Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 23:27

 

 

 

 

 

Une cinquantaine de personnes ont été tuées en deux jours d'affrontements entre chrétiens et musulmans dans la région de Bambari, en République centrafricaine, selon des témoins. Des miliciens chrétiens anti-balaka ont estimé que ces tueries étaient le fait de "jeunes incontrôlés".

 

Bambari, à 380 km au nord-ouest de la capitale Bangui, est l'un des principaux foyers de tension dans le pays. Une première attaque, lancée à la périphérie de la ville lundi matin par des miliciens chrétiens "anti-balaka", a provoqué des représailles menées par des jeunes musulmans, ont rapporté des témoins.

 

L'un de ces témoins a évoqué mardi au moins 22 corps dans le village de Liwa, à sept kilomètres de Bambari, à la suite de l'attaque des "anti-balaka".

 

Robert Ponsien, qui coordonne l'action de l'ONG Médecins sans frontières (MSF) à Bambari, a déclaré que les violences de lundi y avaient fait 34 tués. "A l'hôpital, nous avons aussi 28 personnes blessées", a-t-il dit à Reuters. Un officier de la force de l'Union africaine en Centrafrique (MISCA) a lui évoqué 17 tués lundi.

 

6000 personnes ont fui

 

"Cette attaque a entraÎné des violences dans le centre de Bambari où des tirs ont été entendus dans certains quartiers, faisant quelques morts ainsi que des blessés et fuir au moins 6000 personnes à l'évêché, à la cathédrale Saint-Joseph notamment", a-t-il expliqué.

 

Des soldats français de l'opération Sangaris ont ensuite pris position pour faire baisser la tension dans Bambari, ville où l'ex-rébellion Séléka a établi son nouvel état-major depuis son départ en janvier 2014 de la capitale, Bangui, sous la contrainte des militaires français et africains.

 

Un porte-parole de la force française Sangaris a précisé que la situation avait dégénéré à Bambari lorsque des soldats ont quitté la ville pour aller enquêter sur les violences commises à Liwa.

 

Interrogés sur ces nouvelles violences, des responsables anti-balaka à Bangui ont nié que leurs miliciens en aient été à l'origine. Ils ont dit ne pas reconnaÎtre "ces jeunes incontrôlés agissant de leur propre chef pour des raisons inavouées et qui multiplient de tels actes dans la région". A chaque tuerie qui leur est attribuée, les anti-balaka se dédouanent, affirmant qu'elle est le fait de "faux anti-balaka".



(ats / 24.06.2014 19h45) 

Une cinquantaine de morts dans un nouveau massacre en Centrafrique

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com