Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 12:06

 

 

 

 

 

23/07/14 (AFP)

 

Les délégués de l'ex-rébellion Séléka ne sont pas encore prêts à rejoindre les discussions de paix pour la Centrafrique qui se déroulent à Brazzaville, a déclaré mercredi matin leur chef, Mohamed-Moussa Dhaffane.

 

"Nous poursuivons nos pourparlers en interne. Nous n'avons pas encore pris la décision d'aller au forum", a déclaré M. Dhaffane à l'AFP à quelques heures de la clôture prévue des négociations.

 

Près de 170 délégués centrafricains sont réunis depuis lundi à Brazzaville pour un "Forum pour la réconciliation nationale et dialogue politique" dont le but premier est de mettre fin à la violence pour pouvoir relancer un nouveau processus politique de sortie de crise.

 

Mal engagé dès avant même d'avoir commencé, le Forum a pris un très mauvais tour quand M. Dhaffane, chef de la délégation de la branche officielle de la Séléka (le mouvement s'est scindé récemment en deux branches), a posé comme préalable à toute discussion l'acceptation du principe d'une division du pays, position jugée inacceptable par la grande majorité des négociateurs.

 

Pour tenter de sauver les discussions, les autorités congolaises, qui assurent la médiation et l'organisation du Forum au nom de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) ont fait venir mardi soir "neuf chefs militaires" de la Séléka.

 

Mais leur présence n'avait encore rien débloqué mercredi en milieu de matinée. La reprise des discussions, prévue initialement pour 09h00 (08h00 GMT) a été reportée à midi, la cérémonie de clôture étant maintenue pour 15h00, a-t-on appris auprès organisateurs.

 

Du côté de la Séléka, on indiquait maintenir l'exigence de reconnaissance du principe d'une division du pays avant toute discussion. La délégation devait être reçue avant midi par le président congolais Denis Sassou Nguesso et comptait sur sa médiation.

 

La volte-face de M. Dhaffane a agacé bon nombre de négociateurs qui lui reprochent de chercher à gagner du temps, de ne rien vouloir résoudre ou d'être dépassé par les événements.

 

L'ex-Séléka réclame la partition de la Centrafrique

 

BRAZZAVILLE 23/07/14 (Reuters) - Les ex-rebelles de la Séléka demandent que la République centrafricaine soit partagée entre un Nord musulman et un Sud chrétien, exigence surprise aux pourparlers en cours à Brazzaville pour mettre un terme aux violences entre communautés, a-t-on appris mardi de sources proches des discussions.

 

Le chef de la délégation de l'ex-Séléka aux pourparlers de Brazzaville, le général Mohamed Moussa Dhaffane, a déclaré aux délégués présents qu'il était temps d'officialiser la partition du pays, alors que des dizaines de milliers de musulmans ont fui le Sud.

 

Les négociations, qui réunissent 169 délégués représentant le gouvernement de transition, la société civile et différents groupes armés centrafricains, visent à conclure un cessez-le-feu et à aboutir au désarmement des ex-rebelles de la Séléka et des milices chrétiennes "anti-balaka".

 

Des milliers de personnes ont péri et plus d'un million d'habitants ont été contraints à fuir depuis le début des violences dans le pays, qui ont éclaté avec l'arrivée au pouvoir de la Séléka en mars 2013.

 

Abakar Sabone, ancien ministre musulman et dirigeant du mouvement MLCJ présent à Brazzaville, a déclaré que l'ex-Séléka réclamait, comme condition préalable à la poursuite des pourparlers, que le pays soit scindé en deux.

 

"Ils (la Séléka) représentent la communauté musulmane dans le Nord. La partition est déjà effective, car tous les musulmans se trouvent désormais dans le Nord et le gouvernement actuel n'a aucun accès au Nord", a dit Sabone. "La Séléka exprime ce que réclame cette communauté dans le Nord", a-t-il ajouté.

 

(Christian Elion; Eric Faye pour le service français)

 

Centrafrique : la Séléka renâcle encore à rejoindre le forum de Brazzaville

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com