Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 13:48

 

 

 

 

 

07/04/2014(PANA )

 

L'annonce surprise faite le 3 avril à Bruxelles par le ministre tchadien des Affaires étrangères sur le retrait progressif de ses troupes engagées dans les opérations de maintien de la paix en République centrafricaine, (RCA) ne doit pas résulter sur une impunité pour les violations des droits de l'Homme commis sur place, a déclaré Amnesty International.

 

“Le retrait ne doit pas assurer l'impunité aux soldats de la paix tchadiens qui seraient responsables de violations des droits de l'Homme perpétrées le week-end dernier en République centrafricaine, dont le bilan en vies humaines s'élèverait à des dizaines de civils”, a déclaré M. Christian Mukosa, chercheur d'Amnesty International en Centrafrique.

 

“Avec le vide créé par le retrait de ces troupes, il urge que la communauté internationale s'implique et apporte son soutien aux troupes africaines et françaises sur le terrain dont le mandat consiste à protéger les populations civiles. Le déploiement urgent de la force européenne EUFOR RCA lancée cette semaine ne doit être que le début d'efforts intenses visant à empêcher la terrible situation d'empirer”.

 

Environ 850 soldats tchadiens sont actuellement déployés en RCA dans le cadre de la mission internationale africaine de soutien à la République centrafricaine, (African-led International Support Mission to the Central African Republic, MISCA). La situation s'est détériorée depuis fin mars avec les troupes de la MISCA qui ont eu pour la première fois des accrochages armés avec les milices anti-Balaka à Bangui, la capitale et entre autres endroits.

 

Amnesty International s'est fait l'écho des appels du gouvernement de transition de la RCA pour que les Nations unies et l'Union africaine (UA) mènent une enquête indépendante, impartiale sur le présumé rôle des soldats de la MISCA dans les deux incidents survenus à Bangui les 27 et 29 mars derniers et qui ont fait des dizaines de victimes parmi les civils. On rapporte que les soldats tchadiens auraient ouvert le feu sur des civils.

Amnesty International déplore l'impunité des soldats tchadiens en République centrafricaine
Amnesty International déplore l'impunité des soldats tchadiens en République centrafricaine

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com