Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 12:11

 

 

 

 

 

 

BANGUI, 12 avril 2014 (AFP) - Plus d'un millier de musulmans jusqu'alors réfugiés dans deux sites à Bossangoa, dans le nord de la Centrafrique, pour échapper aux violences des milices anti-balaka, ont tous quitté la région en direction du Tchad voisin, a-t-on appris auprès de la gendarmerie de la ville samedi.

 

"Plus aucun musulman ne reste à Bossangoa. Tous ceux qui vivaient retranchés à l'école coranique et au niveau de l'évêché, ont quitté la ville jeudi en direction du Tchad. Ils ont été escortés par des éléments de la force africaine jusqu'à la frontière entre le Tchad et la République centrafricaine", a affirmé une source au sein de la gendarmerie.

 

"La tendance à Bossangoa est au retour des populations dans les quartiers mais les musulmans ont estimé qu'ils n'étaient pas en sécurité et que seul leur départ pourrait leur garantir la vie", a ajouté la source.

 

Courant septembre, des violences avaient éclaté dans la région de Bossangoa, à 150 km de la frontière tchadienne, et celle de Bouca voisine. Les anti-balaka, milices d'auto-défense à majorité chrétienne, ont attaqué et tué des civils musulmans entrainant des représailles de la Séléka, ex-rébellion de majorité musulmane, alors au pouvoir. Au moins 150 personnes ont été tuées et plusieurs centaines d'autres blessées.

 

Sur une grande partie de son territoire, la Centrafrique s'est enfoncée dans un cycle de tueries interreligieuses après des mois d'exactions essentiellement contre les chrétiens, perpétrées par les combattants de la coalition Séléka qui avaient pris le pouvoir à Bangui le 24 mars 2013 avant de devoir le quitter en janvier dernier.

 

Ces violences avaient ont provoqué la fuite des populations civiles chrétiennes comme musulmanes à Bossangoa et dans d'autres villes.

 

Depuis la fin du régime des Séléka et leur désarmement par les forces française et africaines, les musulmans, souvent associés aux ex-rebelles et désormais sans défense se sont retrouvés en proie aux pires représailles de la part des milices anti-balaka. C'est par dizaine de milliers qu'ils fuient le pays depuis plusieurs mois.

Centrafrique: tous les musulmans de Bossangoa sont partis pour le Tchad

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com