Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 01:42

 

 

 

 

 

26/06/14(Dw-World)

 

Alors que les affrontements meurtriers se poursuivent en RCA entre les ex-rebelles Seleka et les Anti-balaka dans le centre du pays, les Anti-balaka annoncent vouloir transformer leur mouvement armé en parti politique. Selon des témoignages rapportés par l'AFP, la plupart des victimes des affrontements survenus à Bambari (au nord-est de Bangui) ont été massacrées à l'arme blanche ou tuées par balle. Ce qui fait craindre la résurgence des affrontements interconfessionnels du début de l'année à Bangui. Acte délibéré, ou simple coïncidence, les Anti-balaka choisissent ce moment pour annoncer leur intention de se transformer en parti politique, comme l'a annoncé Sylvestre Yagouzou, le coordonnateur adjoint chargé des opérations des Anti-balaka, joint par la Deutsche Welle.

 

De la création d'un parti politique

 

A priori, cette décision n'a rien d'anormal, en ce sens que tout citoyen centrafricain qui remplisse les critères définis par la loi en terme de création de parti politique, a le droit de le faire - sans restriction aucune. Cependant, ce qui choque la plupart des analystes, c'est la mauvaise réputation des miliciens Anti-balaka. Ces derniers sont régulièrement accusés de perpétrer des massacres à caractère purement ethnique et confessionnel. Dans ces conditions, quelle sera leur idéologie ? Que défendront-ils ? Autant de questions que se posent les observateurs de la vie politique en Centrafrique.

 

Autre controverse

 

La division des Anti-Balaka en plusieurs tendances est une grosse épine dans le pied du mouvement rebelle. Une aile dure par exemple reste fidèle à l'ancien président François Bozizé, et une autre qui a prêté allégeance à la nouvelle présidente de la transition, Catherine Samba Panza. Les deux groupes parviendront-ils à se mettre d'accord sur un minimum de consensus ? Il appartient désormais aux rebelles de faire de leur différence un atout de lutte non armé pour la conquête du pouvoir pour lequel ils ont pris des armes.

 

http://www.dw.de/vers-un-parti-politique-des-anti-balaka/a-1...

 

Vers un parti politique des Anti-balaka ?

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com