Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 14:34

 

 

 

 

 

21/07/14 (AFP)

 

Un ex-rebelle Séléka a été tué lundi à Bangui par des miliciens anti-balaka, le jour même où, à Brazzaville, s'ouvre un "Forum de réconciliation nationale" destiné à obtenir la cessation des affrontements entre ces groupes armés qui déchirent la Centrafrique, a annoncé à l'AFP la force africaine Misca.

 

Cette attaque, qui a eu lieu près de l'hôpital communautaire, a provoqué des représailles de la part d'autres Séléka cantonnés dans le camp militaire Béal, qui ont pris en otages plusieurs jeunes revenant d'un lycée proche.

 

"Un élément ex Séléka a été tué lundi tout près de l'hôpital communautaire par des individus se réclamant des anti-balaka alors qu'il sortait pour prendre son petit-déjeuner. Cela a provoqué des représailles d'autres ex Séléka cantonnés au camp Béal, qui sont sortis et ont emporté des biens et de l'argent de commerçants proches de l'hôpital. Des tirs ont été entendus dans la zone, suscitant la peur parmi la population", précise la source de la Misca, sous couvert d'anonymat.

 

"Par ailleurs, des jeunes d'un lycée voisin de l'hôpital, au nombre indéterminé, ont été faits prisonniers par les ex Séléka. Le père de l'un de ces jeunes qui a suivi son enfant au camp Béal, a été poignardé par les ex séléka. Il a été conduit à l'hôpital pour des soins", a ajouté la source.

 

Des éléments de la force européenne (Eufor), déployés dans le 5è arrondissement où se trouve l'hôpital communautaire, ont pris position autour du camp, tandis que.des soldats congolais de la Misca qui protègent l'hôpital ont renforcé leur dispositif.

 

Cet incident survient alors que s'est ouvert le forum de Brazzaville censé déboucher sur la signature d'un accord de cessation des hostilités entre les groupes armés, notamment les anti-balaka et les ex Séléka.

 

Les deux groupes armés, représentés au forum de Brazzaville, n'ont pas réussi à s'entendre au cours de plusieurs rencontres à Bangui ces derniers jours pour adopter une déclaration conjointe dans laquelle ils s'engageraient à aller à la paix et à la réconciliation.

 

Depuis qu'elle a abandonné le pouvoir en janvier sous la pression des forces française Sangaris et africaine Misca, après avoir commis de graves exactions envers les civils, l'ex-rébellion Séléka, à dominante musulmane, s'affronte régulièrement, surtout en province, avec des milices anti-balaka, majoritairement des chrétiens et animistes, qui s'étaient constituées pour la chasser du pouvoir.

 

 

Un membre des Séléka abattu en plein Bangui par des Anti-Balaka

 

APA-Bangui (Centrafrique) - 2014-07-21 14:52:05 - Un élément Séléka du Camp Béal à Bangui a été lundi matin par des Anti-balakas, un assassinat qui a provoqué une réaction de plusieurs Sélékas qui, dans le désir de venger leur camarade, ont semé quelque peu le désordre avant d’être cantonnés à nouveau dans leur camp par les forces étrangères.


Selon un témoin, la victime ‘'était sortie du camp Béal pour se rendre au Bureau d'affrètement Routier Centrafricain et s'acheter des cigarettes'', mais ‘'une fois à la hauteur du Bureau d'affrètement Routier Centrafricain (BARC) elle a vite été repérée par les éléments du mouvement anti-balaka, qui font la ronde à la gare routière, soit pour accompagner des parents en partance pour Douala. Malheureusement, elle a été arrêtée et tuée sur le coup''.


Les deux autres Séléka qui l'accompagnaient ont réussi à s'échapper et sont allés informer leurs collègues du Camp Béal, ajoute le témoin, soulignant qu'''en guise de protestation, les autres sont sortis pour barrer temporairement l'avenue de l'indépendance et ont promis des représailles contre cet acte odieux''.


Certains Sélékas se sont même aventurés jusqu'à l'hôpital communautaire où ils ont attaqué des commerçants, les délestant de leurs denrées et argent.

 
La circulation routière momentanément troublée par ces incidents a repris son cours normal grâce à l'intervention des troupes étrangères. 


Des centaines d'éléments Séléka sont basés au Camp Béal, situé derrière la maison de la Télévision Centrafricaine (TVCA) depuis plusieurs mois. Ils y sont gardés par les troupes étrangères déployées dans la capitale contre les attaques des Anti-balaka.

 

http://www.apanews.net/news/fr/article.php?id=800183#sthash.ZT9hQ0H9.dpuf

 

 

NDLR : Sans vouloir jouer aux oiseaux de mauvaise augure, ce grave incident  est assez révélateur de ce qui pourrait se produire même après la signature d’un accord de cessez-le-feu à Brazzaville entre Séléka et anti-balakas qu’on nous annonce car des deux côtés de ces belligérants, on trouve des va-t-en guerre et individus de mauvaise foi, toujours prêts à vouloir en découdre. La présence en pleine ville de Bangui d’éléments Séléka armés et cantonnés sur deux sites (camp Beal et le RDOT au Pk 12) avec de nombreux anti-balakas armés et libres de leurs mouvements tout autour,  n’augure rien de bon et de rassurant. Sur radio Ndéké Luka, un quidam a prétendu à l’antenne au sujet de l’incident de ce jour, qu’il ne serait pas dû aux anti-balakas mais à des « chargeurs » appelés encore "chercher à manger" désoeuvrés qui glandent autour du BARC en raison d'un pont endommagé vers Yaloké… ! Toujours la fameuse thèse des « éléments incontrôlés » qu’on se dépêche de servir pour tenter de justifier les assassinats….

Centrafrique: un ex-séléka tué par des anti-balaka à Bangui le jour du forum de Brazzaville

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com