Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 15:46

 

 

 

 

Bangui - AFP / 13 mai 2014 16h34 - Au moins treize personnes ont été brûlées vives dans une maison où elles avaient été rassemblées de force dans le centre de la Centrafrique par des combattants présumés de l'ex-rébellion Séléka et des Peuls armés, selon une source de la gendarmerie à Bangui.

 

Selon cette source, des hommes armés assimilés aux ex-Séléka et aux Peuls armés ont attaqué le village Dissikou dans la région de Kaga Bandoro samedi dernier. Ils ont pourchassé et capturé certains habitants, dont 13 d'entre eux ont été rassemblés de force dans une maison à laquelle les assaillants ont mis le feu après avoir barricadé les sorties. Un habitant qui tentait de s'échapper par une fenêtre a été criblé de balles.

 

Toutes ont péri carbonisées par l'incendie de la maison, a poursuivi la source, précisant que de nombreux autres habitants ayant réussi à prendre la fuite, sont arrivés horrifiés à Kaga Bandoro, où ils ont trouvé refuge à la cathédrale Sainte Thérèse. Interrogé mardi par l'AFP, un responsable de l'ex-rébellion a affirmé que les ex-Séléka ne s'aventurent plus depuis longtemps dans cette région, affirmant qu'il s'agissait de Peuls, dépossédés de leurs bêtes par les anti-Balaka (milices villageoises d'auto-défense, ndlr) et les villageois, qui mènent des représailles.

 

Depuis la prise de pouvoir de la rébellion Séléka en mars 2013, renversée en janvier 2014, la Centrafrique vit une crise sans précédent, rythmée par les exactions de l'ex-rébellion de la majorité musulmane en déroute, et celles des milices majoritairement chrétiennes anti-balaka. Les régions centre et nord sont les plus sensibles du pays depuis plusieurs semaines, au cours desquelles de nombreux villages ont été attaqués, ainsi qu'un hôpital géré par l'ONG Médecins sans frontières début mai.

 

A Kaga-Bandoro, treize personnes, dont deux civils, ont été tuées dans des affrontements entre ex-Séléka et anti-balaka à la même période.

 

(©)

 

 

NDLR : Il est un fait que plusieurs éléments ex-Séléka continuent d'évoluer en électrons libres et que leur arrestation ou mise hors d'état de nuire devient une impérieuse nécessité car on ne peut les regarder constituer durablement un danger pour les populations de l'arrière-pays. Les graves tueries de Boguila, Markounda, Bémal et autres villages du nord de Paoua frontaliers au Tchad ainsi que l'attaque dont les éléments Sangaris ont fait l'objet la semaine dernière à Boguila-Kota, sont là pour en attester.

Au demeurant, on ne peut que s'interroger sur les objectifs réels que poursuivent ces criminels s'agissant de ces nouvelles tueries de Dissikou, perpétrées à peine 48 h seulement après la mise en place d'un nouvel état-major Séléka prétendument unifié,  et  surtout,  la crédibilité  de ce commandement à l'issue de ce congrès de Ndélé.

 

Centrafrique: 13 personnes brûlées vives dans le centre du pays Bangui

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com