine.

 

Préparation forum diaspora centrafricaine

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com