Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 18:55

 

 

 

 

 

 

 le 5 Mars 2014 - 13:49

 

L’ex – président de la République Centrafricaine a pris les habits du «guerrier invisible», mais présent. Il passe personnellement des messages aux populations dans les villages; et opère en commandant en chef des Anti- Balakas de l’Ouest du pays. Sur les traces du général combattant. Avec notre envoyé spécial à Baboua.

 

Cameroon-info.net.  5 Mars 2014 François Bozizé est un courant d’air. Ce qui pourrait susciter des doutes sur sa présence et son déploiement dans la partie Ouest de la Centrafrique. Nous reconfirmons – à la suite de notre article publié dans l’édition du 03 février dernier- que François Bozizé est bel et bien sorti du Cameroun par la localité de Garoua Boulai quelques jours avant la fin du mois de janvier 2014. Pour vous en convaincre, voici la teneur d’un message porté du commandant de légion de gendarmerie de l’Est à monsieur le sous – préfet de Garoua – Boulai:

 

 Nos informateurs, autant dans la population que dans les services du commandement à l’Est Cameroun, sont formels. Tout s’est passé dans la plus grande discrétion. Le général François Bozizé a passé sa dernière nuit à Tigaza avant de traverser la frontière pour la RCA. Tigaza est une localité située à 22 kilomètres après Garoua Boulai, en allant vers la Centrafrique. La traversée de la frontière a eu lieu dans la nuit, avec la bénédiction des autorités militaires camerounaises.

 

 L’ex – président de la République Centrafricaine a pris les habits du «guerrier invisible», mais présent. Il passe personnellement des messages aux populations dans les villages; et opère en commandant en chef des Anti- Balakas de l’Ouest du pays. Sur les traces du général combattant. Avec notre envoyé spécial à Baboua.

 

 « Quelque chose s’est passé à Baboua dans la nuit », ne cesse de répéter un officier burundais de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca) à ses subalternes. Depuis ce matin du 26 février 2014, l’information sur la présence de Bozizé à Baboua circule parmi les soldats de la Misca commis à l’escorte des réfugiés vers Garoua-Boulai au Cameroun. Pour des fins d’exploitation stratégique, une virée à Baboua est une bonne option pour les soldats de la Misca. Encore qu’au sein de la faction de militaires, on se sent pousser des ailes. « Depuis que les Sangaris ont inscrit Bozizé et ses hommes dans la liste noire, nous nous devons de courir après le moindre indice de sa présence », confie l’officier burundais de la Misca. Et selon les services de renseignements de la Misca, « tous les efforts sont centrés sur la localisation».

 

 C’est une superbe matinée. L’air est vif, le ciel d’azur et les flaques laissées par la pluie de la veille brillent sous le soleil. Pour le voyageur en provenance du Cameroun, rien de frappant à Baboua situé à 180 kilomètres de la frontière camerounaise: similitudes architecturales, mode de vie identique à celui des Baya du Cameroun… Petit village à dominance chrétienne, les habitants (tous Bayas) ne sont pas nombreux. Une trentaine ou même moins. Tout est calme. Ici, des sources militaires indiquent que les habitants ont la réputation d’être aussi chaleureux que frondeurs dès lors qu’on s’attaque à eux. Juste derrière la ligne de petite savane, se dessine le profil dentelé des profondes vallées. Au pic de l’une d’entre-elles, un vieil homme accroupi entre les monticules de terre. Ernest Akalozo est formel : « le général a encore dormi ici cette nuit ». Ernest Akalozo pointe l’index sur une case. « C’est la deuxième fois en l’espace d’un mois que Bozizé séjourne ici. Cette fois, il est arrivé accompagné de deux personnes. Il était vêtu d’un drap rouge vif noué à l’épaule et avait à la main un bâton noueux». C’est le cliché que les soldats de la Misca retiennent. Sur les visages qu’on croise, il se lit le terne froid. Mais en même temps, des témoignages des villageois, on apprend que « Bozizé nous a dit qu’il ne fait plus la guerre sauvage. C’est sur cet air qu’il circule, sur la nécessité de changer pas seulement de posture, mais de logique ». Le même récit, enrichi de quelques détails est obtenu plus loin auprès d’une dame, à une quinzaine de mètres. « Il y avait deux motos et une grosse valise. Il nous a dit qu’il vient de loin. Il a dit que les blancs le recherchent. Quand il est arrivé, on ne pouvait pas le reconnaître. C’était à la tombée de la nuit. Les blancs le recherchent ; mais nous nous ne voulons pas de problèmes. Le général a aussi dit que les blancs vont nous tuer tous et qu’il va chercher de l’argent pour les faire échouer. Il nous a dit d’insister sur la mauvaise gestion du conflit par les blancs et ne pas dire sa destination ». Aujourd’hui, par des chocs médiatiques incessants et la propagation des potins, le général arrive à Baboua sans effet d’annonce. Désormais, ses mouvements sont coordonnés en finesse par des coups de mains et des actions de renseignements.

 

 Subtilement et sans grandiloquence. Au vu des témoignages, ses déclarations s’adressent aux forces françaises. Il les accuse de mener une guerre invariablement négative. Dans sa démarche, François Bozizé se sentirait pris dans les mailles du filet français, cousu au fil du Conseil de sécurité des Nations unies. Selon l’hebdomadaire Jeune Afrique n°2772 du 23 février au 1er mars 2014, une liste de huit noms de responsables soupçonnés de soutenir les Séléka ou Anti-balaka circule. Y figurent les noms de François Bozizé et l’un de ses fils.

 

A la guerre comme à la guerre 
 

Depuis un peu plus d’un mois, François Bozizé n’est plus un élément banal dans la routine de la guerre en République centrafricaine. Le 3 février dernier, votre journal en toute exclusivité l’annonçait à Bouar, en provenance de Garoua-Boulai au Cameroun. Ce qui a généré des inquiétudes à Bangui. Cette fois, notre information n’a plus besoin de preuves. Tant les indices corroborés par des témoignages montrent un Bozizé fréquent en terre centrafricaine. Dans les cercles militaires de la Misca, on affirme qu’ « il a même envoyé une demande d’audience à François Hollande alors en séjour à Bangui la semaine dernière ». « Un vrai scandale », lâche un haut gradé burundais.

 

 Mais ce scandale a eu toute son importance. D’abord parce qu’il s’inscrivait dans un contexte où le général Bozizé semble construire sa ligne de conduite autour de son retour éventuel aux affaires. Sous cet angle, « il voulait rencontrer F. Hollande pour bénéficier, si ce n’est d’une impunité, du moins d’une sorte d’exterritorialité indulgente», précise une source de la Misca. Ensuite, on ne peut s’empêcher de penser à l’étrange coïncidence dans les itinéraires de Bozizé. Selon des indications militaires, « le village de Baboua se trouve sur la médiane qui mène à Bouar ». Ce qui tend à confirmer que le général ex-président centrafricain baigne dans la paralysie des peurs. Aussi, il trouve judicieux de tourner près de la frontière avec le Cameroun, à Garoua-Boulai précisément… au cas où. Ce dernier point pourrait enfin expliquer qu’une stratégie serait en train de se préparer en coulisse. A en croire l’hebdomadaire Jeune Afrique, F. Bozizé serait en Ouganda.

Lu pour vous : Enquête : François Bozizé loge dans un taudis en Centrafrique

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com