Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 19:15

 

 

 

 

 

17/06/14 (RFI)

 

En Centrafrique, la machine judiciaire se remet en marche tout doucement. Après l'assassinat de l'un des leurs, Modeste Bria, mi-novembre, les magistrats se sont évanouis dans la nature pendant plusieurs mois. Aujourd'hui, ils sont de retour au travail. Mais la lutte contre l'impunité érigée en principe par le gouvernement de transition se heurte très vite aux réalités matérielles et à la situation chaotique du pays.

 

Dans la salle d’audience, ce lundi 16 juin, sept prévenus font face aux deux magistrats du siège et à celui du parquet. Aucun d’entre eux d’ailleurs n’a eu les moyens de s’offrir les services d’un avocat, mais ce n’est pas obligatoire en correctionnelle. Escroquerie, violence, voies de fait, vols et recels, ce sont des « petits poissons » qui se présentent devant la justice. Pour l’instant il n’y a pas de session criminelle au tribunal de Bangui. Faute de moyens, d’armes et de sécurité, la police judiciaire peine à mener des enquêtes de fond et à alimenter ses dossiers. Ghislain Gresenguet, procureur de la République de Bangui : « Au niveau de Bangui, nous reconnaissons que pour le moment, des procédures de flagrants délits à la différence des crimes, ce sont des affaires qui sont jugées très rapidement. La situation sécuritaire n’est pas encore totalement stable. Il y a toujours ce paramètre-là qu’il ne faut pas exclure parce qu’il y a certains quartiers qui sont toujours un peu inaccessibles à nos officiers de police judiciaires, ce qui pose problème ».

 

Pour l’instant, la justice centrafricaine est trop faible pour s’attaquer aux suspects de meurtre ou de lynchage. Pour ce qui est des massacres, le gouvernement a appelé la Cour pénale internationale à l’aide. Quant aux délinquants qui passent par le TGI de Bangui, ils purgent leur éventuelle peine à N'garagba, la seule prison pour hommes de la ville, où la plupart d’entre eux ont fait de la préventive et d’où il y a quinze jours une douzaine d’anti-Balaka se sont faits la belle.

 

http://www.rfi.fr/afrique/20140617-centrafrique-justice-trib...

 

A Bangui, la justice se remet en marche

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com