Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 17:31

 

 

 

 

 

www.france24.com/   11 fév 2014 - 4:59

 

Les Etats-Unis ont salué mardi les interventions militaires de la France au Mali et en République centrafricaine (RCA), plaidant pour davantage de forces de sécurité en RCA, à l’occasion de la visite d’Etat à Washington du président François Hollande.

 

« Le rôle de la France a été fondamental pour réussir au Mali et est très, très important pour essayer d’apporter la paix et la sécurité en RCA », a félicité la secrétaire d’Etat adjointe pour l’Afrique, Linda Thomas-Greenfield.

 

« Nous soutenons ses efforts à la fois au Mali et en RCA », a affirmé la plus haute diplomate américaine chargée de l’Afrique lors d’une conférence de presse sur internet. Elle faisait allusion aux appuis logistiques, notamment en termes de transport de troupes, de ravitaillement et de renseignement, que les Etats-Unis ont fournis à l’armée française pour ses opérations au Mali et en Centrafrique.

 

Pour ce dernier pays, « nous sommes convenus que l’on doit augmenter le nombre de soldats en RCA pour régler la situation extrêmement complexe qui y a cours », a ajouté Mme Thomas-Greenfield, saluant aussi « les efforts des gouvernements africains qui ont engagé leurs troupes » au sein de la force panafricaine sur place.

 

La Misca, mission de l’Union africaine, compte environ 5.400 hommes –dont un millier de Congolais, le plus important effectif africain– sur les 6.000 prévus. L’opération Sangaris compte 1.600 soldats français. Ces forces agissent sous l’égide de l’ONU qui les a dotées d’un mandat autorisant l’emploi de la force en cas de menace directe sur la population civile.

 

« Nous pensons qu’il faut des forces de sécurité supplémentaires, notamment des unités étrangères de police pour aider à sécuriser Bangui en particulier », a encore plaidé la diplomate américaine.

 

La Centrafrique a sombré dans le chaos depuis le coup d’Etat en mars 2013 de Michel Djotodia, chef de la coalition rebelle Séléka à dominante musulmane. Devenu président, il a été contraint à la démission le 10 janvier pour son incapacité à empêcher les tueries entre « ex-séléka » et miliciens « anti-balaka » chrétiens.

 

Washington réclame régulièrement la « fin des violences confessionnelles » en RCA et s’est alarmé d’une « situation pré-génocidaire ». Le secrétaire d’Etat John Kerry a menacé fin janvier de « sanctions ciblées » les fauteurs de troubles.

 

« Nous avons parlé avec diverses parties, y compris celles qui soutiennent la violence, pour leur dire qu’elle devait cesser », a martelé Mme Thomas-Greenfield. « Nous leur disons clairement et ouvertement qu’elles seront tenues pour responsables des violences perpétrées dans ce pays », a averti la diplomate américaine.

 

A l’occasion de la visite d’Etat de François Hollande reçu par le président Barack Obama à la Maison Blanche, les deux dirigeants ont plaidé pour « une alliance transformée » entre leurs pays et ont souligné que l’Afrique, « du Sénégal à la Somalie », et tout particulièrement au Mali, au Sahel et en Centrafrique, était le théâtre « le plus visible » de ce « nouveau partenariat ».

 

(c) avec AFP

Washington salue Paris pour ses interventions au Mali et en RCA

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com