Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 14:18

 

 

 

 

 

BANGUI 26/05/14 (Reuters) - Au moins trois jeunes musulmans ont été tués et mutilés dimanche par une milice chrétienne en République centrafricaine alors qu'ils se rendaient à un match de football organisé pour inviter les deux communautés religieuses à la réconciliation, a-t-on appris auprès des organisateurs de l'événement.

 

Les corps des jeunes garçons, originaires du quartier musulman PK5 de Bangui, ont été transportés dans une mosquée de la capitale. Leurs agresseurs leur ont retiré le coeur et les organes génitaux. Des jeunes du quartier ont bloqué la rue principale du quartier pour manifester leur colère.

 

Sébastien Wenezoui, un coordinateur des milices chrétiennes anti-balaka, a condamné ces attaques et déclaré que dix jeunes au total avaient été enlevés par une faction du quartier Boy-Rabe. "Nous ne savons pas où sont les autres", a déclaré Wenezoui. "Nous condamnons fermement ces actes."

 

"Alors que nous oeuvrons actuellement pour la paix, d'autres continuent à tuer", a-t-il dit.

 

Lazare Djader, président du Collectif Urgence 236, une association travaillant à la réconciliation entre communautés, a déclaré que des mois de travail avaient été anéantis par cette attaque.

 

"J'essaie de calmer tout le monde mais ils sont tous très en colère pour l'instant", a déclaré ce militant, ajoutant que le corps d'un jeune non musulman avait également été découvert.

 

Plus d'un an après le coup d'Etat de la Séléka, puis son départ du pouvoir en janvier, les violences confessionnelles restent quotidiennes en Centrafrique malgré la présence des 6.000 hommes de la Misca et des 2.000 soldats français de l'opération Sangaris.

 

(Crispin Dembassa-Kette; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

 

 

 

RCA: pas de répit pour les habitants du PK5, chrétiens et musulmans

 

26/05/14 (RFI)

 

Des tirs ont éclaté dès la fin de la matinée ce 25 mai dans le quartier du PK5, à Bangui. Les corps de trois personnes assassinées ont également été apportés à la mosquée Ali Babolo. Les miliciens anti-balakas imposent sur ce quartier une sorte de blocus : tout musulman qui tente de sortir le fait au péril de sa vie.

 

Les menaces touchent de plus en plus également les chrétiens du PK5, car on l’ignore trop souvent, le Kilomètre 5 n’est pas uniquement un quartier musulman. C’est en fait le dernier quartier de Bangui où chrétiens et musulmans parviennent à cohabiter.

 

Abdelaziz Sabidja Adam est un grand commerçant musulman du PK5. Sa voisine est chrétienne. Ici pas de méfiance, pas de tension. Les années et l’entraide ont noué de solides liens. Voilà maintenant que les deux familles doivent faire face ensemble à la même épreuve : le blocus des anti-balakas sur le quartier. Abdelaziz Adam n’est quasiment pas sorti du Kilomètre 5 depuis plusieurs mois : « On est bloqués. Depuis presque 4 ou 5 mois je ne suis pas allé en ville alors que je suis un commerçant. On n’a pas de sécurité. On a peur ».

 

Aminata, l’une des jeunes femmes de la cour d’à côté, est chrétienne. Mais cela ne la met pas à l’abri des anti-balakas. « Quand je sors et qu’ensuite je traverse la route pour revenir au PK5, les anti-balakas me traitent comme une copine des musulmans. Ils disent que je trahis les chrétiens et ils me menacent de mort », confie-t-elle.

 

Pas de répit pour les habitants du PK5, quelle que soit leur confession. Les miliciens attaquent le quartier régulièrement, comme ce dimanche en fin de matinée. Des coups de feu particulièrement proches qui ont une nouvelle fois provoqué la peur et l’exaspération.

 

De nouvelles violences dimanche dans le troisième arrondissement de Bangui

 

Selon la Misca, des jeunes musulmans et des anti-balakas se sont affrontés obligeant la mission de l'Union africaine à intervenir. Parmi les incidents qui ont échauffé les esprits, la mort de trois jeunes musulmans dont les corps ont été ramenés à la mosquée. Et parmi eux, deux jeunes qui avaient participé samedi 24 mai à une grande rencontre de réconciliation dans le 3e arrondissement et qui dimanche devaient se rendre au quartier Fondo dans le 5e arrondissement pour poursuivre la sensibilisation.

 

Le ministre conseiller, Joachim Kokaté, était à la réunion de réconciliation de samedi dans le 3e arrondissement. Il est l'un des anciens conseillers politiques des anti-balakas et ne décolère pas après la mort de ces jeunes.

 

http://www.rfi.fr/afrique/20140526-rca-cohabitation-le-quart...

De jeunes musulmans tués et mutilés en Centrafrique

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com