Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 21:32

 

 

 

 

APA-Bangui (Centrafrique) - 2014-04-15 19:01:02 - Les quotidiens ‘’PALMARES’’ et ‘’LE DEMOCRATE’’ ont été momentanément interdits de parution par l’Observatoire des médias en Centrafrique (OMCA), pour une période de sept jours pour le premier et quinze jours pour le second, selon un communiqué reçu mardi à APA.

 

La mesure est entrée en vigueur depuis lundi, précise le communiqué, signé depuis le 11 avril du président de l'OMCA Pierre Débato II.

 

« Après examen en urgence, en séance publique et contradictoire le 11 avril dernier des affaires PALMARES et LE DEMOCRATE, les responsables des médias publics et privés ainsi que le président Débato II, ont décidé de la suspension de ces journaux, PALMARES dont le directeur de publication est M Saint Régis Zoumiri, et LE DEMOCRATE de Ferdinand Samba pour une période de 7 jours pour le premier et le second pour une période de 15 jours à compter du 14 avril'', a indiqué notamment le communiqué de presse.

 

Il est reproché au quotidien PALMARES des propos injurieux à l'endroit de la présidente de transition et de son Premier ministre, d'incitation à la haine susceptible de troubler l'ordre public et la sécurité. Ces accusations font suite à une lettre appelant à un soulèvement populaire portant la signature ‘'lettre d'un compatriote'' et publiée dans l'édition du 1er avril du PALMARES.

 

Quant au quotidien LE DEMOCRATE, il a été épinglé à la suite d'un article publié le 8 avril et où il est question de ‘'l'intimité et la moralité douteuse de la présidente de transition''. Il est signé par Gervais Mboumba, militant des droits de l'homme.


Le directeur de PALMARES est sommé de publier ‘''dès la reprise de ses activités'' la mesure qui le frappe, sans compter qu'il devra prendre en charge les frais liés à publication de la mesure dans les autres publications et médias audiovisuels. 


‘'En cas de récidive, les journaux PALMARES et LE PALMARES se verront retirer définitivement leur autorisation de publication et ne seront pas éligibles pour l'octroi de la subvention de l'Etat, de même pour la délivrance de carte de presse pour les deux directeurs de publication et leurs rédacteurs'', a prévenu le communiqué.

 

http://apanews.net/news/fr/article.php?id=601430#sthash.NJmtHLfG.dpuf

 

 

******************************************************************************

M.L.P.C

Mouvement de Libération duPeuple Centrafricain

 

Justice – Liberté – Travail

 

                                     Membre de l’Internationale Socialiste                                                                                                                                                                                                                                                                                         

 

Bureau Politique

Secrétariat Général

N°________MLPC/BP/SG/014

 

 

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

 

Dans leurs parutions respectives n° 269 du 1er  avril 2014 et n° 3146 du 8 avril 2014, les journaux, « Le PALMARES » et « LE DEMOCRATE » ont publié des articles dont il ressort clairement qu’ils n’ont rien à voir avec le droit d’informer mais plutôt à une entreprise manifeste de déstabilisation politique pour des motifs inavouables et visant  singulièrement à .porter atteinte à l’honneur et à nuire gravement à la vie privée de Mme Catherine SAMBA-PANZA, Présidente de la Transition, Chef de l’Etat.

 

Si la liberté d’expression et particulièrement la liberté de la presse, sont des exigences incontournables et des valeurs cardinales dans toute démocratie digne de ce nom, elles supposent en contrepartie pour les professionnels des medias, une rigueur et un strict respect des règles déontologiques, vertus sans lesquelles ils ne peuvent que mettre en danger les dites libertés.

 

La propre expérience de notre presse privée nationale est assez riche et émaillée de suffisamment d’exemples et d’affaires d’arrestations et détentions plus ou moins arbitraires de certains journalistes et organes de presse poursuivis en justice par le régime en place pour des articles jugés diffamatoires, séditieux ou comme ayant porté atteinte à  la sûreté d’état.

 

C’est de haute lutte que les professionnels de la communication et les démocrates de notre pays ont arraché très récemment le principe de la dépénalisation des délits de presse que certains pays doivent nous envier. Il faut donc tout faire pour le préserver et ne pas prêter le flanc pour le remettre en cause d’une manière ou d’une autre.

 

C’est fort de ce qui précède que le Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) ne saurait rester sans réaction à ce genre de dérive nuisible à la cohésion nationale que nous appelons de nos vœux;

 

Il rappelle énergiquement à l’ensemble des journalistes ou ceux qui se prennent pour tels, tant de la presse d’état que de la presse privée, la nécessité absolue du respect non seulement, des règles de cette profession qu’ils ont choisi d’embrasser, mais aussi la fonction de l’institution « Président de la République, Chef de l’Etat » ;

 

Il condamne fermement et stigmatise les graves dérapages et le peu de cas qu’ont fait les journaux « LE PALMARES » et « LE DEMOCRATE » des règles qui régissent la profession dont ils se réclament car le droit d’informer n’implique nullement la publication des attaques ad hominem  gratuites et diffamatoires;

 

Il exhorte l’ensemble des professionnels des médias et leurs organes corporatifs à faire preuve d’une grande vigilance et de prendre le cas échéant, des mesures disciplinaires à l’encontre de tous les imposteurs dont les agissements ne peuvent que discréditer toute la profession.

 

Fait à Bangui le, 14 avril 2014

 

Pour le Bureau Politique

 

Le 2ème Vice Président

 

 

                                               Jacquesson MAZETTE

Deux journaux centrafricains momentanément interdits de parution

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com