Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 03:42

 

 

 

 

par RFI   28-03-2014 à 00:01

 

A Bangui, la malnutrition infantile gagne du terrain. Les ONG comme Action contre la faim (ACF) ont mis en place des programmes pour venir en aide aux plus fragiles. Dans les centres de soins ou encore dans les sites de déplacés, les équipes dépistent les cas de malnutrition et viennent en aide aux familles. Reportage au PK12, à la mosquée de Bégoua, parmi les déplacés qui ont fui les violences.

 

A Bangui, chaque jour, des hommes sauvent des enfants. Une à deux fois par semaine, des équipes d’Action contre la faim (ACF) se rendent à la mosquée de Bégoua, au PK12.

 

« Nous sommes actuellement sur le site de la mosquée de Bégoua. Nos équipes viennent d’arriver ; on va commencer la mise en place de nos activités puis, très rapidement, les mamans vont venir apporter leurs enfants pour la prise en charge de la malnutrition », précise Nicolas Foux, responsable d’ACF en Centrafrique.

 

Dans un vieux bâtiment délabré, les équipes installent des nattes, une toise et un pèse-personne.

 

« Les enfants passent à la prise de mesures anthropométriques : poids, taille… Ensuite les enfants passeront à la consultation. S’il y a des médicaments à donner, on leur donne et après ils passent au niveau de la distribution du produit [du Plumpy nut, NDLR] et en même temps, on distribue aussi du savon », indique Jean-Claude Maolo.

 

Le Plumpy nut est une pâte nutritive que cette jeune mère tend à sa petite fille, faible et malade. « Elle s’appelle Khadija ; elle est malade ; fièvre avec palu et aussi des microbes », nous dit cette mère.

 

ACF prend aussi en charge l’aspect psychologique des mères traumatisées et des enfants blessés. Flore, une éducatrice, a donc apporté des jouets et elle apprend aux mères à recréer du lien à travers le jeu.

 

« Ce sont des enfants malnutris ; ils sont fatigués et on joue avec eux pour se détendre. Si on joue beaucoup avec les enfants, les enfants sont satisfaits », dit-elle. A la mosquée de Bégoua, 80 à 100 enfants sont pris en charge chaque semaine.

Centrafrique: la malnutrition infantile gagne du terrain à Bangui

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com