Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 01:20

 

 

 

 

 

PARIS 24/02/2014 à 10:02 (Reuters) - Le commandant de la force française Sangaris en Centrafrique, le général Francisco Soriano, a démenti lundi tout enlisement sur le terrain à la veille d'un vote au parlement sur une prolongation de la mission des forces françaises dans le pays.

 

Présentée lors de son lancement début décembre comme une "opération coup de poing", l'intervention des forces françaises aux côtés des forces africaines pourrait finalement durer jusqu'aux prochaines élections prévues en février 2015, à la demande de la présidente de transition Catherine Samba Panza.

 

Certains analystes ont pointé ces dernières semaines un manque d'analyse politique du gouvernement français qui a reconnu avoir sous-estimé certains aspects du conflit centrafricain, notamment le niveau du ressentiment entre communautés.

 

"Je pense qu'il n'y a pas d'enlisement", a déclaré le général Francisco Soriano sur Europe 1. "Il faut bien mesurer qu'on ne peut pas résoudre en deux mois d'opération 20 années de crise que connaît ce pays, avec un Etat qui n'a pas répondu aux aspirations de ses concitoyens et où tout est à reconstruire".

 

"Il faut comprendre que remettre la Centrafrique sur les rails, ça prendra du temps, après il ne faut pas minimiser tous les progrès qui ont déjà été accomplis", a-t-il ajouté.

 

Le nombre d'exactions et d'affrontements a radicalement baissé depuis le début de l'opération Sangaris le 5 décembre dernier et la transition politique dans le pays est "une réalité" et la vie économique reprend, a-t-il souligné.

 

PROLONGATION

 

Près de trois mois après l'intervention des forces françaises aux côtés des forces africaines en RCA pour rétablir la sécurité dans un pays plongé en plein chaos, Paris a décidé le 14 février dernier d'envoyer 400 soldats supplémentaires.

 

Ce renfort portera à 2.000 le nombre de Français déployés aux côtés des quelque 6.000 soldats de la force africaine Misca et des 1.000 soldats de la force européenne attendus.

 

"Certains (des soldats français) sont déjà arrivés du Tchad, d'autres également arriverons de Djibouti, ce renforcement est déjà effectif", a dit le général Soriano.

 

Le parlement français doit se prononcer mardi sur une prolongation au delà de quatre mois de l'opération Sangaris.

 

Prié de dire s'il pensait que cette prolongation était utile, le commandant de la force Sangaris a répondu: "Oui très clairement".

 

"Les progrès effectués ici en Centrafrique sont réels, maintenant il y a beaucoup à faire dans ce pays, la crise est d'une très grande complexité", a-t-il dit.

 

La présence des militaires français, l'arrivée de soldats de l'Union européenne comme celle des soldats de maintien de la paix permettra "d'accélérer encore le travail qui a été fait, de s'appuyer sur les progrès qui ont été réalisés", a-t-il ajouté.

 

 

Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

 

Le chef de Sangaris dément tout enlisement en Centrafrique

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com