Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 09:39

 

 

 

 

 

le vendredi 20 juin 2014

 

Si le Cameroun est le pays voisin accueillant le plus grand nombre d’enfants réfugiés, le Tchad est également concerné par l’aggravation de la situation humanitaire en Centrafrique. Six mois après le début de la crise, plus de 100 000 personnes ont trouvé refuge au Tchad, majoritairement des enfants et des femmes. Les moyens manquent pour leur venir en aide.

 

Urgence Centrafrique

 

Je donne

 

De plus en plus de personnes se réfugient au Tchad, en laissant tout derrière elles. Bien qu’elles soient dorénavant en sécurité, ces populations se retrouvent dans une grande précarité, sous des abris de fortune.

 

© UNICEF Tchad/2014/Andriamasinoro

 

La crise humanitaire en Centrafrique, quelques chiffres :

 

• 4,6 millions de personnes touchées
• 2,3 millions d’enfants touchés
• 625 000 enfants déplacés à l’intérieur du pays
• 347 000 personnes réfugiées au total dans la région
• 80 000 réfugiés au Cameroun, dont plus de la moitié des enfants
• Plus de 100 000 personnes réfugiées au Tchad, essentiellement des femmes et enfants
 

J’agis maintenant !

 

Je fais un don.

 

Pendant que la crise en République centrafricaine s’enlise dangereusement, la situation humanitaire s’aggrave à l’échelle régionale, que ce soit au Cameroun comme au Tchad. Les deux pays voisins accueillant le plus de réfugiés centrafricains.
 
Depuis six mois et l’éclatement du conflit, la Centrafrique compte ses morts et ses blessés : des dizaines d’enfants décédés, plusieurs centaines d’enfants blessés. Sans oublier les conséquences désastreuses sur les mouvements de population, avec plus d’un demi-million de personnes déplacées, dont au moins la moitié sont des enfants.

 

Pour beaucoup de Centrafricains, l’ultime issue de secours pour échapper aux violences aveugles est d’emprunter les voies incertaines de l’exil vers les pays voisins. 347 000 personnes, dont deux tiers d’enfants, ont fui leur pays pour trouver désespérément un abri, un soutien, un appui.

 

Les réfugiés ont besoin d’une assistance vitale !

 

Imaginez quelques instants ce que peuvent vivre ces réfugiés lorsqu’ils arrivent en sécurité de l’autre côté de la frontière. En fuyant les violences, ils ont tout quitté, tout laissé derrière eux, en tirant un trait sur leur ancienne vie sans savoir quand ils pourront la retrouver, ni ce qui les attend devant eux. En arrivant dans les camps de réfugiés au Tchad, ils sont démunis, apeurés, traumatisés. C’est là que l’étape de reconstruction débute pour ces milliers d’enfants réfugiés, à commencer par une assistance vitale en eau, en santé, nutrition et un soutien psychosocial indispensable. L’éducation est également un domaine important, car ces enfants réfugiés ont dû stopper leur parcours scolaire brutalement. Des écoles temporaires sont montées pour leur permettre de reprendre le chemin de l’école. 


Répartis dans plusieurs villes et plusieurs sites d’accueil, ce sont majoritairement des femmes et des enfants qui ont besoin de cette assistance vitale.

 

Évitons une catastrophe humanitaire, soutenez l’UNICEF !

 

La pénurie de fonds est très préoccupante. La crise qui sévit aujourd’hui en République centrafricaine et dans les pays voisins est la situation d’urgence la plus importante à l’échelle régionale mais celle qui bénéficie du moins de financements pour la mise en œuvre de programmes d’aide humanitaire.

 

Moins d’un quart seulement du montant prévisionnel des besoins pour aider les réfugiés au Tchad est atteint. Ce qui fait dire à Bruno Maes, le représentant de l’UNICEF au Tchad que « sans financements supplémentaires, nos interventions ne pourront être maintenues au-delà du mois de juillet ».

 
L’UNICEF au Tchad intervient auprès de ces populations depuis leur arrivée et continue d’étendre ses actions dans les zones de transit et d’accueil au sud du pays et dans la périphérie de la capitale, Ndjamena.

 

Afin d’éviter une catastrophe humanitaire, face aux besoins de plus en plus importants de ces populations et au manque de financements disponibles, l’UNICEF en appelle à votre générosité.

 
Faites un don pour les enfants victimes du conflit en Centrafrique !

Merci.

Source : http://www.unicef.fr/contenu/actualite-humanitaire-unicef/2014/06/20/de-la-centrafrique-au-tchad-la-desolation-des-refugies-21944 

 

 

Urgence - De la Centrafrique au Tchad, la désolation des réfugiés

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com