Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 12:04

 

 

 

 

 

(France Info 11/07/14)

 

L’ONG a publié jeudi un rapport inhabituel sur la Centrafrique dans lequel elle liste des noms de criminels présumés. Son dossier est intitulé "RCA, il est temps de rendre des comptes".

 

La Centrafrique s’enfonce un peu plus dans le chaos. En début de semaine, dans le centre du pays, 26 civils ont été massacrés dans une église de Bambari, où ils s’étaient réfugiés par des ex-Sélékas. Les milices chrétiennes continuent, elles, de s’en prendre aux musulmans, qui ont quasiment disparus de la capitale. Ces enchainements de violence se déroulent dans une totale impunité. C’est le cœur du problème, selon Amnesty International qui sort un rapport précis et nominatif.

 

Des noms et des témoignages

 

Des dizaines de noms sont listés dans ce dossier. On y trouve des combattants de l’ex-Sélékas, l’ancienne rébellion à majorité musulmane. Certains sont bien connus, comme le commandant Nourédine Adam. Des noms de combattants chrétiens anti-Balakas figurent aussi sur la liste comme Levy Yaketé, il coulerait des jours tranquilles en France. Les noms sont accompagnés de localisation et de dates d’exactions. La liste est accompagnée de récits de victimes et de témoins qui expliquent comment les auteurs de ces violences circulent en toute liberté ou bien s’évadent sans difficultés lorsqu’ils sont arrêtés.

 

Une liste justifiée par Amnesty International

 

La désignation nominative ne relève pas des habitudes des ONG et en particulier d’Amnesty International. Christian Mukosa, l’un des auteurs du rapport, s’explique :

 

Pour contribuer à enrayer le cycle de l’impunité en Centrafrique, la mise en place de la Minusca est très attendue. La force de paix de l’ONU avec 12.000 hommes doit être déployée à partir du 15 septembre 2014.

 

Mathilde Lemaire

 

http://www.franceinfo.fr/actu/monde/article/centrafrique-amn...

 

 

NDLR : Tant que des individus qui se disent anti-balakas continueront à tuer des musulmans et des peuls à travers le territoire et aller tranquillement se réfugier après leur forfait dans les églises et que ceux-là mêmes qui prétendent être leurs coordonnateurs généraux diront ne pas reconnaître ces mêmes prétendus anti-balakas criminels ou n’avoir pas d’anti-balakas dans la zone, la signature d’un cessez le feu à Brazzaville entre les leaders Séléka et anti-balaka dont l’idée est dans l’air ne fera pas cesser pour autant les assassinats de musulmans par des bandits de grands chemin que certains malheureusement qualifient à tort de milices chrétiennes. C’est la présence dans les églises et autres cathédrales de ses  voyous qui se fondent aisément et impunément dans la population de nombreux innocents qui y sont réfugiés qui génèrent inutilement de la tension et crée continuellement des troubles avec des miliciens musulmans qui veulent venger leurs proches et victimes. Prendre conscience de cela serait déjà un début de solution. 

Centrafrique : Amnesty International cible des criminels

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com