Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 00:24

 

 

 

 

 

5/04/14 - 17h44  Source: Belga

 

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a lancé samedi à Bangui une appel vibrant aux leaders centrafricains pour qu'ils empêchent un nouveau génocide en Afrique, 20 ans après le Rwanda, dans un discours au parlement provisoire.

 

"D'ici je vais directement à Kigali pour commémorer (lundi) le 20e anniversaire du génocide rwandais", a lancé M. Ban lors d'une visite surprise de quelques heures à Bangui sur la route du Rwanda. 


"C'est votre responsabilité à tous - en tant que leaders - d'assurer que nous n'aurons jamais à commémorer un tel anniversaire en Centrafrique. Ne répétez pas les erreurs du passé, n'oubliez pas d'en tirer les leçons", a-t-il dit à la tribune du Conseil national de transition (CNT), le parlement provisoire. 


"Une épuration ethnico-religieuse est une réalité" en Centrafrique, a souligné le secrétaire général: "de nombreux membres de la minorité musulmane ont fui. Musulmans et chrétiens sont exposés à un danger mortel du simple fait de leur appartenance à une communauté ou de leur croyance".


"La communauté internationale a fait défaut aux Rwandais il y a 20 ans. Et nous risquons de ne pas en faire assez pour les Centrafricains aujourd'hui", a-t-il poursuivi devant l'assemblée avant de rappeler que "des crimes atroces sont commis ici". 


En Centrafrique, "la sécurité de l'État a cédé la place à un état d'anarchie", a-t-il rappelé, en "félicitant les forces de l'Union africaine et les forces françaises dont l'action rapide a pu empêcher à ce jour le pire".

 
Les 6.000 soldats de la force africaine Misca et les 2.000 soldats de l'opération française Sangaris - dépêchés début décembre dans cette ancienne colonie française - tentent de pacifier la Centrafrique sans parvenir à mettre fin aux exactions contre la population. "Leurs moyens sont insuffisants et elles sont submergées par l'ampleur même des besoins", a relevé le secrétaire général.

Visite surprise du secrétaire général de l'ONU à Bangui

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com