Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 10:18

 

 

 

 

 

Par Jean-Pierre Bat 04 JUILLET 2014 http://libeafrica4.blogs.liberation.fr/ 

 

Les lunettes de Foccart... est une rubrique qui permet de plonger dans l'histoire de la Françafrique, et de remettre dans son contexte l'histoire de la décolonisation de l'Afrique.

 

À la faveur de la crise centrafricaine actuelle, procédant de la faillite d’un État à l’agonie, les mémoires autour de l’Empire de Bokassa se sont réactivées de manière plus ou moins confuse. Comme si l’épisode Bokassa, autant – sinon plus que l’indépendance – avait constitué un moment fondateur de l’histoire contemporaine de Centrafrique... de fait, la classe politique, qu’elle l’ait assumé ou non, est en partie sortie de ces années à l’image du général François Bozizé, ancien aide de camp de l’Empereur.

 

Dans la nuit du 31 décembre 1965, l’armée centrafricaine menée par le colonel Bokassa, chef d’état-major, procède à un putsch et renverse le président David Dacko. Ce coup de force est baptisé le « putsch de la Saint-Sylvestre ». Qui est ce militaire, présenté comme le premier officier du pays ? Enfant de troupe d’AEF et ancien FFL, Bokassa n’hésite pas à « gonfler » son CV. S’il est réellement vétéran des guerres coloniales (notamment d’Indochine) et a été promu d’adjudant-chef à capitaine dans l’armée française à la veille de son transfert pour l’armée centrafricaine naissante en 1962, il laisse en revanche entendre qu’il a débarqué en Provence en 1944 pour se donner un profil plus « gaullien ». On est en réalité loin du profil guerrier d’un Eyadéma ou d’un Oufkir. Mais comme pour cette génération, l’armée française a fonctionné comme un outil de promotion et d’acculturation, voire comme une seconde famille. Toute sa vie, il reste attaché à ce qui entoure l’armée française, à commencer par le général de Gaulle qu’il s’obstine à appeler « Papa » au grand dam de ce dernier qui n’hésitait pas à l’affubler du surnom de « soudard ».

 

En janvier 1966, c’est un triumvirat qui se partage le pouvoir : le président Bokassa, le colonel Banza, n° 2 du gouvernement, et Bandio, le ministre de l’Intérieur. Certes, Bokassa détient l’essentiel des leviers (président de la République et du gouvernement, ministre de la Défense et Garde des Sceaux). Mais, conscient que Banza contrôle réellement l’armée, il emploie les 3 années suivantes à l’éliminer. C’est chose faite le 10 avril 1969 : Banza est arrêté et accusé de préparer un putsch. Jugé le 11, il est exécuté le 12 avril.

 

En cette même année 1969, Bokassa marche à pas certains vers son intégration au sein du syndicat des chefs d’État « amis de la France ». En mars 1969, une visite officielle est organisée par Foccart à Paris pour l’introniser officiellement dans ce cercle. Pour s’assurer le soutien de l’Élysée, Bokassa entend être le meilleur représentant de la politique française en Centrafrique, bien souvent aux dépens de l’ambassadeur de France et dans une confusion des genres grandissante. À Bangui, personne, de l’ambassadeur à l’attaché militaire, ne s’illusionne sur ce président. Et malgré le soutien de Foccart, Bokassa est loin de faire l’unanimité auprès des autres membres de la famille franco-africaine. Pour prix de cette alliance, Paris accepte d’en passer par les caprices de son allié centrafricain. Foccart, parfaitement informé et lucide sur la personnalité de Bokassa, est chargé de les maintenir dans la mesure du « raisonnable ».

 

À l’aube des années 1970, le général-président Bokassa se sent pousser des ailes bonapartistes : il se proclame président à vie en 1972, maréchal en 1974 et empereur en 1976. Entre ces deux dernières étapes, le verrou du « raisonnable » a été franchi avec le départ de Foccart : Valéry Giscard d’Estaing, élu en 1974, s’appuie sur Bokassa plus que sur tout autre président : en guise de cadeau pour cette alliance, le sommet franco-africain de 1975 se déroule à Bangui, sur décision du président français. Les deux hommes ont besoin l’un de l’autre pour s’affirmer au sein d’une famille franco-africaine dominée depuis 1960 par le couple Houphouët-Boigny et Foccart.

 

En outre, Giscard a choisi de s’investir de manière plus personnelle que ses prédécesseurs dans les affaires africaines. La passion de la chasse ou le scandale des épouses ne sont que les parties médiatisées. Ce nouvel état d’esprit a été saisi par l’expression seventies de « Safari Club ». De son côté, Bokassa comprend qu’il peut obtenir beaucoup de son « cher parent », et être tenu au même niveau que les « pères des indépendances » au sein de la famille franco-africaine.

 

Le 4 décembre 1977, à Bangui, Jean-Bedel Bokassa, se couronne empereur lors d’un véritable pastiche napoléonien. L’Élysée mesure le grotesque des demandes de Bokassa pour son couronnement, mais l’organise (en minimisant publiquement sa contribution). Il est pourtant trop tard : un point de non-retour a été franchi. Les images du sacre donnent au grotesque de l’événement une dimension planétaire. Paris en a conscience : les présidents africains refuse de venir et la France n’est représentée que par René Journiac, le successeur de Foccart à l’Élysée, et Robert Galley, le ministre de la Coopération.

