Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 00:17

 

 

 

 

Bangui, 5 Fév (ACAP – Le Chef de l’Etat de transition, Mme Catherine Samba-Panza, s’est fixé un délai d’au moins un mois pour sécuriser la majeure partie du pays, lors du grand rapport des Forces Armées centrafricaines (FACA), mercredi 5 février 2014 à Bangui.

 

L’objectif de ce grand rapport est de remonter le moral des éléments des forces armées centrafricaines et d’échanger avec le  Chef de l’Etat de transition sur les conditions de travail leur permettant d’assumer pleinement leur mission. 

 

  Face l’ampleur de l’insécurité à Bangui, la Présidente Catherine Samba-Panza a ordonné la mise à disposition de 150 éléments de la gendarmerie, et la police confondue pour neutraliser les bandits de grand chemin qui continuent de semer du désordre dans les 3ème ,4ème ,5ème et 8ème arrondissements de Bangui. Tandis que les éléments des FACA, une fois rééquipés seront déployés  à l’intérieur du pays pour rétablir de l’ordre et la sécurité.

   
Elle a mis en  garde les fauteurs de troubles qui continuent de semer du désordre dans le pays, qu’ils répondront de leurs actes devant les juridictions compétentes. 
  
  
En outre, elle a instruit le ministre de la défense d’être indulgent à l’égard de ceux qui n’ont pas pu se manifester dans le délai à cause de leur éloignement, de faire enregistrer parce qu’ils sont aussi les fils de ce pays. 

  
Elle a salué l’engagement des FACA de soutenir son action et celui du gouvernement à pacifier la ville de Bangui et l’ensemble du territoire gage du développement économique du pays. 

  
La Présidente Catherine Samba-Panza a relevé que le manque de moyens adéquats du travail des FACA caractérise leur déroute face à l’ennemi. 

  
Elle a fait savoir que compte tenu de la tension de la trésorerie que connait le pays en ce moment, le gouvernement ne peut pas assumer ses obligations régaliennes notamment le versement des salaires, pensions et bourse. D’où l’appel lancé aux partenaires au développement et aux pays amis tels que : la France, la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), l’Union Africaine, l’Union Européenne et les Nations-Unies. 

Le Chef de l’Etat de transition, Mme Catherine Samba-Panza se fixe un délai d’un mois pour pacifier le pays

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com