Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 23:41

 

 

 

 

 

 

Musulmans et chrétiens sont victimes de l’atrophie étatique

 

Publié le 13 mars 2014 à 9:00 dans Le Monde

 

Des lynchages de musulmans ponctuent régulièrement l’actualité centrafricaine. Depuis le déploiement des forces internationales en décembre, près de 50 000 musulmans se seraient réfugiés au Tchad voisin1. Il ne s’agit donc pas d’un fantasme médiatique. Pourtant le déchirement de la Centrafrique va bien au-delà des faux-semblants d’une  prétendue guerre de religion.

 

Des tensions historiques et des rancœurs plus récentes alimentent la rivalité entre chrétiens et musulmans de Centrafrique2. Historiquement l’Islam incarne une menace. Au XIXe siècle, les razzias sont venues du Nord et des sultanats musulmans,  dans le cadre de la traite musulmane en direction de l’Afrique orientale. Des rancœurs plus récentes se sont développées autour du partage de l’activité économique. Les « Tchadiens », toujours plus nombreux depuis l’indépendance, et dont beaucoup constituent déjà la 2e ou 3e génération installée en Centrafrique, tiennent le commerce de gros, la petite quincaillerie, l’extraction de l’or et du diamant.

 

Sur le marché des principales localités centrafricaines, à Bouar, Berberati, comme à Bangassou ou Bambari, à Nola comme au fameux PK5 de Bangui, c’est eux que l’on retrouve. Identifiables à leurs djellabas et à leurs boutiques étroites et encombrées, ils négocient, ils importent, ils écoulent des mètres de pagne, des kilos de manioc, et des dizaines de motos Honda, de contrefaçon nigériane ou chinoise. Enfin, la position limitrophe de la Centrafrique face aux pays du Sahel, à majorité musulmane, est depuis longtemps source de méfiance. On jauge l’avancée du « péril musulman ». Bien implanté au Nord et à l’Est du pays depuis maintenant deux siècles, l’Islam sunnite a progressé visiblement, ces vingt dernières années, dans les régions traditionnellement chrétiennes du Sud et de l’Ouest. Par ailleurs, de nouveaux courants musulmans, certes minoritaires mais radicaux, ont fait leur apparition dans les années 2000.

 

Aussi réelles soient-elles, ces tensions et ces rancœurs n’avaient pourtant jamais remis en cause, avant le coup d’Etat du 24 mars 2013, le caractère pacifique de la cohabitation entre chrétiens et musulmans en Centrafrique. Ainsi, ceux que l’on appelle les « Tchadiens » n’ont pas quitté la Centrafrique par crainte de leurs voisins chrétiens, mais bien davantage par peur des raids d’anti-balakas. La tolérance mutuelle reste la règle. Au quotidien, les rapports économiques et sociaux sont étroits. Les appels pacifiques lancés ces derniers mois, conjointement par l’imam Kobine, président de la communauté islamique du pays et l’archevêque catholique, Mgr Nzapalainga n’ont rien d’artificiel ou d’incantatoire3. Ils s’inscrivent dans la tradition d’une cohabitation intelligente et pacifiée entre les deux confessions.

 

Coalition de rebelles insatisfaits du nord de la Centrafrique et de mercenaires tchadiens et soudanais aux méthodes de guerres éprouvées, la Séléka a laissé libre cours à sa violence depuis le coup d’Etat du 24 mars jusqu’à l’intervention des Français, dans le cadre de l’opération Sangaris, le 5 décembre 2013. Premier président musulman de la RCA, Michel Djotodia, politiquement illégitime et impuissant, s’est bien gardé d’y mettre un frein. Les chrétiens ont été les principales victimes de ces exactions. Pourtant, les pillages, les viols, les meurtres, sur lesquels les musulmans de Centrafrique ont cru bon fermer les yeux, se sont davantage apparentés aux débordements d’une armée de mercenaires mal payée et mal commandée qu’au djihad déguisé qu’ont cru y voir les chrétiens de Centrafrique. Pas un imam n’a élevé la voix pour appeler à une quelconque guerre sainte. Les va-t-en-guerre de tout poil, Janjawids soudanais,  Zagawas tchadiens, émules de Baba Ladé, ont reproduit à Bangui et dans tout l’Ouest du pays ce qu’ils pratiquent partout ailleurs, une économie de la rapine et de la terreur.

 

La thèse d’une guerre religieuse peut également être battue en brèche si l’on considère la réalité des milices anti-balakas dites « chrétiennes ». Difficile de cerner en effet une once de conviction religieuse dans ces troupes « de jeunes désœuvrés analphabètes, de coupeurs de route au chômage, de paysans spoliés, d’anciens militaires des Forces armées nationales (FACAS), de ruraux non scolarisés et de quelques boutefeux »4. Ces milices acéphales ne sont pas mieux commandées que leurs adversaires de la Séléka, elles coalisent les sans-grades et s’alimentent de la logique simplificatrice du bouc émissaire. L’usurpation d’une identité chrétienne face à l’ennemi musulman leur a permis de radicaliser leur discours et leurs pratiques. Et de légitimer ainsi une violence extrême, mise en scène sous l’œil effaré des caméras occidentales.

 

La crise qui déchire le pays depuis un an a révélé bien plutôt les insuffisances d’un Etat fantôme face à un peuple centrafricain divisé malgré lui et qui ne place aucun espoir dans la partition du pays. Le redressement politique de la Centrafrique appelle autre chose qu’un schéma théorique séduisant, cristallisé autour de la question religieuse. Il exige une réponse politique.

 

 

  1. Article RFI du 7 février 2014. 

 

  1. Nous manquons de données fiables à propos des appartenances religieuses en Centrafrique. Les croyances animistes, si elles peuvent dans certains cas être une pratique exclusive (peut-être 10% de la population), sont ainsi largement partagées par une grande majorité de la population. Ainsi, on estime que la population centrafricaine est majoritairement chrétienne (entre 60 et 70%), partagée pour moitié entre protestants (surtout les églises évangéliques, en plein essor) et catholiques. Les musulmans représenteraient, grosso modo, un tiers de la population centrafricaine. 
  2. Interview de l’imam Kobine par Thomas Vampouille, « Centrafrique : “Réconciliez-vous !”, l’appel de l’imam de Bangui », pour Métronews, 3 mars 2014. 
  3. Voir l’étude intéressante produite récemment par Didier Newiadowski, Conseiller de coopération et d’action culturelle à l’ambassade de France de Bangui (2008-2012), La République centrafricaine: le naufrage d’un Etat, l’agonie d’une Nation.

Source : http://www.causeur.fr/centrafrique-musulmans-chretiens,26601#

 

Lu pour vous : Centrafrique : la guerre de religion n’aura pas lieu

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com