Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 23:11

 

 

 

 

APA Bangui (Centrafrique) 2014-05-29 14:57:51 - Le Premier ministre centrafricain, André Nzapayéké, a donné mandat aux forces étrangères déployées en Centrafrique de ratisser dans les quartiers de Bangui et les préfectures, menaçant les fauteurs de troubles que « le gouvernement n’assistera pas en spectateur à la prise en otage du peuple centrafricain par les anti-balaka d’un côté et les ex séléka de l’autre ».

 

Il a fait cette déclaration ce jeudi, au lendemain de l''attaque meurtrière par un groupe armé, de l'église Notre-Dame de Fatima, dans le centre de Bangui non loin du PK-5, quartier musulman de la capitale, faisant dix morts, dont un prêtre.


«En attendant la restructuration en cours de nos Forces de Défense et de Sécurité (FDS) , je donne mandat aux forces internationales de Sangaris, la MISCA et l'EUFOR-RCA pour ratisser les quartiers de Bangui et les régions de nos préfectures qui servent de zones de non droit aux criminels de tout bord » a ordonné le chef du gouvernement. 


Par conséquent M Nzapayéké a mis en garde les fauteurs de troubles. 

« Je voudrais dire fermement aux vendeurs d'illusions qui sont les mêmes qui sèment le chaos depuis un certain temps que le bras qui tend la main du rassemblement et de réconciliation a une longueur limitée. », a –t-il dit.


A en croire le chef du gouvernement, l'attaque de l'église a pour objectif d'entretenir l'insécurité empêcher la relance économique et retardé le retour des déplacés dans leurs domiciles respectifs. 


« Les ennemis de notre nation, souligne-t-il, profitent toujours de l'accalmie pour commettre les crimes les plus odieux pour réduire à néant les efforts du gouvernement », note –t-il. 


Face à ces exactions, selon M Nzapayéké la contribution de tous les Centrafricains est « capitale » d'où la nécessité selon lui, pour le gouvernement de lancer un appel au peuple centrafricain lui demandant de dénoncer courageusement les criminels, aux familles de reprendre en main l'encadrement moral et l'éducation de leurs enfants. 

« Je condamne énergétiquement ces actes de barbarie dont le but est de provoquer l'effondrement moral et la désintégration de notre nation »a-t-il conclu.

http://www.apanews.net/news/fr/article.php?id=604950#sthash.ep14tOeH.dpuf

Le PM centrafricain donne carte blanche aux troupes étrangères de traquer les fauteurs de troubles à Bangui

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com