Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 11:50

 

 

 

 

 

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/   Lutte Ouvrière n°2396 du 4 juillet 2014

 

En Centrafrique, les tueries qui se sont déroulées les 23 et 24 juin dans la région de Bambari ont montré une nouvelle fois à quel point sept mois d'intervention militaire française n'ont rien réglé.

 

Au sommet de l'État, la présidente mise en place par la France, Catherine Samba-Panza, s'affaire à des combinaisons ministérielles censées ramener la paix en permettant aux différentes parties d'accéder à la mangeoire gouvernementale. Mais, sur le terrain, plus personne n'obéit à personne, et le pays est devenu un champ d'affrontements entre milices locales regroupées sous le nom d'anti-balakas ou d'ex-Sélékas.

 

Des bandes de brigands purs et simples s'y rajoutent, avec pour seul objectif de contrôler les quelques richesses du pays, les mines de diamants en particulier, et de rançonner la population.

 

À Bambari, les violences ont éclaté après l'assassinat dans leur campement d'une vingtaine d'éleveurs peuls. Un cycle de représailles et de contre-représailles s'est alors enclenché, aboutissant au massacre final. 70 personnes au moins ont été tuées dans les affrontements, et 150 maisons incendiées. Deux semaines auparavant, 22 personnes avaient été tuées dans un village voisin par une bande d'hommes armés assimilés à des Peuls ou à des ex-Sélékas. De tels enchaînements de tueries, la plupart du temps ignorées, sont la réalité quotidienne que vivent aujourd'hui les Centrafricains, qu'ils soient chrétiens ou musulmans.

 

Lorsqu'en décembre 2013 les troupes françaises ont débarqué à Bangui, il s'agissait juste, pour François Hollande, de ramener ce pays à la dérive dans l'orbite de l'impérialisme français. Quelques coups de fusil étaient censés mettre en fuite les rebelles de la Séléka qui s'étaient emparés du pouvoir, et un gouvernement « légitime », c'est-à-dire allié de la France, comme l'avaient toujours été les gouvernements centrafricains, allait pouvoir se mettre en place. Tel était le scénario du « processus politique » concocté à Paris. Sept mois après, l'intervention militaire se poursuit dans un pays en proie aux pires violences, où l'immense majorité de la population musulmane a dû s'enfuir au Cameroun ou au Tchad et où chacun craint pour sa vie.

 

Ce triste bilan suffit à prouver que l'intervention militaire française n'a d'autre motif que la défense des intérêts de l'impérialisme français, et c'est bien pourquoi il faut y mettre fin.

 

Daniel MESCLA

Centrafrique : hors d'Afrique les troupes françaises !

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com