Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 10:38

 

 

 

 

 

11 AVRIL 2014  

 

CENTRAFRIQUE : MARCHANDS D’ARMES PENDANT QUE LES CENTRAFRICAINS TOMBENT SOUS LES ARMES VENDUES PAR EUX. ILS GOBERGENT ET SE FROTTENT LES MAINS EN SILENCE

 

LA LIBYE

 

Les initiateurs des raides aériens sur la Libye. Sarkozy, Cameron et B.H.L. se claquemurent depuis, dans un silence monacal. Savaient ils que, par leur saillie précipitée ils allaient plonger l’Afrique dans des sanglants conflits ? Ils étaient parfaitement au courant des arsenaux sophistiqués que la France et les pays occidentaux ont vendu à la Libye. A l’époque ou Kadhafi le Magnifique plantait sa tente de bédouin dans les jardins de Marigny. Tout près de l’Elysées. Ils ont ouvert la boite à pandore. Ils n’ont pas prévu le service après raide. Aujourd’hui, c’est un jeu d’enfants de trouver sur les marchés de Bangui et d’ailleurs des armes de toutes sortes. Kalachnikovs, grenades. Même les machettes sont fabriquées en Occident. Il est par contre très difficile de trouver du manioc, du, riz des bananes, de la viande de l’eau et autres denrées de première nécessité. ETAT DES LIEUX Ces cinq dernières années, les ventes d’armes, en direction, de l’Afrique ont progressées de 273 % (source : SIPRI) Comment cela se fait il ? Puisque, en Centrafrique et ailleurs sur le continent Il n’y a pas d’usines d’armements. A l’exception peut-être de l’Afrique du Sud. Le marché mondial est au 2/3 entre les mains des Américains avec 30%. Ensuite les Russes et les, allemands 9%.( rapport SiPRI) qui ont généré 411 milliards de dollars. De parts de marché de la vente d’armes dans le monde en 210. Pendant que les marchands de la mort se bâfrent en silence, les Africains continuent de tomber, comme des mouches. Sous les balles, de leurs fusils. Les foyers des conflits armés, fleurissent un peu partout sur le continent noir. Entretenus d’une part, par ceux qui veulent à tout prix contrôler les immenses gisements de matières premières du sous /sol africain. Pour cola, il faut que l’Afrique, reste dans un chaos, une corruption et une gouvernance de prédateurs ? Permanente. Du Niger au Sud Soudan ? en passant par le Centrafrique et la République Démocratique du Congo etc. CE ne sont que fureurs et fracas des engins de la mort. Ce ne sont que des cohortes des réfugiés, fuyants leurs villages assiégés. Ce sont des enfants affamés, en pleurs, devenus des parias dans leur propre pays. CE sont les maladies infectieuses, avec des cadavres dans des linceuls sommaires.

 

QUI A FINANCE ET ARME LA SELEKA ?

 

Une omerta indicible, tétanise la presse occidentale et locale, sur la question essentielle des marchands des canons. C’est la quadrature du cercle qu’il faut résoudre. Afin de démêler les trames de la permanence des conflits armés, sur le continent noir. Imaginer ! Aucune machette, Aucune lance- roquette. Aucune Kalachnikov etc. n’arrivent, sur le marché d’armes africain. Les conflits ne disparaitront pas mais ne seront plus alimenté. Ils diminueront à coup sure d’intensité. A la longue, faute de carburant, s’estomperont. C’est pourquoi, il faut inlassablement, dénoncer les marchands d’armes. Quand on observe les quantités et la modernité des armes saisies à Bangui, par les SANGARIS ET LA MISCA on est enclin a se demander, avec insistance : Qui sont les financiers ? Les pays exportateurs nous les connaissons. Les intermédiaires sur le continent aussi. (Ces armes auraient pu commencer à équiper l’Armée Nationale Centrafricaine). C’est la troisième fois que des rebelles centrafricains fortement armés. Soutenus par des mercenaires. Font main basse sur la R.C.A sans coup férir. Ils surgissent toujours du nord et du nord-est. On n’est pas loin de penser que ces rebelles, se regroupent et s’équipe dans ces régions. Limitrophes du Tchad, du soudan et du Darfour. Il faudra impérativement un jour affronter les marchands de la mort qui compromettent le développement et l’avenir de notre Continent. L’Union Africaine doit engager des actions fortes pour réglementer la circulation des armes. La Réconciliation Nationale en Centrafrique, passe aussi par le désarment, des factieux et des bandes. Le contrôle strict des armes. C’est une nécessité injonctive.

 

DE Kitiki Akouissonne 11/04/2014

Lu pour vous : CENTRAFRIQUE: MARCHANDS D'ARMES par PAR JOSEPH AKOUISSONNE

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com