Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 18:12

 

 

 

 

 

L’Histoire nous prouve régulièrement que nos drames sont en nous, que nos prières se trompent d’adresse dès lors que nous cherchons à imputer aux démons (aux autres) le tort que nous sommes les seuls à pouvoir rendre possible. Voilà pourquoi nos voeux les plus pieux ne dépassent guère la blessure de nos lèvres. 

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que dans la perspective de l’après « transition rectifiée », les esprits s’échauffent et les pseudo-état-majors politiques s’agitent en orchestrant le lynchage de potentiels adversaires sérieux. Confirmant ainsi que la vie politique centrafricaine ne ressemble à aucune autre sur le continent. Curieuse arène ouverte aux quatre vents, où se déroule une permanente guerre d’ego et d’ambitions morbides, avec d’étranges gladiateurs qui s’affrontent violemment (sans fixer de limites à la bêtise) avant de s’embrasser pour finalement ressortir leurs glaives à la moindre contrariété et tenter de décapiter l’adversaire. Les desseins des différents acteurs de cet univers impitoyable sont souvent illisibles tant les trajectoires respectives multiplient les zigzags: les alliés d’hier deviennent subitement adversaires ou ennemis, c’est selon, et inversement. C’est à se demander comment les Centrafricains, observateurs attentifs et parfois médusés de ce Dallas à la sauce « dongo-yongoro » (spécialité culinaire du Nord-Centrafrique), font pour s’y retrouver. Le scénario aurait pu être simple. Mais lorsque la vue est obscurcie par la haine, le ressentiment, les frustrations, rien ne peut être positif dans les actions posées par les autres. Et internet devient une forme de réussite pour toutes sortes d'existences faillies. Les faussaires, les cancres, ceux qui n'ont jamais rien fait de leur vie, certains qui vivent mal leur déclassement social, c'est à dire leur inaptitude à être à la hauteur de ce que leur géniteur à pu réaliser. Et la calomnie devient une forme d'existence, face à un quotidien inintéressant. 

 

C’est en tout cas la nette impression que nous avons eue après la lecture de certaines réactions de nos compatriotes face aux explications données par l’ex ministre d’État Crépin Mboli Goumba au sujet de sa soit-disant désignation comme président d’une République imaginaire, celle du Nord Oubangui. Même si nous pensons, pour être tout à fait honnête, que celui-ci a fait beaucoup d'erreurs et a peut être déjà compromis sa chance d’être un grand leader sur l'échiquier politique centrafricain à cause de sa proximité avec les criminels de la Séléka, les calomnies et surtout les insinuations dont il fait l’objet sont proprement injustes.

 

Pour preuve, quand il s’est exprimé sur une question hautement nationale, celle de la rédaction de la future constitution de notre pays, il n’y eu que très peu de réaction sérieuse en dehors des habituelles invectives, de prévisibles cris d’orfraie et d’inévitables mensonges. Le débat, le vrai, compte très peu. Les querelles de personnes et les attaques ad hominem sont tout au sein de l’élite centrafricaine qui n’en est pas une. Comme quoi, « les esprits brillants discutent des idées, les esprits moyens des événements, les esprits médiocres discutent des gens ». C'est peut être là l'explication du désastre centrafricain. Lorsque dans une société des hommes faillis, des escrocs deviennent des maitre-à-penser, rien de bon ne peut en sortir. Alors? Les gens ne reculent devant rien, même devant l'évidence, pour porter des accusations grotesques: que Mboli Goumba aurait  complaisamment distribué des millions à ses amis dans la réalisation des travaux de l’avenue de l’Indépendance, que de toute manière ces travaux ne résistent pas du tout, que c’était de la poudre aux yeux etc.  

 

Nous avons donc estimé de notre devoir journalistique de faire des investigations auprès de l'organe concerné pour la réalisation de ces travaux et auprès des ingénieurs, pour vérifier certaines informations. En effet, de l’avis des spécialistes, pour faire un kilomètre de route, il faut entre 800 et 1 milliard de francs CFA. Sur ces critères, il aurait fallu pas moins de deux (2) milliards de nos francs pour réaliser les travaux sur l’avenue de l’Indépendance, soit 2,4 kilomètre. Or, d’après nos informations (facture à l’appui), les travaux engagés par l’ex ministre d’État Mboli Goumba sur l’avenue de l’Indépendance n’ont coûté que quelques 449 millions. D’ailleurs, la facture n’a pas été intégralement payée à ce jour. Or, du temps de Bozizé par exemple, les seules routes faites l’ont été grâce à la Banque mondiale et à l’Union européenne et ne concerne que le corridor de Douala. Dans le même temps, absurdité des absurdités, l’État dépensait un milliard et demi de CFA pour colmater les nids de poule sur l’avenue des martyrs. On imagine bien sur 10 ans de règne ce que l’on aurait pu faire de cette somme chaque année : il n’y aurait plus eu de problèmes de route à Bangui. 

 

À rappeler que lorsque commence la transition en mars 2013, les caisses de l’État étaient désespérément vides. Le fonds d'entretien routier, dont les ressources proviennent notamment de la contribution RUR de total, à partir de la consommation du carburant, est désargenté. Pour cause, les stations services ont été détruites aux 3/4. Plutôt que de rester là à se tourner les pouces, Mboli Goumba avait pris attache avec Total qui fabrique dans d'autres pays du bitume depuis quelques années. La proposition qu’il fait est simple: mettez du bitume et du carburant à la disposition de l'Office national du matériel et vous serez remboursés lorsqu'il y aura retour à meilleure fortune. Le directeur General d'alors, M. Wahab, Centrafricain de coeur et homme très engagé, accepte la proposition. La deuxième étape à consister à faire comprendre aux fonctionnaires de l'Office national du matériel que la facturation devra se faire en régie, mais comme dans une société privée, comme c'était le cas auparavant. En cela, la contribution de Sire, assistant technique de nationalité burkinabé, sera décisive. D'ailleurs, l'ONM avouera que jusque là il n y avait pas de procédure. La mise en place de la facturation en régie aura donc permis de réduire les couts à 449 millions au lieu de 2 milliards. Et sans sortir un seul rond du Trésor public. Ce qui a permis de bitumer également l'intérieur de l'hôpital General et la remontée de la Cathédrale, dont on ne s'était pas occupée depuis le couronnement de Bokassa, soit depuis presque 40 ans. Au point où, étonné, le Premier ministre de l’époque demanda à l’ex-ministre comment il fait.  

 

La haine et les rancoeurs sont si tenaces que certains veulent aujourd’hui banaliser cet effort. Pas étonnant, d’ailleurs. Parce que nous sommes tellement habitués à voir les gens détourner l'argent de l'État que nous avons désormais tendance à suspecter ceux qui agissent avec conscience. La question est celle de savoir pourquoi le nouveau gouvernement ne continue pas ce que Mboli Goumba à commencer si c’est si simple?  Pour l'anecdote, nous avons aperçu dernièrement le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki Moon, prononcer un discours sur le pupitre acheté par Mboli Goumba avec ses deniers, une semaine après sa nomination comme porte-parole dans le Gouvernement Tiangaye I. D’ailleurs, tous les discours officiels sont prononcés sur ce pupitre. Le pire, par ceux qui ne reconnaissent pas ou ne veulent pas reconnaitre que c’est un digne fils du pays. 

 

Chantal Nganafei

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com