Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 16:54

 

 

 

 

  

APA-Brazzaville (Congo) 2014-03-21 15:06:42

 

Le chef de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique(MISCA), le Général, Jean Marie Michel Mokoko, a déclaré, vendredi à Brazzaville, qu’il était résolu à combattre ‘’le phénomène anti-Balaka’’ pour arriver à son éradication ‘’dans très peu de temps’’.


''Le phénomène anti-balaka est un phénomène que vit le peuple centrafricain par rapport aux exactions de la Seleka, c'est du banditisme résiduel constitué des jeunes de 15 à 25 ans, il va être éradiqué dans très peu de temps, puisque des piques importantes du banditisme que nous avons connues n'existent plus aujourd'hui'', a notamment dit à la presse le chef de la MISCA, en marge de la 4-ème Réunion du Groupe international de Contact sur la RCA


Il a ajouté : ‘'La situation s'est tellement améliorée à Bangui que nous avons dû délester Bangui d'un certain nombre de contingents. Nous n'avons gardé que deux contingents soit 2000 hommes et les 4000 hommes autres ont été déployés dans les secteurs chauds de l'intérieur du pays''.


‘'De 100 morts qu'on avait pratiquement par jour au cours du mois de décembre 2013 lors de ma prise de fonction, nous sommes tombés il y a à peu près trois semaines à trois ou quatre morts par semaine'', a souligné indiqué Jean Marie Michel Mokoko avant de relever que ‘'la situation aujourd'hui à Bangui s'est considérablement améliorée, la vie a repris à Bangui, les écoles fonctionnent, les voitures circulent les marchés sont ouverts''.

 

Selon lui, ‘'la MISCA n'est plus aujourd'hui en face d'une force d'interposition'', mais elle fait face à ‘'des actions qui relèvent du banditisme et qui sont le fait des anti-balaka, une nébuleuse qui opèrent en civile, contrairement aux Seleka qui portaient les uniformes et qu'il était facile de les désarmer''.


Cette situation explique pourquoi des renforts ont été demandés lors de la réunion du conseil de paix et de sécurité, a relevé le général congolais, selon qui ‘'la MISCA aurait dû en ce moment s'appuyer sur la gendarmerie et la police centrafricaine pour mettre de l'ordre'' si ces dernières existaient. 


''Aujourd'hui, a-t-il souligné, ce qui intéresse la MISCA c'est d'avoir un appui logistique pour pouvoir répondre à toute éventualité parce que pour l'instant les gens se focalisent sur la mission sécuritaire, mais notre mission est une mission intégrée. En dehors de la sécurité, nous devons nous occuper de la restauration de l'Etat à travers l'implantation des autorités locales les préfets, les chefs de district, etc.''.


Jean Marie Michel Mokoko. a enfin parlé de l'organisation des élections, soulignant à ce sujet : ‘'nous devons apporter au gouvernement centrafricains tous les appuis multiformes avec l'aide de la communauté internationale pour que les élections se tiennent dans les délais''.

 

http://www.apanews.net/news/fr/article.php?id=511061#sthash.iYhu98xq.dpuf

 

 

 

 

Centrafrique: des anti-balaka se disent prêts à déposer les armes

 

http://www.lesoir.be/   Rédaction en ligne
 

Des responsables de milices majoritairement chrétiennes anti-balaka se sont dit prêts à déposer les armes et «à aller à la réconciliation avec les musulmans» au cours d’une rencontre à Bangui avec la ministre centrafricaine de la Communication et de la Réconciliation. Les responsables anti-balaka ont cependant émis des doléances, notamment un geste du gouvernement pour la prise en charge des éléments qui selon eux «travaillent dans les champs aux alentours de Bangui pour subvenir à leurs besoins »

La MISCA promet d'éradiquer le phénomène anti-balaka ''dans très peu de temps''

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com