 

Après le sacre, les relations entre Paris et Bangui se détériorent très vite. Les sujets de discordes abondent mais, c’est bien le rapprochement avec Kadhafi (amorcé dès 1976), qui condamne pour de bon l’empereur de Centrafrique. Depuis la première guerre du Tchad (1969-1972) et tout au long de la décennie 1970, Kadhafi est pour Paris son ennemi n°1 sur le continent. La rupture s’accélère lors du sommet France-Afrique de Kigali en mai 1979 : Bokassa est accusé d’avoir réprimé dans le sang des mouvements lycéens et civils au premier trimestre 1979. Une commission d’enquête africaine s’empare du dossier tandis qu’une campagne de presse est menée contre l’empereur sanguinaire.

 

L’idée (qui, pour Paris, présidait au sacre) d’un empereur retiré en son palais de Bérengo écarté des affaires, tandis que ses ministres, plus raisonnables, auraient gouverné, a échoué...

 

Le Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (SDECE), qui depuis près d’un an planifie des scénarios de remplacement de Bokassa, obtient le feu vert de l’Élysée. Dans la nuit du 20 au 21 septembre 1979, alors qu’il est en visite à Tripoli, Bokassa Ier est renversé. L’opération « Caban » (Centrafrique-Bangui) doit restaurer l’ancien président David Dacko – pris en charge depuis de longues semaines par le service Action. À charge pour lui de demander immédiatement l’application des accords de défense, c’est-à-dire l’intervention des forces françaises officielles (opération « Barracuda »).

 

L’opération est un succès : pas un coup de feu n’est tiré grâce au plan du SDECE. Mais le montage des deux plans officieux (« Caban »)/officiel (« Barracuda ») est immédiatement dénoncé publiquement. Mais Paris a sauvegardé sa plate-forme logistique militaire : les bases centrafricaines de Bangui et Bouar, points d’appui pour la guerre au Tchad, sont sauvées. Les Éléments français d’assistance opérationnelle (EFAO) viennent relever les hommes de « Barracuda » et s’installent en Centrafrique jusqu’en 1998. Dès 1981 le colonel Mantion est mandaté comme conseiller présidentiel pour garantir la stabilité du régime : il reste à Bangui jusqu'en 1993. Les camps de Bangui et Bouar ne seront dissous qu’en 1998 au nom de la nouvelle politique africaine de la France.

 

Les diamants de Giscard ont constitué l’épilogue du coup d’État de 1979 : l’empereur déchu décide de consacrer son énergie à faire chuter son « cher parent » dans la perspective des élections de 1981... Mais ceci est une autre histoire, venue se surimposer à celle de l’Empire centrafricain pour la couvrir quasi-totalement de son voile « franco-français », si loin de l’histoire des Centrafricains.

 

L’ascension de Bokassa, son couronnement et sa chute.

 

Le 4 décembre 1977, le dictateur Jean-Bedel Bokassa, s’autoproclame « Empereur de Centrafrique », un petit pays de deux millions d’habitants. Il reproduit pour l’occasion le sacre de Napoléon Bonaparte, sous les tropiques. Couronne de laurier, manteau d’hermine, rien ne manque. Ultime facétie d’un tyran mégalomane ? Pour les témoins, le sacre de Bokassa Ier laisse le souvenir d’une gigantesque mascarade, et d’une débauche de luxe dans l’un des pays les plus pauvres du monde. Mais ce couronnement n’est pas seulement une page exubérante de l’histoire de l’Afrique post-coloniale, c’est aussi un concentré des calculs, des enjeux et des abus de la Françafrique. Car les fils qui agitent cette marionnette bouffonne et sinistre conduisent directement à l’Elysée, et au Président de la République française, Valery Giscard d’Estaing. Ce dérapage va devenir le symbole absolu des dérives de la politique africaine de la France. Moins de deux ans plus tard, il coûtera son trône à Bokassa ; puis à Giscard, la présidence « Bokassa Ier, empereur de Françafrique » retrace l’irrésistible ascension de ce dictateur excentrique jusqu’à son apothéose, qui est aussi l’amorce de sa chute.

 

Les diamants (de Bokassa) sont éternels « Pré carré » et guerre fraîche : la fabrique de la Françafrique

 

Par Jean-Pierre Bat

 

Archiviste paléographe, agrégé et docteur en histoire, membre du CEMAf (Centre d’études des mondes africains), Jean-Pierre Bat appartient au groupe de recherche informel Gempa (Groupe d’études sur les mondes policiers en Afrique). Il est l’auteur du Syndrome Foccart. La politique française en Afrique, de 1959 à nos jours (Gallimard, 2012). Ses travaux se fondent sur les archives Foccart conservées aux Archives nationales (5 AG F). Cet article est l’édition de sa conférence donnée le 5 février 2013 à l’École nationale des chartes 

 

Bois « sacré » du domaine réservé du chef de l’État sous la Ve République, l’Afrique est passée du « secret du roi » incarné par Jacques Foccart aux feux médiatiques des scandales. Ce changement de registre, dont « l’affaire des diamants » constitue l’archétype, a profondément altéré l’interprétation de la politique africaine de la France. Pensée comme le socle du programme d’indépendance nationale imaginée par le général de Gaulle, elle a été réduite à une succession d’affaires, parsemées des ombres inquiétantes de « barbouzes ». L’archéologie du récit (médiatique) de la « Françafrique » doit permettre de comprendre le « syndrome Foccart », par-delà les fantasmes attachés à la cellule africaine de l’Élysée vue comme la plus secrète boîte noire de la République.

Lu pour vous : Quand l'Empire (Bokassa) contre-attaque

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com