Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 21:35

 

 

 

 

(L'Humanité 28/03/14)

 

L’attaque d’un quartier musulman par des milices anti-balakas a fait une vingtaine de morts malgré la présence des troupes françaises. Il y a un an, le chef de la rébellion Séléka (l’alliance de plusieurs groupes), Michel Djotodia, prenait le pouvoir en Centrafrique, après avoir évincé le président François Bozizé. Douze mois et une intervention militaire française (l’opération « Sangaris ») plus tard, les Séléka se sont enfuis – beaucoup ont trouvé refuge dans le nord-est du pays. Pour autant, rien n’est réglé en Centrafrique. Profitant de la présence des soldats français et du désarmement des rebelles, des milices d’autodéfense se sont constituées – les anti-balakas – se voulant le rempart chrétien et animiste face aux musulmans de la Séléka. Une explication un peu courte néanmoins reprise par les médias internationaux, transformant un problème politique en un affrontement religieux.

 

Aux exactions des uns ont succédé les exactions des autres et les troupes Sangaris, aussi bien que les forces africaines de la Misca, ont montré les limites de leur engagement et la fausseté d’une solution militaire. Une grande partie des communautés musulmanes a dû fuir, notamment au Tchad, et celles qui restent sont en butte au harcèlement sanglant des anti-balakas. C’est le cas à Bangui. Samedi et dimanche, des affrontements ont éclaté au PK-5, un quartier de la capitale, entre des groupes armés, opposant notamment des anti-balakas et des pillards à des musulmans encore retranchés dans ce secteur, faisant une vingtaine de morts. Dans la nuit de mardi à mercredi, des tirs sporadiques ont été entendus dans des secteurs de Bangui où sont installés des anti-balakas, qui ont par ailleurs érigé des barricades sur certaines artères de la ville, perturbant la circulation. La Misca considère désormais les anti-balakas comme des « ennemis » qui seront traités comme tels, a annoncé le chef de la Misca, le général congolais Jean-Marie Michel Mokoko.

 

Pierre Barbancey

 

http://www.humanite.fr/monde/poursuite-des-exactions-en-cent...

 

Lu pour vous : Poursuite des exactions en Centrafrique

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com