Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 00:55

 

 

 

 

 

http://www.streetpress.com/ Frederic Fappani le 01 02 2014

 

La France a mis des moyens militaires importants pour le rétablissement d'une paix civile en Centrafrique, mais il reste que la question humanitaire n'a pas été pensée par le politique à cette date.

 

Et pourtant, par le fait de son intervention, la France à une responsabilité morale d’une intervention humanitaire d’envergure conjointement et/ou après son intervention militaire.

 

En effet, si c’est la défense des droits de l'homme qui est l'axe central et si c’est ce qui a fait intervenir la France, les besoins humanitaires en Centrafrique se doivent d’accompagner  cette action.

 

Pourquoi ? Parce qu’une question se pose, la vision les droits de l’Homme peut-elle se réduire à l’envoi d’homme et de mitraillettes ? Les besoins humanitaires en Centrafrique sont importants et devraient aussi être pensés mais  plus encore agis.

 

Mais où est donc le plan d’intervention humanitaire ? Où est ce second volet de l’intervention ?

 

  L’ABSENCE DE VOLET HUMANITAIRE :

 

Force est de constater que le volet humanitaire est laissé totalement aux actions privées des ONG et associations. Les grandes ONG médiatiques et donc connues du grand public tel que Médecins de Monde ou UNICEF sont présentes. Elles renforcent même leurs moyens d'intervention. Des ONG plus modestes comme l'ONG CNRJ, peine à trouver des fonds, même si elles sont implantées en centrafrqiue et développe conjointement des actions avec des locaux.

 

L’opinion publique n’est que très peu informée de l’enjeu et de la situation. Bien que les médias francophones s'essayent à informer de la situation et de parler de cette absence de second volet. Ces informations ne tiennent que très peu d’importance dans le flot des informations. Ainsi le volet humanitaire s'est fait voler la vedette par de l'actualité médiatiques et les objets socio-médiatiques d'importances selon ces mêmes médias, tels que Dieudonné ou les amours du Président François Hollande.

 

Mais plus grave encore les analyses de la situation en Centrafrique, est de l’enjeu pour le monde qui s’y déroule ne sont pas diffuser. Le débat d’idées est maintenu dans l’obscurité et donc l’enjeu n’est pas connu de l’opinion public.

 

Actuellement l’humanité traverse une crise grave d’écroulement psychoaffectif et symbolique. Cet écroulement se répercute dans l’ensemble des activités de l’Homme (Economie, rapports entre les peuples, rapport à la Terre etc.).

 

Dans  les nations, nombreux sont les femmes et les hommes qui sont en souffrances morales.

 

 LE TRIOMPHE DE LA PART D’OMBRE ? 

 

Ce que l'on nomme la part d'Ombre (la part obscure que chaque individu porte) gagne du terrain dans le Monde. Le nombre d'individu de plus en plus sous emprise augmente et donc aussi sa part dans les nations qui sont de plus en plus atteintes.

 

La part d'ombre se faufile et se retrouve donc par exemple dans le nationalisme, les religions, les idéologies, l'inaction ou l'irresponsabilité.

 

La Centrafrique n'échappe pas à cette affaire de l'Ombre et les crispations aux apparences ethniques, religieuses et guerrières sont dues à ce travail de l'ombre sur un peuple sous emprise.

 

De la manière dont nous « Humanité » allons aider la Centrafrique à faire face à cette part d'Ombre et à son conflit avec elle-même se jouera notre avenir.

 

Pourquoi ? Parce que nous sommes travaillés par la part d'ombre et que si elle s'en prend à la Centrafrique, elle s'en prend donc à nous. Et la manière dont nous allons les aider nous permettra d'apprendre à lui faire face tant là-bas, mais aussi qu'en chaque point du globe.

 

Ne pas comprendre cela dans le contexte de l'état de l'Homme en ce 21éme siècle, c'est être irresponsable, ne pas se donner les moyens d'être, d'aider, d'intervenir et c'est aussi faire le choix de l'ombre et donc du mal !

 

 De notre côté afin de ne pas en rester qu’a de l’analyse, l’ONG CNRJ a décidé quelques pistes :

 

- Demander à rencontrer le Président français et des ministres sur cette question.

 

Quelques rendez-vous sont pris afin d’appeler à une prise de responsabilité humanitaire.

 

- Construire un collectif en France de membres de la société civile,  d’associations et d’ONG sur la question centrafricaine (un collectif est né à Nantes auxquels nous participons) mais cela va s’élargir.

 

- Appeler aux dons auprès de l’opinion publique, pour l’opération en Centrafrique de l’ONG CNRJ.

 

- Informer les grands medias français de la situation.

 

- Envoyer du matériel en Centrafrique aux représentants de l’ONG de 200 kg de matériel pour le 05 mars.

- Envoyer d’une équipe courant Mars pour rejoindre les 36 membres déjà sur place.

 

 Nous ne tenons pas à accabler la France particulièrement, car la réaction et le face à face avec l’Ombre se doit d'être mondial, cependant la France est engagée et sans être dans l’accablement  il paraitrait judicieux depuis sa place, qu'elle aille au bout.

 

Elle se doit de le faire, pour elle-même mais aussi  pour la Centrafrique. Ce qui se joue là-bas c’est l’état présent et la place de l’Homme sur cette terre mais surtout son avenir.

 

 --------------

SOUTENIR L' ONG CNRJ ?


Faire un virement bancaire à l'ONG CNRJ: IBAN FR76 30004 01638 00010142823 68

Lire l'appel au don : http://t.co/tooLmsU28Q

Lu pour vous : Centrafrique : L’oubli du volet humanitaire

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com