Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 13:36

 

 

 

 Publié le 07/05/2014 à 06:04

 

http://www.ledauphine.com/france-monde/2014/05/07/la-centrafrique-en-voie-de-somalisation-yhyl

 

Les mois passent et la situation ne cesse d’empirer en Centrafrique, où la force française Sangaris et les militaires africains de la Misca ne parviennent pas à empêcher massacres et exactions. Les combats ont opposé lundi, au nord-ouest de la Centrafrique, un détachement de la force française Sangaris et une colonne ennemie, dont plusieurs éléments ont été tués, a indiqué hier le colonel Gilles Jaron, porte-parole de l’État-major, à Paris.

 

Les affrontements se sont produits à environ 450 km au nord-ouest de Bangui et ont duré près de trois heures, nécessitant un appui aérien d’avions de chasse français venus de N’Djamena. Les militaires français ont dû employer les grands moyens, notamment des mortiers et des missiles antichars, face à des rebelles lourdement armés. Il n’y a pas eu de blessé français malgré la violence des échanges de tirs.

 

Les combats se sont interrompus à la tombée de la nuit, une partie de la colonne adverse ayant été détruite. Les attaquants survivants ont fui. Le risque d’une partition Ces événements interviennent après le massacre de 16 civils dont trois membres de MSF (Médecins sans frontières) commis le 26 avril à l’hôpital de Boguila, dans une zone proche. Selon MSF, depuis 18 mois, les violences sont récurrentes dans le nord-ouest de la Centrafrique, frontalier du Tchad où les rebelles de la Séléka, à dominante musulmane, ne s’avouent pas vaincus.

 

Alors que la plupart des musulmans de Bangui et de la moitié sud de la Centrafrique ont fui dans les pays limitrophes pour échapper aux massacres commis par les milices anti-balaka à dominante chrétienne soucieuses de se venger des exactions des rebelles de la Séléka, des groupes très actifs à dominante musulmane font régner la terreur dans le nord-ouest. Le risque d’une partition du pays est bien réel.

Lu pour vous : Un détachement français attaqué réplique à l’arme lourde, avec appui aérien

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com